Black Torch Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 07 June 2018

Critique 2


Depuis le début d'année, les éditions Ki-oon nous proposent dans leur collection Shônen Black Torch, premier titre de Tsuyoshi Takaki. Démarrée en 2016 dans le Jump SQ des éditions Shûeisha, la série compte actuellement quatre tomes dans son pays d'origine, à l'heure où ces lignes sont écrites, une œuvre que l'éditeur français a vendue comme particulièrement dynamique en plus de traiter les thématiques des ninjas et des esprits avec un regard moderne. Une accroche honnête puisque, effectivement, Black Torch se montre tout à fait divertissant et rythmé sur ce premier opus.


Jiro est élevé par son grand-père, un descendant de shinobi qui a pris soin de lui transmettre son art, bien que le jeune homme ne parvienne pas à prendre toute cette histoire au sérieux. En plus d'être doté de l'habilité des ninjas, Jiro possède un pouvoir plus que singulier : il est capable de parler avec les animaux.


Alerté par ses amis sauvages, Jiro vient en aide à un chat noir visiblement grièvement blessé. Celui-ci répond au nom de Rago et est en réalité un Mononoke, autrement dit un esprit particulièrement puissant. Or, Rago est convoité par les autres Mononoke et les Onmitsu, une faction humaine exorcisant les esprits malins. Au cœur d'une guerre secrète qui le dépasse, Jiro va assumer sa volonté de venir en air à Rago...


Avec Black Torch, c'est donc de ninjas et d'esprits maléfiques dont il est question, via le regard d'un jeune héros intrépide, mais néanmoins sympathique. Un garçon un poil rebelle, venant en aide aux animaux avec lesquels il est capable de communiquer... Il est en effet difficile de ne pas s'attacher à Jiro dès les premières pages du récit. Le personnage va prendre une autre couleur dans ses interactions avec Rago, le chat noir qui s'avère être un puissant Mononoke. Un binôme aux deux membres dont les caractères sont assez opposés n'est pas une trouvaille en soi, mais le concept est ici correctement exploité et promet de bonnes choses pour la suite de l'histoire.


Cette histoire, elle n'est que mise en place dans ce premier opus, ce qui se ressent fortement sur les dernières pages qui vient légitimer le titre de la série, « Black Torch ». Pour sa première série, Tsuyoshi Takaki prend donc son temps, un bon moyen de nous familiariser avec l'univers et nous faire comprendre les dangers de ce conflit caché entre les Mononoke et les Onmitsu. Un programme qui méritera d'être développé sur le long terme car si le récit se veut insistant sur le caractère impitoyable de chacun des deux temps, force est de constater que les Onmitsu apparaissent pour l'instant comme les « gentils » de l'histoire, on est donc curieux de voir ce que la suite nous réserve à ce sujet.


Un folklore développé, donc, et il en est de même pour les premiers personnages qui apparaissent dans la série. En première ligne, c'est le lien entre Jiro et son grand-père qui est mis en avant ici, l'auteur campant un duo attachant, bien que déjà vu dans la forme. Même chose pour Ichika, l'Onmitsu au fort caractère qui prendra un peu plus d'importance vers la fin du tome avant de se diriger vers le rôle, là aussi assez classique, de l'alliée du héros.


Si l'univers promet de belles choses pour la suite, les codes et schémas développés par le mangaka manquent de nous surprendre tant ils s'avèrent classiques. Néanmoins, Tsuyoshi Takaki dirige correctement ses personnages et son univers, aussi on reste très curieux de voir ce que la suite nous réserve, aussi parce que Black Torch semble se lancer véritablement avec la fin de ce premier tome.


Toutefois, c'est visuellement que ce début de série pourra mettre bien du monde d'accord. Si le mangaka signe sa première série, son style est déjà d'une grande densité. Chaque planche fourmille de détails, tandis que les scènes d'action jouissent d'un grand dynamisme tout en restant parfaitement lisibles. Il est indéniable que Tsuyoshi Takaki a un grand talent de dessinateur, et il y a de quoi avoir hâte de voir ce don se développer sur la suite du récit.


Du côté de l'édition, les éditions Ki-oon livrent un travail aussi qualitatif que d'habitude : un papier épais agréable en mains, une sympathique page couleur en ouverture de tome, et une traduction bien sentie par Sébastien Ludmann.


Critique 1


Quand on parle de ninjas et de mangas on pense forcément au jeune ninja blond à la combinaison orange abritant un démon renard, on pense village caché, pupilles magiques...Bien loin de ce que Tsuyoshi Takaki souhaite nous proposer avec son premier titre à parvenir jusqu'à nos frontières, à savoir un shonen d'action débridée dynamique avec en prime une approche novatrice de l'idée éculée qu'on se fait des ninjas! 


Toujours sur les bons coups, c'est Ki-oon qui nous offre la possibilité de découvrir ce titre, peut être l'un des futurs fer-de-lance de son catalogue... 


Jiro est un jeune homme vivant une vie paisible aux côtés de grand-père, un homme bourru tenant absolument à lui inculquer les arts ninjas, ce que Jiro n'arrive pas à comprendre! Le jeune homme, possède une capacité incroyable qui lui permet de communiquer avec les animaux, et dans une volonté de leur venir en aide il ne cesse de s'attirer des problèmes... 


Un jour il trouve dans la forêt non loin de chez lui un chat noir gravement blessé qu'il va soigner; ce dernier prétendant se nommer Rago est en fait un Mononoke, un esprit / démon pouvant prendre diverses apparences. Il est pourchassé à la fois par des exorcistes et d'autres démons qui veulent soit le rallier soit le tuer. Jiro se retrouve donc mêlé bien malgré lui à un affrontement entre démons où il laissera la vie...à ceci près que Rago va lui offrir sa vie afin de fusionner leurs âmes accordant ainsi des pouvoirs incroyables à Jiro qui va désormais être la cible des démons, mais aussi d'un organisme étatique traquant les Mononoke... 


Une relation forte va alors se créer entre le jeune homme et le démon désormais contraint de cohabiter dans le même corps, et une longue route et un long apprentissage va débuter pour Jiro qui plus que jamais, et contrairement à ce qu'il souhaitait, va se consacrer à l'art ninja! 


A priori rien de neuf avec ce titre semblant surfer sur la vague ninja...un peu de ninjas donc, un peu de démons/yokais, un peu d'exorcistes...à première vue on pourrait avoir le sentiment que l'auteur a fait un melting pot de tous les derniers shonens à succès, prenant des éléments à droite et à gauche avant de tout passer dans un shaker pour nous proposer un énième shonen non orignal, comme tant d'autres auteurs l'ont fait avant lui... Pourtant l'auteur semble bien décidé à apporter un peu de fraîcheur et un regard neuf sur le shonen avec son titre, déjà d'une part parce qu'il n'est pas si évident que cela de mélanger plusieurs univers et de donner à l'ensemble une cohérence, mais aussi, et surtout parce que Takaki semble décidé à présenter de nouveaux concepts ou tout du moins de faire évoluer les clichés du genre. 


Avant même de nous présenter ses idées sur les démons, le premier contact qu'on a avec le titre c'est "l"approche" ninja! 


Nous sommes dans un monde contemporain, ce monde c'est le notre, et même au Japon tout ce qu'on sait sur les ninjas n'est plus désormais que du folklore, Jiro le dira lui-même à son grand-père, tout ceci n'a plus lieu d'être de nos jours! D'ailleurs Jiro au départ, bien que bagarreur,  malgré ses capacités, se fait rosser par d'autres lycéens, et même si on sait que le principe de ce genre de titre c'est de faire évoluer le personnage, ici il commence totalement détaché de ce genre de choses... 


Et lorsque les ninjas apparaissent enfin, ils sont aussi loin des clichés: en se basant sur l'histoire du Japon, ils sont des héritiers des Onmitsu, ninjas œuvrant pour le shogun et ont donc évolué vers des ninjas fonctionnaires, c'est-à-dire qu'ils sont une unité spéciale du gouvernement au service du contribuable! 


Ça c'est pour le côté ninja, maintenant intéressons-nous un peu aux Mononoke! Là encore l'auteur le dit lui-même via les paroles de Rago...on peut les appeler démons, esprits, fantômes... en gros Takaki va donner vie à des démons sans s’embarrasser des détails de leurs origines pour le moment; ils sont là, ils vivent parmi nous, c'est ainsi et nous devons l'accepter ! 


Et là encore l'auteur se laisse une grande marge de manœuvre en précisant qu'ils peuvent aussi bien prendre une apparence humaine qu'animale...en gros il ne s'impose dans l'immédiat aucune barrière et peut ainsi faire évoluer son concept dans le sens où il l'entend, y apporter les origines qu'il souhaite! 


Le décor étant planté, intéressons-nous aux personnages: en premier lieu nous découvrons Jiro, rejetant en partie l'enseignement de son grand-père, bien qu'il utilise certaines techniques rappelant le style ninjutsu! Détaché et à priori flegmatique, il possède un étrange don qui lui permet de communiquer avec les animaux, ce qui a tendance à l'éloigner des humains préférant la compagnie animale! Le premier tome n'explique pas d'où lui vient cette capacité, on peut donc supposer que l'auteur s'en garde sous le coude et ayant sans doute déjà prévu toute une partie sur les origines de son héros! 


A ses côtés, nous découvrons un chat, ou plutôt un Mononoke arborant l'apparence d'un chat! Ce dernier semble posséder un grand pouvoir puisqu'il est la cible à la fois de ses congénères, mais aussi des Onmitsu...mais là encore on reste dans le flou à l'issue de ce premier opus! 


Ainsi l'auteur distille habilement ses infos puisqu'il nous tease, titille notre curiosité, vient nous questionner, mais n'en dit pas plus pour le moment. Et si là encore le procédé se veut assez classique, il peut être mal utilisé voire être agaçant et/ou pas cohérent, mais ce n'est pas le cas ici! 


Autre élément marquant, même si là encore déjà vu, nos deux héros vont rapidement ne faire qu'un, suite à un affrontement qui va mal tourner! Ils vont donc être contraints de cohabiter dans un même corps, à savoir celui de Jiro, ce qui va accorder de grands pouvoirs au jeune homme! On devine bien évidemment que la relation entre les deux sera d'abord compliquée avant que ne naisse une confiance mutuelle...et si ce n'est pas forcément nouveau, la façon que l'auteur aura de traiter ça pourrait amener des moments tantôt savoureux, tantôt forts! 


Très rapidement nous faisons la connaissance de certains membres de Onmitsu, notamment Ryosuke Shiba, le chef de section, mais aussi et surtout la jeune et pétillante Jin Kishimo, agent de terrain chargé de la protection de Jiro malgré son aversion pour les Mononoke. On devine une rivalité naissante entre les deux jeunes gens qui constituera un des éléments forts du titre! 


A partir de là tout est posé pour se lancer dans une aventure qui promet d'être riche et, contrairement à ce qu'on aurait pu croire, surprenante. 


Ne reste plus qu'à parler des Mononoke qui se présentent comme des démons surpuissants à l'apparence changeante, ce qui là encore permet à l'auteur de faire un peu ce qu'il veut sans la moindre contrainte à part celles qu'il veut bien s'imposer. Et pour le moment on est plutôt bien servi avec des créatures au design bluffant et inquiétant, tout en représentant parfaitement l'image qu'on pourrait se faire des ogres japonais! 


Et puisqu'on parle du design, il faut évoquer la patte graphique de l'auteur qui est tout simplement superbe! Outre le fait que le dessin soit fin et soigné, il parvient à insuffler un véritable rythme à son titre non seulement dans la narration, mais également dans le dessin avec des successions de traits fins impliquant du mouvement et un dynamisme évident! 


L'issue du premier affrontement de nos héros face à un démon se conclut sur une double page absolument bluffante, mettant une violente claque aux lecteurs contraints de reconnaître le talent de Tsuyoshi Takaki pour sa mise en scène! 


A partir de cette page, nous n'abordons plus ce premier opus de la même manière, on s'est pris une claque, on ne moufte plus, attendant la suivante! 


En prime on a droit à un petit bonus avec un rapide cours d'histoire sur les ninjas au Japon...c'est très succinct, mais on peut s'attendre à en avoir d'autres, et personne ne s'en plaindra...mêler histoire et folklore, certes ce n'est pas original, mais c'est toujours appréciable. 


Nous avons donc là un premier tome saisissant qui par quelques bonnes idées parvient totalement à nous faire oublier des thématiques éculées, et possédant un dynamisme et un trait conférant une véritable pêche à ce manga qui séduit immédiatement! 


A suivre avec beaucoup d'attention! 


Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Takato

15 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Erkael

17.5 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News