Uchikomi - l'Esprit du Judo Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 13 Febuary 2020

Discrètement lancé en septembre dernier avec le manga de rugby Full Drum qui semble passer totalement inaperçu (il faut aussi dire qu'une série sportive du Young Jump achevée après seulement 5 tomes, ce n'est pas bon signe), le label Sports Addict de Pika Edition s'attaque à présent aux arts martiaux avec une oeuvre en 7 volumes qui nous vient tout droit du très bon magazine Shônen Champion d'Akita Shoten, un magazine ayant notamment vu passer les séries Prisonnier Riku, Full Ahead! Coco, Angel Voice ou plus récemment Beastars. Dessinée en 2013-2014, Uchikomi! - l'Esprit du Judo est la toute première série publiée en France de Yuu Muraoka, un auteur qui n'en est pourtant pas à son coup d'essai: il s'est fait une spécialité des mangas sportifs (un manga de boxe, mais surtout plusieurs titres centrés sur le judo), a aussi signé un manga sur le drame du 11 mars 2011... et il aurait apparemment même eu parmi ses assistants un certain Shuzo Oshimi, excusez du peu.

Uchikomi, c'est l'histoire de Ren Mitsuishi, adolescent ayant toujours souffert de sa petite taille, si bien que depuis tout petit il sert de souffre-douleur et de larbin à la même petite bande emmenée par l'imposant Makabé, le traitant comme un minus. En son for intérieur, il s'est alors toujours juré de prendre sa revanche quand il sera plus grand, et pour cela il s'est toujours efforcé de boire beaucoup de lait et d'enchaîner des entraînement où il reste accroché au cerisier de la maison familiale par la force de ses bras. Mais rien n'y fait: le jour qu'il a toujours attendu, celui où il serait enfin grand, n'est jamais venu, et il set toujours de larbin à la bande de Makabé au fil des années, le tout sous les regards dédaigneux de Nozomi Sakura, jolie jeune fille caractérielle qui, depuis toujours, le trouve mesquin dans son incapacité à vraiment se rebeller. Et pourtant, tout pourrait enfin changer pour Ren le jour où il rencontre Haruki Matsurida, un bien étrange garçon faisant partie du club de judo du lycée, et cherchant à recruter un nouveau membre prometteur. Aussi passionné par son sport que pervers, l'étonnant adolescent jette d'abord son dévolu sur la carrure imposante de Makabé, pour finalement ne voir en lui aucune volonté... En revanche, son regard finit vite par se poser sur notre héros qui, derrière sa petite taille, semble avoir quelque chose qui bout en lui, et qui a acquis par ses entraînements quotidiens pendu au cerisier une capacité essentielle à tout bon judoka: une incroyable force de préhension. En se rapprochant du club de judo, Ren pourrait alors bien à une toute nouvelle voie vouée à enfin le faire changer...

Le déroulement de ce premier volume est plutôt simple est classique des récits sportifs, en nous faisant suivre l'arrivée du jeune héros dans un sport dont il ne connaît au départ absolument rien, mais où il pourrait vite démontrer certaines capacités essentielles, tout en se confrontant à de futurs coéquipiers assez standards: un capitaine fiable et discret en Sadao Yukimura (dit "Yukki"), une forte tête qu'il va falloir tenter de dompter pour être accepté en Hyûma Yuki, un premier contact gentiment décalé dans son côté un peu pervers en Haruki, un bien mystérieux garçon restant à part en Jôji Kusakabé... Mais ce n'est pas parce qu'une mise en place est classique qu'elle n'est pas prenante, et ce premier tome nous le prouve très bien ! Et cela, on le doit en premier lieu à ce que dégage son héros Ren, que dans une certaine mesure on a envie de rapprocher de Riku, le personnage principal de l'excellente série Prisonnier Riku: face à certaines injustices, il renferme en lui une profonde rage, une ardeur authentique, qui risque bien de finir par éclater à travers le judo, en témoignant de toute sa volonté, sa détermination, sa manière de ne rien lâcher. Complexé par sa petite taille qui l'a toujours handicapé, ce jeune garçon devient instantanément attachant dès lors qu'il commence à laisser s'exprimer ce qui bout en lui, et sa verve ne manque pas d'emballer le récit dans un rythme assez soutenu.

A côté de ça, l'auteur sait installer efficacement chacun des autres principaux personnages, l'humour est aussi régulièrement présent surtout par l'intermédiaire du duo Haruki-Nozomi... et alors que le côté pervers du premier vis-à-vis de la deuxième et de son soutien-gorge aurait vite pu devenir lourd, heureusement il n'y a pas de voyeurisme et la miss démontre toujours tout son caractère.

Le judo, lui, s'installe très bien. Bien sûr, pour l'instant il est limité, dans la mesure où Ren a tout à apprendre et que Hyôma effectue des techniques à la limite du légal pour l'éjecter pendant son combat d'intégration. Mais déjà, certains points essentiels comme la préhension et les entraînements répétitifs sont bien évoqués, et certaines techniques se voient abordées efficacement, sans rentrer dans les détails mais avec crédibilité dans les gestes via le dessin suffisamment précis du mangaka. Tout simplement, on sent déjà que Yuu Muraoka maîtrise son sujet et s'y connaît assez (ce n'est pas pour rien qu'il a déjà fait plusieurs mangas de judo), et c'est donc on ne peut plus prometteur pour la suite.

Enfin, puisque l'on évoque le dessin, soulignons la qualité des planches du mangaka: en plus de gestes assez crédibles, il y a dans les moments de judo une intensité aussi brève que folle qui se dégage de son trait, de ses angles de vue, ou même de ses onomatopées qui prennent parfois une grande place pour bien appuyer le choc des coups. C'est assez intense, d'autant que le trait est assez brut et expressif, que le découpage est limpide et que les personnages ne sont jamais statiques. Soulignons aussi la jolie petite symbolique du cerisier familial.

Côté édition, on a du Pika plutôt standard avec un papier et une impression corrects. A la traduction, Hana Kanehisa prend soin d'offrir quelque chose d'assez naturel et vivant, et ponctue l'ouvrage de quelques astérisques pouvant être assez utiles concernant les quelques termes techniques typiques du judo.

Avec ce premier volume, Uchikomi s'offre donc un début très facilement emballant, surtout grâce à la verve que dégage le récit et plus particulièrement son personnage principal. Il n'y a plus qu'à espérer que le potentiel se confirmera et que l'oeuvre se tiendra bien en 7 tomes, mais dans l'immédiat il y a facilement de quoi être emballé !
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News