Bakuman Vol.9

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 31 January 2012

La nouvelle série de notre duo gagne sa place dans le Shônen Jump ! Néanmoins, la concurrence est rude, notamment face au duo improbable d'Iwase et Niizuma qui récolte tous les honneurs... En plus de ça, Shûjin a bien du ma à renouveler ses gags, sans compter que son mariage avec Miyoshi est sujet à bien des tracas...

Après le précédent volume catastrophique, ce nouveau tome ne pouvait qu'être meilleur. Tel est le cas, mais le bilan reste mitigé... L'intrigue se recentre sur la nouvelle série de nos héros, un "gag manga". La publication est rude : Une nouvelle concurrence impitoyable fait parler d'elle sans compter que le duo ne travaille pas un style qui lui convient... De ce fait, une suite une nouvelle désillusion pour ces deux héros car le succès ne se fera certainement pas avec Tanto. Shûjin et Saikô sont en proie au doute, perdent petit à petit confiance sans compter qu'à côté de ça, Eiji se trouve au sommet de sa gloire en assurant deux séries en parallèles, d'autant plus qu'Hattori se retrouve à ses côté en tant que responsable éditorial. On peut avoir l'impression de tourner en rond à la lecture de ce tome et pourtant, il est indéniable que de nouveaux éléments s’installent tranquillement : Un nouveau mangaka se prépare à entrer sur la scène et celui-ci est discrètement développé dans ce volume, Hattori et Eiji, bien que travaillant ensemble, permettent à nos héros de se rendre compte de l'erreur faite en se dirigeant vers le gag manga. Tout ceci amène inévitablement à un retournement de situation en fin de volume, nos héros ont du pain sur la planche mais semblent avoir imposé leur voie, et ne se feront plus dicter le travaille qu'ils devront rendre. Néanmoins, il tous ces évènements intéressant ont lieu en seconde partie de volume, et autant dire que la première est loin d'être passionnante...

Car cette première partie est le centre de tous les points négatifs entourant ce volume : Le mariage de Shûjin, de révélations sur l'oncle de Mashirô... encore une fois, tout le monde semble se connaître et les nouvelles générations se rejoignent, mais tout ça reste très, très peu crédible. Et du côté de l'incohérence, on peut aussi rajouter les diverses manigances d'Hattori. L'édition est plus que jamais montrée comme un feuilleton dramatique, et il est normale que certains soient encore rebutés du côté du réalisme... Néanmoins, malgré son côté didactique (sur les premiers tomes), Bakuman nous montre que nous devons le prendre pour ce qu'il est : Un shônen à rebondissement sur les thèmes du mangaka et de l'édition, un manga dont on doit s'abstenir le parallèle avec le monde réel de l'édition, tant tous les évènements semblent improbables.

Le gros soucis du volume reste quand même graphique... On a souvent l'impression qu'Obata caricature son propre style graphique en présentant nombre de personnage dans des positions aussi étranges que ridicules, et cela gène fortement à la lecture... Difficile alors de prendre au sérieux certaines situation à la vue de cette évolution regrettable... Mais où passé le talent du dessinateur période pré-Bakuman ?!


Takato


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

13 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News