9 Lives Man – Un amour à sens unique - Actualité manga

9 Lives Man – Un amour à sens unique

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 15 January 2021

Lancées en avril 2020, les éditions Mahô sont toutes jeunes, mais affichent déjà une volonté intéressante en mettant en avant des oeuvres asiatiques ou d'inspirations asiatique. Ainsi, l'éditeur s'est lancé en juin dernier avec Les Enfants de Gorre, un light novel qui est une création originale française et est illustré par un artiste coréen. La deuxième oeuvre proposée fut, en octobre, Blackfury, série française au croisement du manga et du comics, autrefois découverte chez Ankama. Et en ce mois de janvier 2021, c'est avec un one-shot taïwanais au pur format manga que l'éditeur revient: 9 Lives Man (ou x9 Lives Man), sous-titré "Un amour à sens unique".

On doit ce one-shot de 173 pages à Monday Recover, une artiste d’origine taïwanaise, qu'il a déjà été possible de croiser en France, notamment sur le stand de Taïwan lors de Festival International de la bande Dessinée d'Angoulême en janvier 2021, où elle s'adonnait à des séances de dédicaces ainsi qu'à des dessins live, permettant d'apprécier son dessin fin et sensible. Cette jeune autrice a déjà écrit plusieurs mangas à succès dans son pays (Ruban Rose, Heaven on Earth) et a été nommée pour plusieurs prix. En 2019, elle a remporté pour Ruban Rose le grand prix de la BD de l’année et celui de la meilleure BD pour jeunes adolescentes à la 10e édition des Golden Comic Awards.

Dessiné en 2019, 9 Lives Man - Un amour à sens unique est son dernier manga achevé en date. Ce manhua s'inspire de Nine Lives Man, un roman à succès dans son pays, véritable classique de la littérature taïwanaise. Cependant, il s'agit d'une version très libre, Monday Recover avouant elle-même dans sa postface que l'histoire de son manhua est très différente de celle du roman.

9 Lives Man nous immisce auprès d'un homme, Lin Ziyang. Grand, intelligent, plutôt beau, il est la nouvelle étoile montante du cabinet d'avocats où il travaille, et vient encore de briller lors d'un procès. Pourtant, au fond de lui, cet homme ayant eu quelques conquêtes n'a jamais pu oublier Qing Li, une fille qu'il admirait plus que tout lorsqu'elle était au lycée, tandis que lui était au collège et n'avait aucune confiance en lui avec son petit gabarit et son embonpoint. Cela fait donc depuis ses 14 ans qu'il entretient des sentiments inassouvis pour cette fille restée dans sa mémoire, quand bien même il ne l'a ensuite plus revue depuis qu'il a fini ses études. Alors, que ressentira-t-il quand il aura la surprise de la voir arriver en tant une nouvelle employée du cabinet, où elle devient son assistante ? Le temps perdu pourra-t-il être rattrapé ? Est-il déjà trop tard ? Ou alors, dans le fond, est-ce bel et bien comme un véritable amour que Ziyang a toujours considéré Qing ?

Le récit nous plonge donc au plus près de Ziyang, dans une narration assez introspective, où l'on suit pas mal ses pensées, au fil de ce qui s'apparente comme un amour à sens unique et inassouvi. A partir de là, en retrouvant face à lui, en chair et en os, celle qu'il a toujours admirée plus que tout de façon presque obsessionnelles (sans connotation négative), le jeune avocat ne peut que passer par de nombreuses émotions, qu'il s'applique pourtant à toujours camoufler derrière son visages impassible, si bien que c'est bien par ses pensées (ou par ses confidences à son ami) qu'on le découvre essentiellement.

Monday Recover fait passer son personnage principal par différentes étapes qui sont autant d'émotions et de mises au point personnelles. Il y a évidemment, au fil d'une narration maîtrisée dans son partage entre présent et passé, tout ce que l'on entrevoit de Ziyang mais aussi de Qing à travers les souvenirs que le jeune homme ressasse. Elle était une idole au lycée, une beauté toujours gentille et serviable que tout le monde admirait de loin. Lui n'était qu'un petit rondouillard sans confiance, qui se contentait de la voir avec passion sans forcément attendre plus, mais qui profitait du petit plaisir d'être dans le même club et les mêmes cours du soir qu'elle. Et 14 ans plus tard... eh bien, si certaines choses semblent ne pas avoir changé, d'autres sont différentes. Elles voulait devenir avocate, mais semble avoir abandonné cette idée, tandis que lui l'est devenu. Elle est toujours aussi belle, gentille et naturelle, tandis que lui, a bien changé physiquement en mentalement... enfin, sauf devant elle, qui le replonge dans son passé au point qu'il a le sentiment de ne pas avoir vraiment changé, le manque de confiance étant toujours là devant elle. Mais ne tout cas, leurs souvenirs communs, comme celui du dessin la Fée Pê-Pêche, créent entre eux un lien à part teinté de nostalgie ou de mélancolie. Mais au-delà du passé, y a-t-il désormais la possibilité d'un avenir entre eux ? Ziyang a bien envie d'y croire, lors de sorties au cinéma ou au zoo, mais...

Le récit, en filigranes, évoque alors pas mal de petites choses assez humaines: le manque de confiance en soi, le rapport à nos souvenirs et au passé, les occasions manquées, le sentiment de ne pas savoir saisir les opportunités, ou encore la désillusions amoureuse voire les illusions amoureuses puisque, au fil de l'oeuvre, Ziyang s'interroge beaucoup sur la manière dont il considère exactement Qing et sur ce que sa présence autrefois lui a apporté en le poussant à changer et à faire ses choix d'avenir.

Qui plus est, le tout est emballé dans une idée assez intéressante, bien qu'un peu sous-exploitée: celle offrant son nom à l'oeuvre. Depuis ses 14 ans et l'instant où il s'est pris de passion pour Qing, Ziyang a vu apparaître au-dessus de sa tête de bien étranges points de vie en forme de coeur. neuf, pour être précis. Mais maintenant qu'il est adulte et avocat, ils ne sont plus que trois quand il retrouve Qing. Que signifient cette espèce de décompte ? pas de grosse surprise là-dessus, mais l'idée est intéressante pour son côté métaphorique, symbolique des sentiments de Ziyang, de ses occasions ratées, de ses changements.

Enfin, la dernière partie du tome, bien que rapide, a l'idée plutôt plaisante d'avoir un aspect presque chiral en allant s'intéresser à un autre personnage, Aiwen, une fille dont la vie a elle aussi été pas mal chamboulée par Qing. Tout en découvrant cette fille et ses propres sentiments, on a aussi l'occasion d'entrevoir à travers elle Qing sous un jour encore différent, un peu moins "idéalisé". Le tout tandis que les histoires de chacun finissent par brièvement se croiser ou se recroiser à la fin.

"Peut-être que je suis tombé amoureux d'une illusion que je nourris depuis des années."

9 Lives Man est, en somme, une lecture peut-être un brin rapide, mais belle, assez subtile, et permettant à son autrice d'évoquer avec réussite et une certaine émotion adulte pas mal de tourments tout à fait humains. Une jolie trouvaille pour les éditions Mahô.

Cette chronique ayant été faite à partir à partir d'une épreuve numérique, pas d'avis sur l'édition.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News