Sacrée mamie (une) Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 02 July 2009

Il existe des titres qui ne paient pas de mine et qui pourtant sont des chef-d'œuvres.
Après Aya, conseillère culinaire, on retrouve Saburo Ishikawa sur un titre étonnant. Une Sacrée Mamie est en fait l'adaptation de l'autobiographie de Yoshichi Shimada, comique très célèbre au Japon et qui a connu une enfance pauvre en compagnie de sa grand-mère... mais pas une enfance triste !
L'histoire prend place à Hiroshima, dix ans après la guerre. Seule avec ses deux enfants, une jeune femme décide à regret de confier son cadet Akihiro à sa mère afin qu'elle l'élève. Le jeune garçon se voit envoyé « par surprise » dans un coin paumé du Japon où vit sa grand-mère qu'il ne connait pas et qui vit dans un dénuement quasi-total. Les temps sont durs...
Après un round d'observation, le petit garçon va se faire aux règles de son ainée et découvrir comment profiter des petits plaisirs de la vie. Chaque chapitre est indépendant et raconte une anecdote de l'enfance de Shimada. La mamie a une façon de penser bien à elle : on ne gaspille rien et on dépense peu (de toutes façons, on a rien à dépenser). Akihiro va donc se mettre à trainer un aimant pour récupérer des pièces perdues, se voit offrir un pyjama fait à partir de tissus publicitaire... et on rit beaucoup. Non seulement au niveau de la situation mais aussi du texte : «- Mamie, j'ai faim ! - Allons, tu te fais des idées. ». Ce duo comique devient bien vite attachant.
Pour le dessin, on retrouve le trait de l'auteur d'Aya mais avec quelques différences. En effet, celui-ci a modifier sa manière de dessiner pour un trait plus caricatural, plus proche de mangas comiques comme Shin Chan ou Doraemon ou de ceux de l'époque de l'histoire comme les titres de Shigeru Mizuki. On se fait assez vite à cela, d'autant plus que les personnages sont très expressifs bien que le dessin soit assez stylisé.

Le travail d'Akata est exemplaire : la traduction est fluide, l'adaptation graphique parfaite. Une édition de qualité.

Une Sacré Mamie c'est une chronique de la vie simple, sans grandes attentes, sans fioritures et sans exploits. La « pauvreté heureuse » comme le dit l'éditeur. Un titre terriblement touchant autant qu'il est drôle, attachant, réaliste et plein de tendresse.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Blacksheep

18 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News