Voie du Tablier (la) Vol.3 - Actualité manga

Voie du Tablier (la) Vol.3

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 19 Febuary 2020

Ancien yakuza devenu homme au foyer pour le bien de Miku, Tatsu l'immortel a toujours fort à faire pour être, comme il se doit, aux petits soins avec son épouse adorée ! Que ce soit pour vaincre un cafard qui s'est incrusté dans son nid douillet, pour lui concocter un repas revigorant et des idées-détente relaxantes, pour pouvoir lui acheter un cadeau en prenant un petit job dans un café, ou encore en participant à un événement avec des héroïnes magical girls pour lui obtenir une figurine, le bonhomme ne ménage jamais ses efforts... évidemment pour le plus grand plaisir de nos zygomatiques, puisque chacune de ces situations joue très bien sur le décalage entre son apparence de mafieux et ce qu'il fait, ou se fait une joie de faire prendre aux choses une ampleur improbable. Par exemple, il faut voir comment il affronte avec le plus grand sérieux du monde le cafard, la façon dont il dénote totalement aux côtés des magical girls avec une façon bien à lui de résoudre la situation sous les yeux hagards des enfants, ou les insoupçonnés talents qu'il déploie pour servir des choses sucrées mignonnes au café.

Quand il se mêle des affaires du quartier, les choses prennent une tournure tout aussi réjouissante, notamment quand il joue les père-noël auprès des gosses avec son air et son parler bien à lui. Quand ce n'est pas lui qui est sur le devant, ce sont Miku et Masa qui prennent la relève en essayant tant bien que mal de lui préparer une surprise d'anniversaire. Et en plus de ça, Kousuke Oono joue toujours aussi bien sur la déconstruction des clichés, entre ce yak' devenu un parfait homme au foyer, son épouse travailleuse et otaku mais complètement nulle en travaux ménagers, son ancien sbire Masa à qui il continue d'apprendre des choses éloignées du milieu mafieux... et des nouveaux visages plus ou moins importants, comme son ancien boss totalement gaga de son toutou, l'épouse d'un ancien clan rival un peu spéciale, ou tout simplement ces deux hommes au café qui, sous leurs allures mauvaises, raffolent des douceurs sucrées qui leur sont servies.

Les qualités visuelles sont toujours là: tronches géniales de Tatsu, angles de vue très soignés, dessin qualitatif... Il n'en faut pas plus pour passer à nouveau un bon moment si l'on a adhéré au concept dès le départ, l'auteur continuant de se renouveler sans soucis pour le moment. Et finalement, le principal regret est que chaque tome soit si court !
   

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15.25 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News