Caste Heaven Vol.3 - Actualité manga

Caste Heaven Vol.3

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 28 January 2020

Demi-frère de l'actuel Roi Karino, Tatsumi est un adolescent qui a toujours suivi la voie qu'on lui a tracée, quitte à mettre un masque sur sa vraie personne. Mais le fait d'avoir été classé Voyou à la dernière partie de recherche de cartes lui offre la possibilité d'être en quelque sorte plus libre, chose qu'il exploite à travers sa rencontre avec Senzaki, un garçon qui, lui, est un vrai voyou, d'autant qu'il semble se ficher royalement de tout ce petit jeu hiérarchique. En compagnie de ce dernier, l'élève modèle finit par prendre un autre voie: studieux chez lui, il se grime et se met des piercings au lycée, pour mieux vivre du sexe libérateur et un amour brutal avec Senzaki...

Une nouvelle fois, avec ce troisième volume, Chise Ogawa choisit de mettre en grande partie de côté ses personnages centraux que sont Azusa et Karino, pour se centrer sur un autre couple s'avérant très intéressant sur le papier, entre un Senzaki intrigant de par sa manière d'échapper aux carcans imposés par le jeu des castes, et surtout un Tatsumi que l'on apprend à découvrir avec pas mal de promesses. Ainsi, on découvre un jeune garçon qui a toujours mis sur lui, comme d'autres de ses camarades, un masque étouffant ses désirs plus personnels. Sa vie est déjà toute choisie par son ministre de père: il devra servir Karino plus tard, mais est-ce vraiment ce qu'il veut ? Et sur le plan familial, il ne peut que soutenir comme il peut sa mère délaissée, attendant toujours naïvement le retour de son mari. Une mère un peu fragile, que l'adolescent a alors parfois envie de détester, mais qu'il ne peut se résoudre à abandonner. Pour lui, devenir un voyou est donc libérateur: il tombe dans les bras de l'électron libre Senzaki, lui offre son corps pour des scènes parfois un brin brutales et à la limite du SM, il peut ainsi se sentir vivre et avoir un sentiment de rébellion, et... hé bien, c'est tout. Car malheureusement, la mangaka ne va pas beaucoup plus loin pendant les 2/3 de ce tome consacrés à ce couple. Senzaki manque un peu de travail et de substance, son amour pour Tatsumi semble évoluer trop rapidement, Tatsumi lui-même aurait pu être encore plus approfondi, et toute cette partie se termine pour l'instant de manière convenue et frustrante, même si la mangaka évoque la possibilité de revenir dessus plus tard. Enfin, c'est aussi sur le plan visuel que l'autrice manque un peu d'ambition. Son trait reste agréable, les scènes érotiques assez explicites et sulfureuses pourront séduire, mais parfois elle a tendance à trop privilégier le côté sexy sur un réel travail de mise en scène. Un exemple ? On devine une idée quand les deux amants font l'amour sur le bord de la fenêtre ouverte avec Tatsumi penché dans le vide, à savoir montrer la recherche de sensation et de provocation de ce dernier, mais les angles de vues sont plats, sans une vertigineuse, si bien qu'on ressent finalement très peu cette idée.

La fin du volume, elle revient plutôt sur Karino et Azusa, et très brièvement sur Atsumu et Kuze, mais en n'apportant rien de vraiment neuf pour le moment. Soulignons aussi un chapitre "side story" assez plaisant sur Yatori et Ôsuga.

Après le tome 2, on attendait que l'oeuvre continue de prendre de l'ampleur, mais ce n'est pas totalement le cas. Les personnages de Senzaki et surtout de Tatsumi sont intéressants et véhiculent des choses passionnantes dans ce contexte, mais leur cas reste, dans l'immédiat, trop standard. Espérons donc que le 4e volume, a priori voué à se recentrer sur Azusa et Karino, refasse décoller l'oeuvre de plus belle !
   

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

14.25 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News