Welcome to the Ballroom Vol.2 - Actualité manga

Welcome to the Ballroom Vol.2

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 25 November 2021

Chronique 2 :

A l'heure où la deuxième manche des qualifications va commencer pour la Coupe du Prince Mikasa, le talentueux Hyodo, partenaire attitré de Shizuku depuis longtemps, est introuvable. Que lui est-il arrivé ? Dans l'immédiat, pour ne pas gâcher toute la préparation de Shizuku, Sengoku a émis une idée folle: envoyer Tatara sur scène auprès de la jeune prodige pour la prochaine épreuve qui sera précisément une valse, le seul domaine que notre héros a appris pour le moment ! Un tel remplacement en cours de compétition est normalement interdit, et si la vérité est découverte ce sera la disqualification assurée, voire une punition plus sévère encore... Néanmoins, Tatara, qui a vu sa passion pour la danse naître récemment, se sent néanmoins très stimulé malgré le trac, et semble lui-même désireux de se jeter dans le grand bain.

La toute fin du tome 1 de Welcome to the Balroom nous laissait sur cette perspective peut-être un peu grosse quand on sait que Tatara est encore un total débutant, et en même temps particulièrement intrigante pour ses possibilités. En compagnie de Shizuku, sa camarade d'école et de cours de danse avec qui il s'est si souvent imaginé danser en couple dans ses entraînements, parviendra-t-il à faire bonne figure ? Ressortira-t-il stressé voire détruit par les regards et réactions du public, ou au contraire captivé voire galvanisé ? Bien sûr, tout ceci, ainsi que l'issue de la coupe, on vous laisse les découvrir, mais il faut tout de même souligner certains points importants, en tête desquels la puissance visuelle que Tomo Takeuchi parvient à dégager de ses planches: ses moments de danse sont intenses, immersifs au possible, justes dans les pas, bourrés d'impact dans les expressions et dans les angles choisis. Un rendu en totale immersion qui, alors, fait ressortir fort bien toutes les limites de Tatara qui manque encore d'expérience, mais aussi toutes ses facultés prometteuses tant elles confinent parfois au génie. Enfin, à l'issue de tout ceci, la réaction de Hyodo ne se fera évidemment pas attendre: qu'est-ce que ce jeune homme si travailleur et talentueux, mais aussi un brin orgueilleux, pourra ressentir en découvrant sa partenaire dans les bras d'un autre, et sa danse lui avoir été "volée" ?

Il va de soi que cela aura différentes conséquences importantes dans la deuxième grande partie du volume: un Hyodo en repos forcé, une Shizuku se faisant un peu plus capricieuse en en ayant visiblement assez de certains caprices de son partenaire habituel, un nouvel arrivant arrogant et semblant presque sortir de nulle part pour alors essayer de s'accaparer "sa" Shizuku qu'il affectionne depuis longtemps quitte à laisser en plan sa précédente partenaire... et à l'arrivée, pour Tatara, de nouvelles étapes prometteuses, entre sa rencontre avec sa première partenaire et, derrière, des enjeux suffisamment stimulants pour porter de nouvelles étapes de sa progression.

L'arrogant et agaçant Gaju ainsi que la peu confiante en elle et attachante Mako campent bien leur rôle même s'ils restent plutôt clichés, le parcours de Tatara reste addictif au gré des nouvelles petites péripéties et épreuves, le rythme est toujours au rendez-vous, et surtout l'immersion dans le domaine de la danse reste bien présente avec toujours autant de petites précisions techniques sur les pas, les nouveaux types de danse à apprendre pour notre héros, l'importance de la cohésion entre partenaires... Il n'en faut pas plus pour que Welcome to the Ballroom, manga que l'on a si longtemps attendu en France, reste passionnant.


Chronique 1 :

L'immersion de Tatara dans le monde de la danse sportive va beaucoup plus vite que prévu, et sûrement trop vite pour l'adolescent. Lors de la coupe du Prince Mikasa, Hyodo n'est pas en état de danser, aussi Sengoku impose à Tatara son remplacement. Le voilà à devoir concourir avec Shizuku alors qu'il ne connait que les pas de base, et qu'il n'a jamais expérimenté de compétition.

A la fin du très bon premier volume de Welcome to the Ballroom, on ne s'attendait pas à déjà voir Tatara concourir. Mais loij d'être un génie à qui un tel concours s'imposait rapidement, c'est presque contre son gré que sa participation à la coupe du Prince Mikasa a lieu. D'entrée de jeu, le second volume de l'œuvre de Tomo Takeuchi s'imprègne d'une intensité teintée d'angoisse, où l'adrénaline visuelle de l'artiste côtoie un tournoi plein de tension. On sait d'avance que le héros ne pourra se hisser très loin, l'accent étant alors mis sur sa capacité à survivre dans sa première danse officielle. Ce premier segment se veut court et s'apparente surtout à un premier exercice en conditions réelles pour le protagoniste, mais reste un moment fort qui gagne encore en puissance dans les représentations graphiques de cette piste où la compétitivité règne. Et c'est une chose à laquelle on devra s'habituer, tant l'art de la mangaka constitue un spectacle qui nous projette sans mal dans la nervosité des chorégraphies.

L'amorce du volume aura défini davantage un point très clair du récit, et tout simplement de la pratique dépeinte : La notion de couple. La série continue alors de dépeindre avec une certaine minutie l'univers de la danse sportive, en mettant ici l'accent sur les binôme qui ne se composent pas à la légère. Et c'est une chose que l'autrice parvient à bien retranscrire, tant on sent le côté sacré des couples, ce qui démarre par le remplacement de Hyogo par Fujita qui sera considéré comme une trahison par le danseur blessé, ou simplement par l'entrée en scène d'une partenaire officielle pour notre héros. Dès lors, le récit peut exprimer une autre intention, à savoir l'harmonie qui peut se créer dans cette union sportive et l'importance de la bienveillance dans la danse. L'entrée en scène de Mako a donc du sens et arrive à point nommé aussi bien pour développer cette nuance que pour permettre à Tatara de faire un pas de plus dans son nouveau milieu de prédilection. D'autant plus que sa partenaire, timide et frêle, a un petit quelque chose de touchant qui pique la douceur de leur collaboration, ce qui apporte un plus en terme d'atmosphère.

Toute cette progression s'accompagne de nouveaux enjeux dès la moitié de tome, notamment avec l'entrée en scène de Gaju, le grand frère de Mako qui rêve d'avoir Shizuku comme partenaire, et compte profiter de l'absence de Hyodo. Tomo Takeuchi montre une écriture assez habile tant la mangaka joue avec l'avancée de son personnage principal et la connecte avec la dimension quasi sacrée du « couple » pour apporter un objectif défini, et dépeindre un véritable arc narratif qui se résoudra a priori par une compétition mineure. Tatara doit progresser avec Mako, s'entraîner en vue d'un vrai challenge, et réussir pour rendre justice à sa partenaire délaissée par son frère. Les différentes faces du tome se juxtaposent avec brio et mènent à une suite qui condense à la fois la force sportive de l'œuvre, les talents visuels de l'artiste et une intrigue plus soutenue. Une formule réussie qui aboutit à un opus qui se savoure d'une traite, et dont on attend avec hâte de découvrir la suite, que ce soit pour observer la compétition à venir ou profiter du chemin du héros et de sa combinaison touchante avec Mako.


Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

16 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News