Yôjo Senki - light novel jp Vol.1 - Actualité manga

Yôjo Senki - light novel jp Vol.1


Suivre les commentaires DONNER VOTRE AVIS
18/20

Je n'ai jamais aimé la réponse « difficile à dire » et ce quel que soit la question au préalable. Par définition, ça trahi un manque de capacité d'analyse à propos du sujet traité et c'est une façon simpliste de ne pas se positionner clairement. En bref, c'est la solution de facilité.

Cela étant dit, seriez-vous à même d'apprécier ce Light Novel ? Difficile à dire.

 

Partons de l'hypothèse que vous connaissiez un tant soit peu Youjo Senki, ou de son autre appellation : « The Saga of Tanya the Evil ».

Vous avez vu l'Anime et lu le manga et vous êtes avide de découvrir l’œuvre originale. Peut-être lisez vous le Japonais. Ce qui rendra la mission plutôt aisée. Mais il est plus probable que, comme l'auteur de cette chronique, vous ne pouviez pas déchiffrer un seul Kanji.

Vous faites donc des recherches et découvrez que la série est actuellement publiée chez Yen On, dans la langue Shakespeare. Ça tombe bien ! L'Anglais ça vous connaît ! Vous en avez fait au Lycée et vous avez même déjà regardé un Anime en VOSTA.

Si tel est votre profil... comme l'écrivait si bien Dante : « abandonnez toute espérance, vous qui entrez ».

 

Mon but ici n'est pas de rabaisser qui que ce soit, mais plutôt de mettre en garde : l'appellation « Light Novel » n'a jamais été aussi mensongère qu'avec le roman de Carlo Zen, tant cette saga n'a rien de « light ». Et pour avoir cherché des avis ici et là, même des natifs Anglophone considèrent les histoires militaire d'une petite fille comme denses. J'imagine donc qu'il en est de même en Japonais.

Chaque tome est relativement long, rempli jusqu'au ras-bord de jargon militaire et de références Historiques. Aussi, ne vous attendez pas à votre typique Light Novel, avec cette narration simple et directe qui caractérise le genre (à se demander pourquoi le titre est publié sous cette étiquette).

Maintenant si vous vous sentez de plonger dans l'Enfer du champ de bataille avec Tanya, vous aurez entre les mains une excellente lecture militaire.

 

Car ce qui frappe d'entrée c'est la qualité d'écriture. Presque plus proche du roman Historique, le Light Novel de Carlo Zen est diabolique de précision, n'hésitant pas à passer en revue l'avis de chaque acteur impliqué sur un choix tactique ou technique, afin que l'on puisse avoir le tableau le plus précis possible sur le conflit. Attendez vous donc à lire ce que pense le département logistique ; stratégique ou encore politique sur la moindre décision.

Ce souci du détail peut paraître rebutant de prime-abord, surtout si les conversations militaires ne sont pas votre tasse de café, mais elle renforce cette sensation de crédibilité, nous faisant presque oublier qu'à l'origine nous sommes face à un récit de type Isekai.

 

Le seul élément qui nous rattache à la nature « Fantasy » du roman, outre l'usage de la magie, c'est bien entendu notre chère personnage principal : la bien nommée Tanya Degurechaff. Et là encore c'est une danse intéressante à laquelle nous invite Carlo Zen.

Plutôt qu'un simple récit à la première personne coutumière du genre, nous avons ici un va et viens permanent entre la première et troisième personne du singulier, avec notre ex-Salary Man n'arrivant (ou ne voulant) jamais à s'identifier pleinement à sa nouvelle nature et se considérant plutôt comme un corps étranger à l'intérieur d'une petite fille. S'irritant même de cette voix agaçante lorsqu'elle ouvre la bouche.

Cet aller-retour narratif, pour parfois se mêler, exprime avec finesse l'instabilité psychologique de notre héro-ïne qui ne cesse de s'accentuer avec le temps.

 

Le tout bien entendu exacerbé par l'utilisation de l'Elenium type 95, qui semble corrompre peu à peu l'esprit du personnage à chacune de ses utilisations. Arme essentielle à la survie de notre enfant-soldat mais également symbole de sa malédiction.

 

Si vous aimiez le personnage de Tanya dans ses adaptations, vous serez ravi de la retrouver ici dans sa plus belle prestation. Quant à ceux qui la découvriront, autant dire qu'ils commencent avec la meilleure mais aussi sa représentation la plus noire. Notre demoiselle aux faux airs de Candy à beau être révulsée par la guerre, si votre mort signifie sa survie, il ne faudra pas plus d'un battement de cœur pour que vous finissiez six pieds sous terre.

 

Enfin pour conclure le tour d'horizon de ce premier volume, n'ayez pas trop d'attente en terme d'action. Là ou les autres supports faisaient la part-belle à la virevolte, nous sommes ici dans quelque chose de beaucoup moins tape-à-l'oeil. Comme tout les autres aspects du titre, les rares moments de bravoure se veulent coller au maximum à la réalité, sentant moins la gloire que la boue, le sang et la poudre.

 

Youjo Senki est en définitive un excellent roman. Juste ça. Un récit militaire servi par la plume solide de Carlo Zen et les illustrations inspirées de la part de Shinobu Shinotsuki. Aussi, pour peu que l'aspect quasi-Historique ne vous rebute pas, l'expérience vaut franchement la peine. C'est une lecture éreintante et complexe qui vous attend et il n'y aura sûrement pas une fin heureuse au bout du chemin, mais vous serez couverts de gloire à votre retour. Alors, engagez vous !

 

chevaliershakka

De chevaliershakka [146], le 03 December 2018 à 17h58

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

VOTRE AVIS



Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News