Discours de la Méthode - Je pense donc je suis - Actualité manga
Discours de la Méthode - Je pense donc je suis - Manga

Discours de la Méthode - Je pense donc je suis

Manga - Discours de la Méthode - Je pense donc je suis
Age conseillé
Une histoire originale et didactique pour découvrir le grand classique Discours de la méthode de René Descartes !

Résumé

Métro, boulot, dodo... Est-ce que moi, employé de bureau lambda, je sers vraiment à quelque chose ? Je me pensais vain, voire inutile... jusqu'au jour où Descartes a débarqué chez moi ! Et tandis qu'il découvrait la modernité en jouant avec mes jeux vidéo, il m'exposa sa méthode philosophique. C'est ainsi que moi l'anonyme, le médiocre, j'allais changer de vie en adoptant sa manière d'appréhender ce qui nous entoure : la remise en question de tout !

Derniers commentaires

etagereimaginaire

De etagereimaginaire [106], le 18 Avril 2021 à 13h00

11/20

Petite déception à la lecture de cet album visant à vulgariser la pensée de Descartes… Si le précédent réussissait très bien à proposer une vraie histoire permettant de s’immerger dans les concepts de l’économiste (la base de la vulgarisation), cette fois-ci il faut s’accrocher pour comprendre les concepts philosophiques du mathématicien… Après une introduction vaguement fantastique et franchement forcée voyant Descartes débarquer dans le logement d’un petit employé japonais baptisé « lambda », on nous explique plutôt simplement le contexte dans lequel le français a entamé son cheminement intellectuel. C’est la partie la plus intéressante même si graphiquement on reste sur du très basique. Voulant découper l’explication en suivant le plan du Discours de la Méthode, le grand œuvre du philosophe, l’auteur du manga peine à simplifier une logique philosophie basée sur des concepts et cheminements logiques pour lesquels il aurait sans doute fallu plus d’allégories et schémas pour les faire passer. On se retrouve donc dans la situation d’un élève de terminale à essayer de ne pas se noyer et surtout on perd assez vite l’idée de base de la collection, la simplification graphique. Fort dommage. En fin d’ouvrage une ouverture salutaire permet de prendre un recul critique sur certains éléments de la pensée de Descartes (comme ces « animaux-mécaniques », théorie fort datée à l’heure des animalistes), mais globalement on reste franchement sur sa faim en ayant l’impression de ne pas avoir bien plus avancé dans la compréhension du fondateur du cartésianisme et de la méthode scientifique. Le fait que cet album soit l’un des rares de la collection à ne pas être réalisé par la Team Banmikas n’est peut-être pas pour rien dans ces difficultés…

 

Voir tous les commentaires

Les volumes de la série

Voir tous les volumes du manga