Baltzar - La guerre dans le sang Vol.6

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 18 September 2020

Après leur rude bataille contre le bataillon du Holbaek mené par le capitaine Nielsen, Baltzar et ses élèves sont accueillis en fanfare lors de leur retour au quartier général des opérations. Baltzar y rencontre Anneline, une jeune journaliste particulièrement impliquée, qui est prête à lui livrer des informations sur quelques manigances, et sur l'implication de Liebknecht...

L'intense tome précédent était mené d'une main de maître. Il nous laissait particulièrement impatients, de découvrir l'après bataille contre le Holbaek notamment. Ainsi, si le cinquième opus dépeignait la guerre, son intensité mais aussi sa barbarie, cette suite revient aux fondamentaux, à savoir la dimension politique des conflits, et les manigances qui peuvent se cacher derrière le moindre événement.

Le retour de Baltzar et de ses élèves n'est donc pas tant une phase de répit, puisque Nakajima Michitsune en profite pour densifier de nouveau l'ensemble des rapports politiques qui régissent la série. La série reste donc fidèle à elle-même, dans le sens où l'univers dépeint par l'auteur est minutieusement pensé, et le rapport de force bien établi dans sa tête. Certaines séquences demandent une attention toute particulière pour être parfaitement saisie, un effort qu'il convient de faire pour comprendre que Baltzar n'a rien d'une série qui se laisse voguer à la dérive, et que bon nombre d'éléments semblent déjà sous-entendus et promettent une suite encore plus mouvementée. Que ce soit la présence de Liebknecht, l'entrée en scène du Holbaek ou la conférence internationale, chaque ingrédient à son importance dans la puissance de cette histoire de manigances, de complots politiques, et de guerre.

Mais si le tout est soutenu en termes d'information, l'auteur parvient à jamais rendre son récit indigeste. Le long segment de la conférence international en est une preuve, celui-ci mariant très bien les complots forts à une narration intense. Un segment qui joue alors sur deux optique mais demeure passionnant à suivre, notamment dans ses retombées qui nous prennent un peu à contrepied, en ce qui concerne Baltzar et son ami d'enfance... Il est assez difficile de savoir ce que Nakajima Michitsune a en tête, et chaque volume de la série peut partir dans une direction nouvelle.

Enfin, on apprécie que l'histoire parvienne toujours à utiliser ses quelques apprentis militaires, et parfois à les faire évoluer. C'est davantage Helmut qui est mis en avant, ici, la jeune femme habillée en soldat étant un cas complexe qu'il convenait de traiter habilement pour ne pas partir dans le cliché et le mauvais goût. L'arc du personnage est ici très bien traité, et Helmut demeure un personnage toujours plus fort au fil des tomes, et à la psychologie bien établie.

Baltzar ne déroge pas à sa qualité globale : Le récit ne fait jamais de surplace et livre, une fois de plus, un passionnant tombe brillant par ses manigances politiques et la richesse de ses enjeux, le tout porté par un conseiller militaire et ses élèves qu'on aime suivre au fil des opus. Ce n'est plus à prouver, Baltzar est une très bonne œuvre militaire et politique, qui demande une lecture attentive certes, mais qui demeure passionnante.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

16 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News