Card Captor Sakura - Edition Deluxe Vol.9

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 01 March 2019

Chronique 2
  
Près de la Tour de Tokyo où Sakura l'a rejoint, Eriol a fini par passer à l'action ! Face à la jeune fille qui ne comprend pas encore pourquoi il agit ainsi, il utilise sa puissante magie pour endormir tout le monde, y compris tous les proche de notre héroïne à commencer par Tomoyo et Toya. Seul ceux qui ont suffisamment de force en eux, c'est-à-dire Kélo, Yue et Shaolan, sont encore éveillés, prêts à aider comme ils peuvent Sakura... Mais face à la magie de Clow détenue par Eriol, celle de Sakura a-t-elle la moindre chance ? La jeune fille saura-t-elle utiliser ses cartes comme il faut, et transformer en Sakura Cards les deux derniers Clow Cards que sont Light et Dark ?

Bien préparé, le dernier combat de la série est aussi, forcément, le plus long et le plus éprouvant, mais il n'est pas question pour les Clamp de l'étirer inutilement. En s'appuyant sur leur dessin fin et restant mignon et clair, les mangaka évitent évidement la violence brute pour plutôt s'intéresser aux différents rebondissements du combat et à la très bonne utilisation des personnages. Ainsi, on observe Sakura utiliser habilement les cartes en sa possession... parviendra-t-elle à achever sa mission sur ce plan-là ? Côté personnages, Ruby Moon et Spinel Sun trouvent enfin un rôle plus concret face à Kélo et Yue, ces deux derniers sont prêts à tout pour épauler leur maîtresse, tout comme Shaolan est déterminé à aider du mieux qu'il peut celle qu'il aime. Et puis, il y a en Sakura la peur de perdre tous ses proches, qui pourraient rester endormis à tout jamais. Et cette crainte riche en tension, elle pourrait bien la transformer en véritable force, montrant encore à quel point elle a un coeur en or et à quel point les relations sont importantes dans cette série.

Si le combat, s'étirant sur une soixantaine de pages, n'offre bien sûr aucun grand suspense, il est donc très, très bien mené. Et alors que celles et ceux qui découvriraient la série seulement maintenant pourraient d'abord s'étonner de voir le combat s'achever si vite dans ce dernier tome (d'autant plus qu'il s'agit du tome le plus épais de cette édition, avec 290 pages), ils auront alors ensuite tout le loisir de voir à quel point les Clamp ont bien pensé leur récit en amenant tout ce qu'il faut d'explication et d'évolutions dans toute la dernière ligne droite de l'oeuvre.

Ca commence tout d'abord par toutes les explications nécessaires qui manquaient encore, à commencer bien sûr par le désir profond d'Eriol en ayant agi tel qu'il l'a fait. Désir qui, loi, d'en faire un réel méchant, confirme qu'il s'agit surtout d'un homme bon... La douce Tomoyo, toujours aussi observatrice et attentive, ne s'était pas trompée à son sujet ! La présence de Kaho Mizuki aux côté d'Eriol, la raison de la création de Ruby Moon et Spinel Sun, les énigmes autour du père de Sakura... Tout trouve une explication, et la plupart du temps les Clamp tournent cela de manière à rendre toujours aussi belles les relations entre les personnages, on pense par exemple à la bienveillance qu'Eriol montre envers Kélo et Yué en ayant choisi de créer Ruby et Spinel.

Quant à la deuxième moitié du tome, elle fait la part belle à l'autre axe très important de la série: la part sentimentale, essentiellement autour de Sakura et Shaolan bien sûr. Avec leur habituelle douceur et bienveillance, les Clamp préparent très bien les choses, notamment avec les remarques qu'Eriol fait à Sakura, puis avec la montée d'intensité due à la perspective que Shaolan s'éloigne. Sakura doit alors se poser les bonnes questions, faire le point sur elle-même... Comprendra-t-elle qui elle aime réellement ? Là aussi les mangakas gèrent très bien les choses, notamment parce que cette fois-ci c'est en quelque sorte au tour des amies de Sakura de l'aiguiller. Chiharu ou Lika auront donc un joli petit rôle (qui, en plus, leur offre une jolie petite porte de sortie), tout comme Tomoyo bien sûr, ou même Toya et Yukito. Et tout ce passage, toujours nourri par la beauté des relations bienveillantes entre les personnages, nous amène alors jusqu'à une conclusion pleinement satisfaisante, dont les toutes dernières pages en ellipse se suffisent parfaitement. On sait pourtant que ces toutes dernières pages sont celles ayant permis, 20 ans plus tard, à la suite Clear Card Arc de naître, même si à ce jour cette suite ne parvient toujours pas à la hauteur de l'oeuvre originelle.

Tant d'années plus tard, la conclusion de Card Captor Sakura fait donc toujours le même effet, et tout au long des 9 tomes de cette nouvelle édition la série a montré qu'elle n'a pas pris une ride et qu'elle conserve toujours le même charme. Quel, dommage, alors, que cette nouvelle édition n'ait pas tenu toutes ses promesses. Malgré les jolies jaquettes ponctuées de dorures, et la présence dans chaque tome de petites cartes constituant une plus grande illustration une fois les unes à côté des autres, le reste n'a rien eu de la deluxe que l'on espérait: format standard, papier de qualité bonne sans plus, et surtout absence de corrections dans la traduction qui conserve les erreurs de la première édition (rien que dans ce dernier tome, la traduction confond systématiquement les mots "sceptre" et "spectre", c'est très couillon).
  
  
Chronique 1
  
Il ne reste que peu de Clow Cards à être transformées en Sakura Cards. C'est ce moment que choisit Eriol pour se dévoiler et imposer l'ultime épreuve à l'ancienne Card Captor. Il plonge alors la ville dans la nuit et ses habitants dans son sommeil profond, et seule sa défaite contrera ces effets néfastes. Sakura n'a donc pas d'autre choix que de combattre son ami qui est aussi la réincarnation de Clow Lead...

C'est avec ce neuvième tome (contre douze dans l'édition originale), que la première série de Card Captor Sakura prend fin. Outre le fait que cette édition deluxe ait apporté un confort de lecture optimal pour découvrir ou redécouvrir les aventures de la chasseuse de cartes, il faut saluer l'effort de Pika qui a proposé l'intégralité de cette version durant l'année 2018. Une année qui s'achève donc avec un volume final particulièrement intense...

Pourtant, le combat final contre Eriol ne s'éternise pas, bien au contraire. En moins d'un quart du volume, l'affrontement est terminé, et nous a pourtant proposé bon nombre de rebondissements tout en s'appuyant sur l'entourage de Sakura, en plus de l'héroïne elle-même. Un duel par conséquent intense et dont ce qui est proposé est suffisant, l'étendre davantage aurait été inutile.

Le plus passionnant dans ce tome final n'est pas tant la bataille contre Eriol, mais bien ce qui en découle. Les Clamp se sont octroyées le luxe de conclure leur série en prenant leur temps, et en développant habilement différents points finaux afin de ne pas laisser de pistes en suspens. Car, rappelons-le, il n'était pas question de Clear Card Arc à l'époque, et la fin qui nous est proposée ici constituait alors l'épilogue définitif de Card Captor Sakura. Forcément, les choses sont différentes aujourd'hui, ce qui pourrait peut-être gâcher l'ambiance de cette fin pour ceux qui ne découvriraient la série que maintenant.

Il y a énormément à dire sur cette conclusion, tant les Clamp mènent une écriture assez habile pour rendre la fin très efficace, et nous livre un maximum d'informations nécessaires sans pour autant les amener de manière forcée. Qu'il s'agisse des véritables ambitions d'Eriol ou du rôle des personnages secondaires, tout est amené à son point final, afin que le lecteur ressorte de sa lecture sans grande question en tête. Un constat qui concerne aussi les différentes intrigues humaines de la série, plus ou moins : Chaque personnage, même très secondaire, a sa petite apparition, afin de faire le point sur sa situation et créer une ouverture qui laisse au lecteur le soin d'imaginer, logiquement, ce qu'il pourra advenir les concernant. C'est le cas de Toya et Yukito, et même de Lika dont la relation avec son professeur a toujours de quoi laisser perplexe...

Enfin, c'est par la plus importante intrigue sentimentale que se conclut Card Captor Sakura : la romance entre notre héroïne et Shaolan. Si l'issue de cette histoire d'amour est sans grande surprise, c'est la manière dont les Clamp l'amènent qui se révèle toujours aussi séduisante. Par la sincérité des deux concernés, l'histoire d'amour n'en est que plus adorable, très idyllique et fleur bleue, mais sans excès ni mièvrerie. Plus matures que jamais après toutes ces aventures, Sakura et Shaolan n'en sont que plus touchants, rendant alors l'ultime double-page de la série plus que satisfaisante, la série se suffisait alors à elle-même à l'époque.

Il y a encore beaucoup à dire sur cette fin, mais il convient de ne pas prendre le risque de la gâcher à ceux qui ne l'auraient pas encore lu. Le bilan de Card Captor Sakura est donc extrêmement positif : la série a su aller à l'essentiel, jouit de l'esthétique d'époque des Clamp particulièrement léchée, de personnages forts à l'écriture douce et passionnante, et d'une nouvelle édition qui donne davantage de noblesse à ce titre de magical girl particulièrement important en France. Forcément, on referme avec un petit regret ce tome final, sachant que Clear Card Arc est très loin d'égaler la série d'origine. Mais à défaut d'atteindre son niveau, elle permet au moins de renouer légèrement avec l'ambiance des aventures de Sakura.
  

Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

17 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

17 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News