Académie Musicale Alice (l') Vol.3 - Actualité manga

Académie Musicale Alice (l') Vol.3

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 27 December 2019

Intense pour Hikari, l'entraînement avec Ema/Thomas en vue de la dernière épreuve du concours d'otoko-yaku, celle du baiser, a fini par se transformer en un véritable baiser d'amour, les deux adolescents s'étant avoué leurs sentiments. Dans la foulée, devant une Hikari un peu chamboulée et manquant toujours un peu de confiance en elle face aux trois autres redoutables finalistes, Ema affirme tout le bien qu'il pense d'elle, toutes les qualités qu'il voit en elle, et tout le charme qu'il voit dans ses défauts et faisant qu'il est tombé amoureux d'elle. Il en est persuadé: malgré la concurrence s'annonçant rude, Hikari, en sa compagnie, est tout à fait capable d'offrir une représentation à même de lui correspondre et de toucher le jury et le public... Mais encore faut-il que la représentation puisse avoir lieu. En effet, le jour-même, Ema disparaît sans laisser de traces, et Aruma ne tarde pas à flairer que plane sur lui le danger de mort exercé par ses hommes... Sans son partenaire, et forcément inquiète pour lui, Hikari peut-elle et doit-elle participer à la finale ? Qu'adviendra-t-il d'Ema/Thomas ? Et quel choix fera Aruma, lui qui était censé infiltrer l'académie pour éliminer Ema ?

L'académie Musicale Alice s'achève déjà avec ce troisième volume, et peut-être un petit peu rapidement, comme le regrette elle-même une mangaka qui avoue qu'elle avait encore quelques idées en tête. Parmi les principaux regrets, il y a essentiellement le fait que les choses ne soient pas réglées à 100% concernant les problèmes d'héritage dans le pays d'origine de Thomas et d'Aruma, et que leur grand frère à l'origine des problèmes n'apparaisse pas. Et pourtant, il n'y a pas réellement de déception une fois le dernier volume tourné, car chacune des grandes pistes conçues par Tachibana Higuchi s'avère suffisamment bien développée. Ainsi la première partie sait-elle très bien mettre en valeur l'importance que Hikari et Thomas ont pris l'un pour l'autre et à quel point ils s'aiment. Et même si la traductrice Anne-Sophie Thévenon reste décidément toujours aussi peu douée pour parfaitement souligner l'émotion des passages romantiques, il y a tout de même plusieurs phrases très belles et qui sonnent juste. La suite, bien que tendue à cause de l'enlèvement de Thomas, témoigne néanmoins très bien de la force de caractère et des qualités qui résident en Hikari, tant sa représentation, en plus d'être originale et un peu improvisée (avec l'aide de certains visages de L'académie Alice, ça fait toujours plaisir !), est très bien pensée et très joliment développée et mise en scène, sur quelques dizaines de pages, par une mangaka inspirée et montrant à nouveau bien sa passion pour le takarazuka. Qui plus est, cette représentation reste une poignante métaphore de tout ce que Hikari peut ressentir pour Thomas, même s'il est absent. Enfin, la dernière ligne droite du récit offre avant tout la part belle à un autre personnage: Aruma, pour qui l'heure des choix est venue quand l'heure du sauvetage de son frère est venue. Celui qui était censé assassiner Thomas se dévoile pleinement, jusque dans la forme véritable de son alice, une forme lui ayant toujours valu tant de haine, mais qu'il décide de mettre à profit pour être digne de celle qui l'a accepté tel qu'il est et qui lui a accordé une place. Tout comme elle l'a si souvent fait dans L'académie Alice, l'autrice parvient ici à offrir tout un développement et une évolution poignants dans le feu de l'action, avec de bons enjeux dramatiques puisqu'Aruma risque sa vie et sa place, et au bout du compte il semble impossible de ne pas trouver ce garçon attachant et touchant.

A tout ceci, il faut ajouter quelques pages bonus revenant sur le cas d'un personnage un brin intrigant dans la série mais que la mangaka a finalement préféré développer après la fin de l'histoire: Shizuku Imai, la plus étrange et énigmatique des 4 finalistes du concours. Comment a-t-elle réussi à se hisser jusque-là ? Quelques tout petits indices ont été glissés par la mangaka, notamment via le nom de famille du personnage et les inventions qu'elle trouve, et il est alors difficile de ne pas avoir une pensée pleine d'émotions pour une certaine jeune fille de L'académie Alice...

Au bout du compte, on se dit que Tachibana Higuchi avait sans nul doute encore des idées sous la main pour poursuivre ce spin-off, ne serait-ce qu'autour du conflit pour le trône dans le pays de Thomas, ou concernant le parcours de Hikari dans l'académie musicale, qu'il n'aurait sans doute pas été déplaisant de suivre encore plus longuement, la mangaka y ayant clairement affiché sa passion. Néanmoins, on referme ce dernier tome sans grosse frustration, et surtout avec la satisfaction d'avoir vu les plus grosses pistes bouclées et d'avoir assisté à des développements et rebondissements assez forts en émotion, Higuchi n'ayant pas perdu ses talents de conteuse depuis L'académie Alice.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15.25 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News