YOSHIMATSU Takahiro - Actualité manga

YOSHIMATSU Takahiro 吉松 隆

Interview de l'auteur

Publiée le Lundi, 23 October 2017

La dernière édition en date de Paris Manga accueillait un joli nom : Takahiro Yoshimatsu, bien connu pour avoir signé le character design de nombre de séries populaires comme Trigun, Hunter x Hunter ou Overlord, mais aussi pour avoir travaillé sur d'autres séries renommées, à commencer par Dragon Ball. Présent pour des séances de dédicaces et des interviews (vous retrouverez la nôtre prochainement), l'artiste donnant aussi une conférence publique où il répondit à plusieurs questions, d'abord posées par son interprète et agent Emmanuel Bochew, puis par le public.

Après une brève présentation, puis un « bonjour ! » en Français de M. Yoshimatsu, la conférence débuta devant une salle remplie.




Comment êtes-vous arrivé dans l'animation ?

Takahiro Yoshimatsu : Depuis tout petit, j'adore dessiner. Je me suis dit « pourquoi ne pas en faire un travail ? », alors pendant ma scolarité j'ai continué de dessiner en étant dans un club d'animation, jusqu'à ce que je devienne animateur pour un société. Quand je suis rentré dans un studio, ce qui ne manque pas à Tôkyô, j'ai choisi le Studio Live où il y avait pas mal d'animateurs plutôt atypiques, ce qui n'est pas courant. Parmi les personnes travaillant pour ce studio, j'avais beaucoup de respect pour Mamoru Yokota ou pour Toyô Ashida. Pour M. Ashida, j'ai eu l'occasion de le rencontrer avant d'entrer dans le studio, en allant à un événement pour lui montrer mes dessins. Il m'a conseillé d'intégrer le studio en voyant mon travail. Je pense que j'ai eu beaucoup de chance. L'époque au sein du Studio Live m'a permis de bien travailler, d'apprendre beaucoup de choses, même si ce n'était pas toujours facile.



Qui est votre personnage préféré de Dragon Ball ?

Bulma !


La série Trigun connaît un changement de ton assez radical, plus sombre, en cours de route. C'était décidé depuis le début ? Comment cela a influencé votre travail sur le character design ?

Le character design était élaboré dès le début, comme on me l'avait demandé. Toute la palette de personnages était déjà fixée, y compris leurs différentes expressions à adopter selon les ambiances. Il faut bien se dire qu'un personnage est fixé dès le début et qu'ensuite il va vivre à l'intérieur de la série, donc tout est pensé pour ça dès le départ. En somme, le changement de ton n'a pas forcément eu d'influence sur mon travail, mais plutôt sur les personnages qui vivent dans l'oeuvre.



Il y a eu 2 animes de Hunter x Hunter, et dans le 2ème, sur lequel vous avez travaillé, le character design est beaucoup plus proche du manga que dans le 1er. Comment cela s'est fait ? Est-ce que ça a été conçu en collaboration directe avec le mangaka original Yoshihiro Togashi ?

Il faut savoir que la 2ème série de Hunter x Hunter vient d'une décision de Shûeisha de faire quelque chose de beaucoup plus proche du manga. La 1ère série a été produite et conçue par une tout autre équipe, et lors de la conception de la 2ème série il n'y a eu aucune volonté de s'en inspirer. Le leitmotiv était de vraiment se baser le plus possible sur le manga d'origine. Concernant M. Togashi, sa collaboration s'est faite essentiellement avec les éditeurs, et personnellement je n'ai malheureusement pas eu l'occasion de le rencontrer.



Les 10 dernières minutes de cette rencontre furent consacrées à une jolie surprise, Takahiro Yoshimatsu ayant ramené du Japon quelques goodies Hunter x Hunter qu'il a fait gagner à certaines personnes du public via un jan-ken-pon géant !


Interview n°2 de l'auteur

Publiée le Samedi, 10 Febuary 2018

Takahiro Yoshimatsu s'est fait un nom dans l'animation japonaise, pour avoir été le character-designer de titres à succès. Trigun, Hunter X Hunter 2011, Overlord, Atom – The Beginning... l'artiste a participé à des projets très différents les uns des autres. La 24è édition de Paris Manga fut l'occasion de rencontrer M. Yoshimatsu, une entrevue où l'animateur et character-designer est revenu avec plaisir sur ses différentes expériences. Au cours de l'entretien, il nous a notamment présenté certaines ébauches de character-designs que nous avons pu immortaliser à travers quelques photographies, présentes dans cette retranscription.




Bonjour monsieur Yoshimatsu. Pouvez-vous d'abord nous parler du parcours qui vous a mené à l'animation ?



Takahiro Yoshimatsu :
J'aime dessiner depuis que je suis tout petit, je voulais donc faire un travail en rapport avec ma passion. En partant vers cette voie, j'avais le choix entre travailler dans l'animation ou devenir mangaka, j'hésitais beaucoup. Mon choix fut décisif lorsque j'ai intégré le club d'animation de mon école, où j'ai commencé à trouver un intérêt dans la création d'anime.





Votre carrière a vraiment décollé avec l'anime Trigun. Quel souvenir gardez-vous de cette expérience ? Aussi, Yasuhiro Nightow, l'auteur du manga original, a un style bien à lui. Comment vous l'êtes-vous réapproprié ?



Takahiro Yoshimatsu : En fait, la sélection pour le poste de character-designer de la série s'est faite par une sorte d'audition qui consistait à dessiner le personnage principal de la série, Vash de Stampede. M. Nightow a sélectionné mon dessin, j'ai ainsi voulu répondre à ses attentes lorsque j'ai travaillé sur la série. Il y a eu un retour positif réciproque, c'est ce qui m'a confirmé que j'avais quelque chose à faire sur ce projet. De plus, avoir été choisi par M. Nightow m'a permis de devenir ami avec lui. A chaque fois que nous allons boire un verre ensemble, j'ai l'impression d'être entré dans la famille Trigun.




Vous avez aussi réalisé le character-design de la version 2011 de Hunter X Hunter. Le style de Yoshihiro Togashi n'a pas dû être simple à adapter tant il évolue au fil du manga, notamment durant l'arc Kimera Ants. Pouvez-vous nous parler de cette expérience ?



Takahiro Yoshimatsu : La case horaire qui avait été décidée pour Hunter X Hunter était celle du dimanche matin, destinée aux enfants. Au début, on m'a demandé de réaliser l'adaptation graphique pour ce qui correspondait aux premiers tomes de la série, sans savoir si on rattraperait le manga.

Dans l’œuvre de Yoshihiro Togashi, il y a effectivement une évolution graphique, mais aussi une évolution du ton du récit, par rapport à la dureté des événements. Le producteur de la série voulait néanmoins aller jusqu'au bout et sa volonté a permis de faire glisser la série vers un créneau horaire plus tardif, ciblant les personnes plus adultes. Nous avons ainsi pu adapter le ton et les images le plus fidèlement possible au manga.



Au bout d'un an de diffusion, l'équipe de la série s'est réunie pour une petite fête.  M. Hiroshi Kôjina, le réalisateur de la série, a pris le micro pour faire un petit speech, puis a annoncé qu'on irait jusqu'au bout de l'arc Kimera Ants. Tout le monde a applaudi mais au fond de nous, personne n'y croyait tant cela semblait irréalisable. (rires)





Dans Overlord, vous vous êtes basé sur les illustrations impressionnantes et denses de So-bin, l'illustrateur du light-novel. Comment avez-vous procédé pour trouver le bon équilibre pour retranscrire ça en animation ? Aussi, aviez-vous assez de matériel, d'illustrations originales, pour dessiner les personnages ?




Takahiro Yoshimatsu : C'est vrai que le trait de So-bin est très détaillé, il est pointu et vraiment particulier. C'est différent d'un style de mangaka. Ces particularités furent difficiles à travailler, en effet. Si on compare les illustrations de So-bin aux visuels que j'ai réalisé pour l'anime, on se rendra effectivement compte d'un manque de détails. Alors, on a voulu jouer sur l'animation pour que cette impression soit finalement secondaire.



Quelque chose a particulièrement plu à So-bin quand nous nous sommes rencontrés pour parler du design. Au fil de ses dessins, il y avait des variations. Ce sont des différences que j'ai pu incorporer dans mes travaux, sans que cela donnent lieu à des exagérations dans le rendu final. Par exemple, le cas d'Albedo que je considère un peu comme la grande sœur de la bande. Dans le dessin de So-bin, le personnage passe de femme à petite fille mignonne. Mais dans l'équipe de production, nous voyions bien Albedo comme une dame, et non une demoiselle. En réalisant mon character-design, je me suis arrangé pour me situer entre les deux visions. Mais vu que So-bin voyait le personnage comme une jeune fille mignonne, nous avons réalisé sa vision en dépeignant Albedo de la sorte, dans le générique de fin, afin d'équilibrer la création. Et, surtout, les fans de So-bin nous ont ainsi pardonné. (rires)





Pouvez-vous nous parler de votre prochain travail, sur A Place Further Than the Universe ? Cet anime est entièrement original, comment avez-vous travaillé le character-design ?



Takahiro Yoshimatsu : Dans le cas de ce projet original, on m'a d'abord fait la proposition de poste de character-designer, que j'ai accepté. Puis, après lecture du scénario qu'on m'a donné, j'ai fait des propositions à la réalisatrice Atsuko Ishizuka. Elle m'a ensuite donné quelques directions qui m'ont permis d'affiner les dessins, que nous avons ensuite soumis au producteur. Mais ce dernier ne voyait pas le résultat tout à fait de cet angle, il y a donc eu au total 8 allers et retours pour aboutir au modèle final.





Entre créer un character-design original et adapter un matériel déjà existant, qu'est-ce qui distingue les deux méthodes de travail ?



Takahiro Yoshimatsu : Que ce soit sur une œuvre originale où une adaptation, ce qui m'importe est de donner du plaisir à travers ce que je cherche à transmettre, et à travers ce que je recevrai de l’œuvre. C'est vrai que sur un anime original, le travail sera beaucoup plus intense que sur une adaptation.




Interview réalisée par Takato et Koiwai. Remerciements à M. Takahiro Yoshimatsu, à son agent et interprète Emmanuel Bochew, ainsi qu'au staff de Paris Manga.

MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News