Bateau de Thésée (le) Vol.5

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 17 January 2020

Après avoir mis en garde Bungo Sano sur le drame devant arriver le 24 juin à l'école primaire d'Oto Usu, puis s'être éloigné à cause des suspicions pesant sur lui, Shin a finalement mystérieusement regagné son époque, et l'influence qu'il a eu en 1989 a considérablement changé son présent d'origine en 2017... mais pas forcément comme il l'espérait. En seulement quelques jours, il a appris que sa maman et son frère Shingo sont morts il y a déjà plusieurs années, par suicide familial orchestré par la mère, un suicide dont sa soeur Suzu et lui ont échappé de justesse avant d'être placés en foyer. Puis quand il décide de partir à la recherche de son épouse Yuki et de leur bébé, c'est un nouveau coup dur qui lui tombe dessus, puisque celle qu'il aime ne le connaît même pas, et n'est donc aucunement mariée à lui... Dans ce présent qui n'est plus vraiment le sien, que pourra faire Shin ?

Bien que déstabilisé par tout ceci, Shin cherche à garder le cap et à poursuivre ses investigations, d'autant qu'une étrange piste supplémentaire se trouve dans son logement: des dessins inquiétants, ressemblant à ceux de 1989, lui sont mystérieusement postés à rythme irrégulier, depuis Sapporo. Et quand ce n'est pas lui qui cherche à voir Yuki, c'est Yuki qui vient à lui: devenue journaliste, désireuse d'avoir quelques mots de sa part, elle vient également lui remettre des échanges papier qu'elle a eus pendant quelque temps avec Bungo Sano, toujours considéré comme le principal suspect et attendant son sort dans la prison de Sapporo depuis des années. Avec ces nouveaux éléments en mains, Shin comprend bien que ses pas doivent désormais le mener jusqu'à Sapporo, à la rencontre de deux personnes essentielles...

Il y a quelques petites détails pouvant éventuellement chagriner dans ce tome. Côté histoire, on peut trouver bizarre que Yuki ne tilte pas sur la jeunesse de Shin, alors que l'une des lettres de Sano lui dit bien qu'il est censé avoir dans les 60 ans. Et côté dessins, il y a bien sûr toujours cette volonté d'offrir des décors réalistes immersifs, mais cette fois-ci il y a de quoi regretter que certaines photos ne soient vraiment pas assez (pas du tout ?) retravaillées. Et pourtant, en dehors de ces quelques détails qu'il est facile d'occulter, la série commence enfin à prendre une dimension supplémentaire, à travers les nouvelles investigations faites par Shin dans ce présent qui n'est plus tout à fait le sien, où son "deuxième moi" semble avoir connu une jeunesse tout de même un peu plus joyeuses que la précédente, mais où, forcément, pas mal de choses lui échappent.

Quoi qu'il en soi, le tome est donc marqué par deux rencontre cruciales: les deux derniers membres de la famille de notre héros. Dans un premier temps, il lui faut aller à la rencontre de Bungo Sano en prison, car il n'y a sans doute que lui qui peut le renseigner en détail sur le déroulement des choses en 1989 après son départ, le drame d'Oto Usu s'étant répété. Et le mangaka joue là très bien son coup, tout d'abord car il y a une pointe bien dosée d'émotion dans cette rencontre entre père et fils (notamment via la symbolique de cette main paternelle que le fils ne peut jamais toucher), mais aussi et surtout car Sano a beaucoup de choses à raconter... Concrètement, on pourra se dire que son comportement au moment du drame était un peu idiot: difficile, après ça, de ne pas être le premier suspect. Mais il reste que toutes les informations qu'il apporte sont forcément intrigantes, que ce soit autour de l'identité des victimes, d'où était passée Suzu pendante la tragique disparition d'Akane, du sort de l'inspecteur Kanemaru, de ce qu'ont pu devenir les Mishima et Kiko Sasaki... L'autre rencontre importante est celle avec Suzu, sur qui notre héros ne peut qu'avoir des doutes (est-elle vraiment étrangère à toute l'affaire, comme le dit Sano ?), et qui surtout a beaucoup changé pour des raisons paraissant évidentes. Grâce à elle, Shin a l'occasion d'en apprendre plus sur ce qu'elle et sa mère ont ensuite dû traverser pendant toutes ces années, cataloguées en "famille de criminels", brimées pour ça, contraintes à une étouffante solitude et à ne jamais pouvoir être en paix...

Dans tous ces événements, le lecteur tout comme Shin ne peut que noter nombre de petites différences, de nouvelles choses, par rapport aux événements initiaux, ceux datant d'avant que Shin n'influe sur le passé. On se demande forcément si tout aura une importance, et plus encore quelles vérités se cachent réellement derrière certaines choses. En attendant de voir comment le récit va continuer d'évoluer et de peut-être s'éclaircir, on tient là un cinquième volume très prenant.
   

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15.5 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News