Beck Vol.24

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 09 July 2008

u’est ce que ça fait du bien d’avoir sa dose double mensuelle de Beck ! Et, comme à chaque fois, on est vraiment pas déçu de suivre avec passion la folle aventure de Mongolian Chop Squad, groupe qui traverse cependant est une passe difficile dans ce 24ème volume. En effet, le plan de Ran porte vite ses fruits, et de nombreux clivages viennent transcender le groupe, pourtant assez soudé jusqu’alors. L’intégrité de Koyuki est remise en cause, à tort, et une scission s’opère entre ce dernier et Chiba, qui ne sait plus de quoi est fait son avenir dans le groupe.
D’ailleurs, ce tome est presque entièrement consacré à Chiba, à ses doutes, à ses faiblesses. C’est une excellente initiative de la part d’Harold Sakuishi, car derrière l’homme viril, inébranlable que représente Chiba, se cache quelqu’un de sensible, qui se remet en cause constamment, et qui manque de confiance en lui et en ses camarades. C’est finalement un Chiba beaucoup plus humain que l’on découvre dans cet opus, et cela ne peut que renforcer l’amitié qu’on lui porte. Un des meilleurs personnages que je connaisse, et ce, tous mangas confondus !
Parallèlement à cela, Mongolian Chop Squad commence sa tournée nationale, et enchaîne les concerts avec un professionnalisme chèrement acquis, après 23 tomes de galère. Et pourtant, les ennuis sont loin d’être finis, Ran étant prêt à tout pour réduire le groupe en miette. Va-t-il réussir ? Beck va-t-il péricliter ? Avec un scénariste de génie tel que Harold Sakuishi, on peut s’attendre à tout … Réponse dans deux mois.


crack


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Crack

18 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News