20th century boys - Deluxe Vol.7 - Actualité manga

20th century boys - Deluxe Vol.7

Critique du volume manga

Publiée le Lundi, 28 September 2015

Ami est mort. Le monde est alors plongé dans un grand désarroi et les hommages se multiplient autour du « sauveur de l’humanité ».  Les amis de Kenji, réunis, prennent alors connaissance de l’identité de leur ennemi : Fukube, pourtant censé être mort durant la bataille de l’an 2000. Néanmoins, tout ne semble pas être terminé… Et si la mort d’Ami faisait partie du plan ? Alors qu’un nouveau virus mortel commence à se propager à grande échelle, Kanna va choisir de visiter la mémoire d’Ami, des années auparavant, et ainsi comprendre la suite de son plan.

La fin du tome précédent nous a laissé sur une chute impressionnante qui aurait pu tout bonnement marquer la fin de l’histoire de 20th Century Boys. Pourtant, le manga de Naoki Urasawa se poursuit et ce double volume nous explique justement pourquoi le scénario est loin d’être terminé.

La mort d’Ami passe bien sûr par une phase d’accalmie qui met en relief l’importance du gourou pour les différents peuples de la Terre, mais octroie aux héros un court répit, notamment parce que ces derniers sont enfin réunis, choses qu’ils n’avaient pas connues depuis la fin de l’an 2000. L’intrigue se pose alors un temps, permet de se focaliser sur les différents personnages et même de nous surprendre sur d’autre, on pense notamment à l’identité réelle du chanteur Haru Namio dont nous n’aurions jamais deviné la vraie nature et qui permet au personnage de prendre beaucoup d’allure.

Néanmoins, les choses sérieuses ne tardent pas à recommencer et l’intrigue repart de plus belle, chose évidente puisque nous arrivons maintenant au dernier stade du second arc de la série. La mort d’Ami n’a pas élucidé tous les mystères, bien au contraire. Ceux-ci se sont épaissis et on ne sait par exemple quelle serait la finalité du Nouveau Cahier des Prédictions. La suite du tome cherche alors à nous apporter une réponse en développant deux « fronts ». D’abord, celui de la progression d’un virus bien plus important, mais aussi du développement de ses origines, ce qui passe par le retour d’un autre personnage emblématique pour une course contre la montre qui, on l’espère, trouvera une issue positive. De l’autre, Kanna, Yoshitsune et Koizumi optent pour un autre moyen de découvrir la vérité, biais qui nous fait revenir à un passage assez gênant de la série autour des jeux vidéo virtuels, mais qui sert ici, entre autres, à revenir sur le passé d’Ami tout en épaississant davantage le mystère de sa mort.

Finalement, le rythme de ce tome est effréné et Naoki Urasawa fait une nouvelle fois montre d’une maîtrise de son intrigue en rajoutant des énigmes à son récit tout en gérant habilement la phase finale de son arc et des dernières directions prises par la seconde grande partie du récit. Le combat de la « bande à Kenji » est plus captivant que jamais et c’est avec une grande curiosité et aussi une certaine d’ose d’adrénaline que l’on referme cet opus, tout en sachant que le suivant apportera un terme au second arc du manga et entamera le troisième et accessoirement le dernier.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

16 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News