Twin star exorcists Vol.1 - Actualité manga

Twin star exorcists Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Lundi, 15 June 2015

Critique 1



Nouveau fleuron du Jump ; Twin Star Exorcists débarque en France en nous promettant monts et merveilles ! Mais le marché du shonen peine à se renouveler...et même si le titre s'insère dans une niche bien spécifique du genre, à savoir les « exorcistes », cette dernière compte déjà nombre de titres de qualité avec lesquels forcément TSE sera comparé !


Et pourtant rapidement on accroche sur la nouvelle série de Yoshiaki Sukeno, l'auteur de Bimbogami Ga, titre bien loin de ce qu'il nous propose ici. Et cette fois ce sera Kaze qui publiera l'auteur, mais le titre correspond tellement à leur catalogue shonen que cela apparaît presque évident...et évidemment on pense alors à Blue Exorcist…


Mais voyons plutôt ce que nous propose ce titre :


Rokuro est un jeune garçon peu sérieux qui ne semble être doué pour rien. Il vit dans un temple au milieu d'onmyojis, des prêtres exorcisant les démons, les impurs venant de Magano, un monde parallèle au nôtre où se rassemblent les péchés et les regrets des humains. Rapidement on découvre que notre jeune héros était lui aussi autrefois onmyoji, possédant même un grand talent, mais que suite à un événement dramatique causant la mort de tous ses camarades de l'époque, il souhaite tourner le dos à ce monde dont il ne veut plus avoir à faire ! Mais la rencontre de la jeune Benio va remettre bien des choses en question : cette dernière est elle aussi une onmyoji, la plus puissante de son clan, et à son contact Rokuro va être contraint de recourir à ses incroyables capacités… Deux étoiles jumelles vont alors se rapprocher et lutter contre le mal ensemble !


Une prophétie annonçant la fin de cette guerre éternelle entre les hommes et les impurs, et ils en sont la clé !


Nous voilà donc plongés une nouvelle fois dans un univers typique du folklore Japonais, et c'est d'ailleurs comme ça que Kaze vend la série à juste titre !


Forcément on pense alors à tous les titres du genre : Shaman King, D Gray Man, Blue exorcist, Nura, Shikabane Hime, Kekkaishi...et j'en passe, mais se focaliser ainsi sur le folklore Nippon va déjà grandement réduire les comparaisons, il reste surtout Nura dont le traitement est tout autre…


Pourtant à première vue on n'échappe pas aux clichés voulus par le genre : on découvre un jeune garçon un peu naïf, ayant perdu ses parents, avec un lourd passé, mais possédant un énorme potentiel pour être le meilleur dans son domaine...pourquoi est on systématiquement obligé d'en passer par là ?


Et pourtant très rapidement on est happé par cet univers qui nous plonge dans l'action sans attendre, tout va très vite, on a à peine le temps de faire connaissance avec les protagonistes que déjà ils démontrent leurs incroyables capacités, à peine apprend on l'existence de Magano, le monde des impurs, que déjà nous y pénétrons pour les voir faire face à un démon absolument gigantesque et innommable que Lovecraft n'aurait pas renié !


Ainsi l'auteur choisit de brûler les étapes en ce qui concerne les capacités d'onmyoji de nos héros : pas de quêtes initiatiques en ce qui les concerne, ils sont déjà les meilleurs ! Ça c'est fait ! Et c'est par là que le titre va se forger sa propre identité !


Le concept clé au centre de la série sont les onmyoji, ces exorcistes typiquement Japonais, aux pratiques bien éloignées des exorcistes tel qu'on les imagine en Occident. En cela nous nous éloignons de titres comme Blue exorcist qui s'oriente plus vers un bestiaire occidental (Lucifer et consort), mais pour autant, le titre n'est pas similaire à Nura, lui aussi typiquement Japonais du fait de la trame de départ et de l'approche du récit et des personnages.


Le concept nous est donc expliqué en ouverture de tome avec en prime un schéma revenant sur le lien entre les différents éléments, base de la pratique des onmyoji… Et pour autant, il semblerait que tous les personnages ne disposent pas des mêmes capacités : Benio utilise des sutras alors que Rokuro « invoque » un poing surpuissant telle une armure.


Les personnages dominent bien évidemment ce premier tome qui s'attarde sur les caractères opposés de nos deux héros, mais pourtant complémentaires, bien que possédant tous deux un fort caractère rapidement ils sont présentés comme les jouets du destin, condamnés à réaliser une prophétie qui va les obliger à se rapprocher contre leur volonté...du moins dans un premier temps. On devine donc qu'il s'agira là d'un enjeu du titre, en espérant éviter les quiproquos et les lourdeurs habituelles.


Graphiquement le trait de l'auteur correspond parfaitement à ce type de shonen d'action, et sa mise en page et la fluidité de l'action nous surprennent fort agréablement, on ne s’attendait pas forcément à ça de l'à part de l'auteur d'un titre léger tel que Bimogami Ga, mais force est de constater que cela fonctionne à merveille !


Sur le papier Twin Star Exorcists se présente comme un shonen comme on en voit des dizaines, mais il y a de fortes chances que le titre arrive à tirer son épingle du jeu grâce au talent de l'auteur et une approche qui s’annonce intéressante.


Et même si cela se fait de plus en plus, il faut mentionner que le second tome est sorti en parallèle du premier afin de combler notre envie d'en savoir plus sur ce titre qui va très certainement rencontrer un grand succès mérité !




Critique 2


Jeune garçon qui rêve de rencontrer l’élu de son cœur quitte à se déclarer à toutes les jolies demoiselles qui passent, Rokuro Enmadô était autrefois un onmyôji, un exorciste purifiant les humains des « impurs », des esprits démoniaques issus du monde de Magano, et plus précisément le meilleur parmi les siens. Il s’est maintenant détourné de sa voie, ceci à cause d’un tragique évènement qui survint deux années auparavant… En rencontrant Benio Adashino, le talent d‘onmyôji refait surface. Sans le savoir, deux étoiles très liées se sont rencontrées afin d’accomplir ensemble une prophétie qui aboutira à la victoire des Hommes sur les Impurs.


Après Bimbogami Ga, nous retrouvons Yoshiaki Sukeno chez Kazé avec sa dernière œuvre en date qui compte peu de tomes à l’heure actuelle. Malgré ça, les premiers pas de Twin Star Exorcists se font déjà remarquer puisque Masashi Kishimoto lui-même a reconnu le potentiel de la série. Du côté de Kazé, l’éditeur nous vend le titre comme un récit teinté de folklore nippon, à l’heure où le shônen d’action a du mal à se renouveler. Et pourtant, c’est sur une bien bonne impression que nous laisse ce premier volet de Twin Star Exorcists.


Le propos premier du titre n’est pourtant pas surprenant, loin de là. Rokuro est évidemment un adolescent qui cache un grand pouvoir et qui a connu une dramatique tragédie, tandis qu’en face de lui se dresse Benio, moins puissante, mais déterminée dans sa tâche d’onmyôji. Si ces premières notes sont peu aguicheuses, le traitement de l’univers de l’œuvre, de la liaison entre les héros et les séquences d’action nous permettent d’affirmer que Yoshiaki Sukeno a analysé clairement le potentiel de sa série et la traite de telle manière à construire un récit d’action sur fond d’exorcisme qui permettent à l’œuvre de déjà trouver une identité.


Le concept des omnôji, sortes d’exorcistes des légendes japonaises, est le thème clef de la saga, ce qui n’est pas sans rappeler Blue Exorcist bien que le traitement soit bien différent. Les combattants s’adonnent ainsi à des affrontements face à des Impurs, des monstres titanesques qui garantissent des combats de grande ampleur. Ce premier tome nous en met alors plein les yeux, d’abord parce que les mécanismes de la série permettent des combats titanesques d’entrée de jeu, mais aussi parce que le coup de crayon du mangaka, en plus d’être riche en perspectives et en détail, parvient à faire jaillir toute la démesure des scènes d’action. Dans la catégorie grand spectacle, Twin Star Exorcict s’annonce déjà comme un titre de choix.


L’histoire en elle-même cache aussi de bonnes surprises. Ce ne sont pas les personnages directement qui nous interpellent dans le sens où au cas par cas leur background est très classique et n’attire guère l’attention, mais plutôt la manière dont ils interagissent les uns entre les autres, ce qui mènera sans nul doute à une évolution sur le long terme. La liaison entre Rokuro et Benio est, pour l’heure, ce qui nous passionne le plus dans la série. Le fait que tous deux soient annoncés comme de simples faire valoir en vue d’un plus grand pouvoir et en passant par une « love story » entre les deux est une idée audacieuse de la part de Sukeno qui se rend compte que les titres d’actions restent trop indécis quant au traitement des diverses relations sentimentales. Evidemment, nous n’en sommes pas encore à parler d’amour entre les protagonistes, mais tel est le but final qui leur est attribué, sans compter que tous deux développent d’ores et déjà une influence positive de manière mutuelle.


Le trait général de Yoshiaki Sukeno traduit un style classique pour ce genre de shônen, mais qui ne manque pas de qualités, d’abord grâce à un sens du détail qui s’avère efficace sur les scènes de combat, , mais aussi parce que le mangaka nous habitue déjà à des planches riches et fournies et un travail minutieux sur les expressions des personnages qui paraissent véritablement vivants. En laissant quelques volumes à l’auteur pour que celui-ci s’habitue à son univers, ses personnages et son style, on espère entrevoir une évolution qui tirera la série encore plus vers le haut.


L’édition de Kazé ne présente aucune lacune. La traduction de Yahn Koffi est très fluide, chose souvent ardue pour les histoires ciblant le folklore japonais, et aboutit à une lecture confortable. Le volume rejoint la collection shônen de l’éditeur, un format qui sied tout à fait à ce type d’œuvre bien qu’un format un tout petit peu plus grand permettrait d’apprécier davantage le coup de crayon du mangaka et le dynamisme de l’œuvre.


Là où on attendait peut-être un énième titre d’action très classique, nous nous trouvons finalement face à une excellente surprise. Twin Star Exorcists propose d’emblée un développement important de son univers et une histoire portée par la relation entre les deux protagonistes qui ne demande qu’à s’enrichir. L’œuvre de Yoshiaki Sukeno est donc à surveiller de près, et on comprend très bien pourquoi les premiers chapitres ont attiré l’attention de Masashi Kishimoto. Coup de bol, ceux qui réclameraient directement la suite de l’histoire seront ravis d’apprendre que Kazé a fait les choses en grand en proposant une double ration de Twin Star Exorcists pour la sortie de la série en France !


Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Takato

16 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Erkael

16 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News