Ange de l'ombre (l') Vol.3 - Actualité manga

Ange de l'ombre (l') Vol.3

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 11 Janvier 2018

Beauté autour de qui fleure un parfum de mort, Benisuzu finit d'avouer toute la vérité sur l'affaire de meurtres d'il y a trois ans à Yoshiki, le jeune homme qui s'est épris d'elle. Mais elle cherche ensuite à éloigner d'elle ce garçon en qui elle peut partout placer sa confiance, car elle doit se préparer à accomplir son rôle : enfin éradiquer la menace des yagamis en allant se confronter au groupe Gokusei emmené par Fujita. En finir avec ces "vampires", y compris avec elle-même, venger la mort de Kinji et Keiichi... mais pourra-t-elle faire quelque chose en étant seule ? Pendant ce temps, des agents de police viennent frapper à sa porte, le néo-yagami Tomiyama refait son apparition en réclamant l'aide d'Ioka pour retrouver "Maria" et espérer redevenir humain, et Fujita lui-même passe à l'action... Quelle sera l'issue de ce polar fantastique ?


L'issue, elle est, dans l'ensemble, plutôt bien menée au fil de ce dernier pavé de 250 pages, où Yusuke Ochiai se fait notamment plaisir avec quelques scènes plus orientées action ! Celles-ci souffrent de raccourcis côté mise en scène, mais le trait sombre de l'auteur leur offre une tension bien palpable et amène quelques petits coups de boost. Dans tout ça, le mangaka, en se basant sur le roman d'origine de Tetsuya Honda, a déjà le matériau de base côté histoire pour nous amener tout qu'il manquait encore au niveau des révélations, sur le passé de Benisuzu, sur la façon dont Fujita est devenu un "vampire" au lieu de mourir purement et simplement trois ans auparavant, sur les ambitions angoissantes de ce dernier, sur la manière dont les yagamis peuvent peut-être être éliminés... Tout l'essentiel est là pour proposer jusqu'au bout un récit qui se tient plutôt bien, sans être forcément très original, mais en offrant un divertissement honnête, tendu, où le rythme est constant dans ce dernier tome.


Et pourtant, une fois la dernière page tournée, même si tout est bel et bien réglé et qu'on a une vraie conclusion, il est difficile de ne pas ressentir certains gros manques. A commencer par la toute fin, qui certes cristallise assez bien le lien Benisuzu-Yoshiki et reste volontairement un petit peu évasive, mais qui malgré tout frustre légèrement par sa rapidité, son côté un petit peu expéditif. Mais avant ça, il y a un petit problème concernant le manque de traitement de certains personnages. A force de beaucoup se focaliser sur Benisuzu dans ce dernier volume, l'ensemble laisse en partie de côté les autres figures. On attendait clairement plus de Tomiyama, qui n'a finalement qu'un rôle mineur (voire presque inutile), ou encore d'Ioka qui avait su intriguer au fil des pages, mais dont le rôle ici reste finalement en deçà de ce à quoi on pouvait s'attendre. Difficile, également, de ressentir une réelle empathie pour Yumiko et Minako, étant donné qu'elles n'ont jamais été vraiment abordées et développées auparavant...


En somme, on a une dernière ligne droite qui assure l'essentiel, divertit et offre une vraie fin, mais qui sous-exploite pas mal de personnages. Mais dans l'ensemble, L'ange de l'ombre est un petit thriller plutôt efficace, qui a de quoi plaire sans problème aux amateurs du genre, sans forcément laisser un souvenir impérissable.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

13 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News