20th century boys Vol.5 - Actualité manga

20th century boys Vol.5

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 22 October 2009

Kenji doit à tout prix réunir ses « neuf amis » pour pouvoir lutter contre les sombres projets d’Ami. Il lance alors un appel à ses camarades d’enfance, pour qu’ils se retrouvent et défendent « leur marque ». Fukube, Maruo, Mon-chan, Otcho, Yoshitsune, Yukiji et Kenji, il en manque deux … Quels autres enfants devenus grands manque-t-il à l’appel ? Encore une fois, Urasawa nous montre qu’aucun de ses allers et retours dans le temps n’est anodin, puisqu’ils permettent de lever un mystère, de renforcer certaines questions ou d’introduire une part de son récit. Mais il ne faut pas toujours avoir confiance en ses anciens compagnons de jeux, et toute la bande à Kenji se voit obligée de fuir perpétuellement les forces de l’ordre, puisque le monde entier est persuadé qu’ils sont de dangereux terroristes … La résistance s’organise en petit comité, et l’on observe les efforts du petit groupe dans l’optique de résister et de contrer les projets démentiels d’Ami. Et enfin, le moment que l’on attendait tant arrive : la nuit du 31 décembre 2000, la fin du monde annoncée … Le robot géant envahi Tokyo, le virus se répand à la surface de la terre, et Kenji s’avance, bien entouré, en direction de cette menace qu’il compte bien éradiquer. Et là, alors que la tension est à son comble et que le lecteur n’a qu’une envie : savoir enfin ce qu’il se passe lors de ce 31 décembre, et découvrir le visage des sauveurs de l’humanité … Urasawa nous plante là. Littéralement.

Si peu de flash backs sont présents dans ce tome, il est pourtant évident que le temps est modelé par l’auteur d’une main de maître. Celui-ci fait de la chronologie sont jouet préféré, et il nous transporte tour à tour dans différentes époques après avoir porté à son point culminant l’intérêt de chacune d’elles. Toute la deuxième partie du volume se déroule donc en 2014, et prend Kanna pour figure de proue : une jeune fille courageuse, déterminée et possédant un semblant de bons sens, qui se profile pour être la nouvelle mascotte de la narration. Un personnage idéal pour reprendre le flambeau de son oncle et affronter son « père » … On n’en apprend pas beaucoup sur le monde actuel, et la majorité du temps on se contente de partir à la découverte de la personnalité de Kanna, de son influence et son sang froid. Un récit qui, comme à chaque saut dans le temps et l'espace, commence ne douceur ... La petite a bien grandi, et elle est à présent capable d’instaurer la paix dans un quartier de violence, et tout ça pour respecter un restaurant … En quelques pages, Kanna sait se faire apprécier des lecteurs et l’on sait, à travers son impertinence et son regard décidé, qu’elle a un grand rôle à jouer. Mais Urasawa prend son temps, et c’est presque avec nonchalance qu’il nous expose l’ampleur du phénomène « Ami » à la fin de ce cinquième tome : on n’y pensait plus, et voilà qu’on se rend compte de son importance. Une question subsiste : comment cela est il possible ? En somme, encore un excellente tome qui marque un tournant dans la narration, et qui s’ancre d’avantage dans le futur que dans le passé. Cela signe un changement de ton dans la narration, qui ne sera pas la même maintenant que Kanna en est devenue l’héroïne …


NiDNiM


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Manga-News

17 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News