We Never Learn Vol.10 - Actualité manga

We Never Learn Vol.10

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 24 March 2020

Uruka a une opportunité en or : partir étudier à l'étranger ! Mais un choix cornélien s'impose à elle : doit-elle accepter, et ainsi mettre de la distance entre elle et Nariyuki ? La nageuse de talent est confuse, et cela affecte ses relations avec son ami de longue date, qui est aussi le garçon qu'elle aime...
Pour le jeune homme, cela ne change pas son quotidien toujours aussi mouvementé que d'habitude. Un remplacement dans un salon de massage, une journée bloqué avec Asumi dans une pièce close, une rencontre avec un professeur excentrique lors d'une visite à l'université... mais le plus déroutant se déroulera lors d'une journée de réunion parents-professeurs, durant laquelle le père de Fumino sera présenté.

Le tome précédente abordait un développement intéressant du côté d'Uruka, un moyen habile de Taishi Tsutsui de nouer l'intrigue sur les orientations de ses héroïnes au côté purement sentimental du titre. Pourtant, les répercussions sont pour l'instant minimes, si ce n'est dans un chapitre du volume qui revient sur le dilemme de la nageuse, sans pour autant apporter une finalité.

Car c'est une nouvelle fois un volume garni de chapitres indépendant que l'auteur nous offre... en grande partie. Et comme d'habitude, difficile de bouder notre plaisir tant il met un point d'honneur dans la mise en avant de ses différents personnages. Pas de privilège, chacune des filles de la série a droit à son univers, à travers des situations pleines de quiproquos amusants et variés, permettant à chaque chapitre de se lire de manière on ne peut plus sympathique. Pour quiconque s'est attaché au casting particulièrement charmant de We Never Learn, l'ensemble se révèle toujours efficace, même si on reste dans une formule très classique de la comédie sentimentale shônen, incluant un scénario central qui stagne un peu.

Pourtant, un peu plus d'ambition pointe le bout de son nez sur les trois derniers chapitre de ce dixième opus, inaugurant un arc plus dense, et un peu plus dramatique aussi, autour de Fumino. Passé la surprise (dévoilée dans le synopsis concocté sur la quatrième de couverture, pas chapeau Kazé), Taishi Tsutsui combine de nouveau admirablement l'arc de l'experte en littérature, tout en décortiquant sa vie familial, ses troubles personnels, et en liant les thématiques de la série à un petit séjour chez Nariyuki, plein de complicité avec un zeste de fan-service. Il s'en dégage une atmosphère plus que plaisante, et une volonté d'offrir un récit plus creusé en terme de maturité. Car l'un des sujets centraux de la série, celui de la pression scolaire au Japon, s'associe très bien avec la situation de Fumino. On attend de voir comment le volume suivant continuera d'explorer le cas de la demoiselle, mais toujours est-il qu'une telle intrigue est plus que bienvenue, pour casser la routine à laquelle nous nous sommes habitués.

C'est donc un tome particulièrement équilibré que nous propose l'auteur, celui-ci combinant les chapitres classiques rafraichissants avec quelques pistes plus étoffées, confirmant que le mangaka a encore des choses à dire autour de ses personnages. Ca reste sans surprise dans la forme, mais toujours appréciable tant les personnages restent fidèles à eux-même, et le ton de la série aussi naïf que déjanté.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

15 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News