Kiki la petite sorcière

Review du dvd : Kiki la petite sorcière

Publiée le Jeudi, 26 November 2009

Kiki est une apprentie sorcière de 13 ans et, comme toutes les filles de son âge, elle doit aller s’installer dans une ville encore dépourvue de sorcière afin de terminer son entrainement et de découvrir la vraie vie, loin de sa famille. Pendant un an, elle devra aider les habitants et gagner sa vie grâce à ses pouvoirs, dans un endroit inconnu et seulement accompagnée de Jiji, son chat qui parle. Une fois installée en bord de mer, Kiki va décrocher un travail de livreuse tout en habitant chez une sympathique boulangère : elle peut alors mettre à profit son don pour le vol qui fait d’elle une sorcière à part entière. Ce film est l’épopée d’une gamine qui va peu à peu grandir, se découvrir et s’approprier un environnement totalement nouveau. Elle n’a qu’un but : trouver son indépendance et s’intégrer parmi le grand éventail de ses rencontres. Une constatation nous saute alors aux yeux : Kiki la petite sorcière n’est pas un film épique, écologique ou aventureux mais se rapproche d’avantage de la douceur quotidienne et du merveilleux art de la simplicité qu’on trouve dans Mon voisin Totoro. Comme dans cette dernière réalisation, Kiki fait de sa vie une aventure et un défi de tous les jours, pourtant on est loin du grand voyage que Chihiro parcourra afin de sauver ses parents. Et c’est cette tranquillité, ce calme reposant et magique qui fait tout le charme de la réalisation, véritable bijou au sein de l’œuvre de Miyazaki, même si ce film passe trop souvent inaperçu !

Evidemment, on retrouve sans surprise une jeune héroïne en quête d’elle-même et confrontée à la réalité de la vie : c’est aussi cela, Miyazaki, au-delà de l’aspect enfantin et merveilleux qui peuple cette heure et demie de rires et de magie. On connait tous plus ou moins cette période où il faut apprendre à se débrouiller seul(e), à juger de ses actes et à apprendre à être responsable de soi même, c’est pour cela que les efforts de Kiki trouvent une résonnance en chacun de nous : les enfants pour le rêve, les autres pour le parcours de la jeune fille, sa recherche d’autonomie et ses problèmes face à certaines situations. Au-delà du simple personnage principal, ce film permet à Miyazaki de faire l’apologie d’une thématique très chère à son cœur, que l’on retrouve dans chacune de ses œuvres mais plus particulièrement dans Porco Rosso et Kiki : le vol. Les scènes de décollage un peu chaotiques symbolisent ainsi le départ tout aussi instable de Kiki dans la vie, son manque de confiance en elle et ses incertitudes. De même, le sauvetage à la fin du film contrebalance cet aspect et permet à la jeune fille de s’affirmer, de retrouver ce qui fait qu’elle est elle-même, de se redécouvrir et d’assumer pleinement sa différence, son statut de sorcière et l’indépendance qu’elle a complètement acquise. Il faut aussi soulever un point qui a toute son importance dans le film, même s’il n’apparait qu’en détail : le tableau de l’amie de Kiki, prend tout son sens lorsqu’on en connait l’origine. Miyazaki a utilisé un tableau peint par une classe d’une école pour enfants à problèmes. Une fois retouchée et le visage de Kiki représenté par-dessus, cette image symbolise la capacité de tous à s’améliorer et se dépasser, trouver sa place dans un univers pas toujours évident. Bref, on l’aura compris, Kiki la petite sorcière nous entraine sur les chemins de la banalité et du quotidien, nous faisant découvrir des paysages que l’on n’aurait pas cru aussi intéressants étant donné la simplicité des thèmes abordés.

Visuellement parlant, le studio Ghibli est comme toujours très satisfaisant dans son travail. Les couleurs, les nuances et les plans de vue forment un ensemble très cohérent et tout aussi magique et léger que l’histoire. La réalisation respire la joie de vivre de Kiki, l’animation est bonne, le doublage aussi et surtout, les décors et les plans de vols sont très soignés : colorés, vivants, ils ne sont pas qu’un simple détail dans l’ensemble du dvd. La bande son de Joe Hisaishi est toujours aussi excellente et le mariage de la musique et des images est parfait. Les bonus, eux, sont un peu faibles mais on apprécie d’avoir le storyboard intégral du film, à condition d’être un fan inconditionné des coulisses de la réalisation, et les bandes annonces japonaises sont amusantes et permettent de rester dans l’esprit du film … mais sans plus.

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
NiDNiM

17 20


Note de la rédaction
Note des lecteurs





MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News