Blue Giant Vol.8 - Actualité manga

Blue Giant Vol.8

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 02 October 2019

"Même si je suis mauvais, voire nul, à chaque seconde où je souffle dans mon saxo, je suis persuadé que je suis le meilleur."

Sans voir sa passion s'affaiblir, le trio JASS continue de jouer du jazz et de s'entraîner sans relâche... mais quelque chose cloche chez le pianiste Yukinori Sawabe depuis qu'il a été sévèrement repris par Taira, qui bosse pour l'ultra réputé club de jazz où il rêve de jouer. Selon lui, malgré ses talents, le jeune pianiste n'a rien montré de son coeur, de son âme. Une véritable claque pour Sawabe, qui prend conscience de ses propres défauts, incluant la manière dont il a rejeté un fan qui lui demandait un autographe. Dans les répétitions, Dai sent bien que quelque chose bloque son partenaire... Le saxophoniste saura-t-il s'en mêler comme il faut ? Sawabe saura-t-il trouver de lui-même quoi faire pour relever la tête et continuer de progresser pour enfin être satisfait de lui-même ?

"Quelqu'un comme lui... oui, quelqu'un de sa trempe... est venu m'écouter jouer."

Les réponses assez questions arrivent dans une première partie de tome à nouveau virtuose dans tout ce que Shinichi Ishizuka y dégage. On retiendra facilement toute l'humanité que l'auteur dégage dans le passage où le pianiste tente de retrouver le fan qu'il a rejeté puis l'observe dans son travail, tout comme on restera conquis par la manière dont Dai le pousse à se surpasser et à enfin se mettre plus à nu en plein concert, sortant de ses interprétations bien huilées pour livrer quelque chose de brièvement plus authentique, franc et improvisé, totalement dans l'esprit du jazz.

"Arrête de réfléchir... Ne pense à rien... Et envoie !"

La suite du tome est tout aussi prenante, car la passion se ressent encore et toujours chez chacun des trois héros, y compris Tamada qui, de son côté, poursuit de beaux efforts, tente un solo, fait des choix temporaires concernant ses études afin de vivre à fond ce qu'il est en train d'accomplir avec JASS... Chaque chapitre apporte ainsi sa pierre à l'édifice, amenant même nos trois jeunes jusqu'à de nouvelles étapes importantes, entre la possibilité de jouer dans un festival, et l'approche d'un employé d'une maison de disque lui-même passionné par le jazz. Ce sont également autant d'occasions pour le mangaka de poursuivre un abords sous toutes les coutures de cette musique qu'il aime tant: les aléas de la vieillesse sur des jazzmen autrefois si talentueux, la difficulté de vendre des albums de jazz de nos jours, la délicatesse de faire en sorte que les jeunes s'intéressent à cette musique parfois malheureusement vue à tort comme has been... Dai et ses compagnons feront-ils alors partie de ceux qui offriront une nouvelle renaissance au jazz ?

"Alors ça existe, des jeunes qui jouent du jazz en toute sincérité !"

La suite de la série répondra peut-être à cette question... Et en attendant, Blue Giant reste ici, à nouveau, un modèle de passion et de sincérité, où Ishizuka sait sublimer son sujet par la force de ses personnages et de ses mises en scène musicales en constant renouvellement.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16.75 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News