Tsugumi Project Vol.2 - Actualité manga

Tsugumi Project Vol.2

Critique du volume manga

Publiée le Lundi, 23 September 2019

Chronique 2

Léon, désormais accompagné de Doudou, un soldat étranger, tente de remplir sa mission dans un Japon dévasté, abandonné et irradié afin de rentrer chez lui et de retrouver sa famille! Mais dans un tel monde apocalyptique, la survie est un combat de tous les instants, et l'aide inopinée de Tsugumi, l'enfant oiseau et de Tora, son redoutable fauve, ne seront pas de trop!
D'autant que Léon et Doudou ne tarderont pas à découvrir l'existence de nouvelles races toujours plus agressives!

Le premier opus s'était montré vraiment séduisant et on était pressé d'en découvrir davantage sur ce monde étrange et ses habitants! Mais ce second tome va être dévoré en quelques minutes tant les dialogues sont peu nombreux, on va enchaîner les pages à une vitesse incroyable en suivant Tsugumi qui va occuper des chapitres entiers sans prononcer le moindre mot.
C'est donc très graphique et on peut sans mal s'attarder un moment sur chacune des pages tant celles ci sont réussies, mais cela n’empêche pas la frustration de boucler ce tome si rapidement!

On va suivre le nouveau binôme que forment Léon et Doudou, chacun apportant quelque chose à l'autre, en particulier la compagnie d'un autre être humain avec lequel parler, mais à ce stade il est difficile de dire si Doudou (j'ai vraiment un réel problème avec ce nom, beaucoup trop connoté) est fiable, si Léon peut vraiment lui faire confiance, et ce doute va s'amplifier à la fin du tome...
Outre cette relation de nécessité, on suit le développement du lien entre Léon et Tsugumi, qui est tout autre. Bien qu'il semble tôt de parler d'affectif, un lien étrange semble naître entre ces deux personnages. Se fondant en premier lieu sur la reconnaissance avant d'évoluer vers autre chose...
Mais cette relation va encore évoluer en fin de tome avec la naissance de la crainte chez Léon: il va prendre conscience de la puissance mais aussi de la dangerosité de Tsugumi, bien loin d'avoir besoin d'être protégé, mais au contraire apparaissant comme la prédatrice ultime!

L'auteur n'en oublie pas la mission principale de nos héros qui parviennent à obtenir des infos tout en risquant leur vie!
L'auteur en profite pour étendre son univers et introduire de nouvelles races, à la fois fascinantes et inquiétantes, le tout agrémenté d'une patte graphique impressionnante.

Ainsi ce tome se montre assez riche malgré la rapidité avec laquelle on l'enfile, informations sur le monde, développement de l'univers et de ses habitants, évolution des relations entre les personnages, tout y est!

On ne peut s’empêcher de ressentir une certaine frustration, on aurait souhaité en apprendre encore davantage, mais c'est plutôt bon signe quant à l’intérêt qu'on porte à la série!
On attend dorénavant le volume suivant avec d'autant plus d'impatience!


Chronique 1

Au coeur d'une ville de Tôkyô post-apocalyptique, irradiée et laissée à l'abandon depuis 260 ans, le s"survivant" Léon a pu sauver Doudou des griffes de l'étrange tribu de singes, mais il reste désormais à voir si le guerrier perse sera un compagnon digne de confiance. En attendant, Doudou se montre sympathique, les deux hommes font un peu plus connaissance et organisent ensemble leur survie... du moins, jusqu'à ce qu'un effondrement d'immeuble et des cris déchirants se fassent entendre. Retrouvant sur sa route la fillette à pattes d'oiseau Tsugumi, qui semble effondrée après un drame touchant le lion géant Tora, notre héros choisit de l'aider, comme elle a pu l'aider à rester en vie dans le premier tome...

Il ne s'agit là que de la première étape d'un volume au schéma assez simple. Une phase de connaissance avec Doudou permettant d'éclairer vite et bien le passé de ce dernier (avec, par la même occasion, quelques petits infos sur une France qui a bien changé), puis une phase de secourisme auprès de Tora vouée à consolider de manière classique mais efficace l'entente des deux humains avec la fillette et son lion, et enfin, dans la dernière partie du tome, une phase de recherches et d'avancées dans leur quête pour nos héros, via la découverte de papiers importants expliquant certaines choses sur le passé et voués à relancer la quête de Léon au-delà de Tokyo. Par certains aspect, le schéma narratif donne l'impression de fonctionner comme un jeu vidéo de survie standard, avec ses avancées scénaristiques ponctuées de découvertes, d'interactions relationnelles et d'affrontements contre des créatures sauvages, agressives et habiles.

Plutôt classique dans le déroulement, donc, et pas spécialement surprenant. Mais cela n'empêche pas une histoire de pouvoir être très prenante, et c'est le cas ici, via de nombreux éléments montrant encore à quel point ippatu soigne les choses. Ne serait-ce qu'à travers la manière dont Léon essaie petit à petit d'établir une vraie communication avec Tsugumi: ces deux-là peinent encore à communiquer parfaitement et à se comprendre toujours, mais on voit bien, petit à petit, que la fillette comprend des choses, accumule des mots et des expressions communes avec Léon, et c'est un aspect que le mangaka distille vraiment très bien, par petites touches, avec un certain réalisme. Et puis, le côté apprentissage qui en découle rend d'autant plus attachante Tsugumi. Mais il y a bien d'autres petites choses qui entretiennent un certain background: le fait que Léon comprenne que Tsugumi est trèèèès loin d'être une petite fille fragile et qu'elle est parfaitement adaptée à son environnement (on le voit très souvent via son utilisation de ses longues pattes bondissantes et griffues, un élément que l'auteur met très bien en évidence), l'énigme de la tribu de primate, un mystérieux endroit semblant rappeler de mauvaises choses à la fillette, l'incertitude qui persiste autour d'un Doudou dont on ne sait toujours pas s'il est 100% digne de confiance...

A cela, bien sûr, s'ajoute toujours l'impressionnante patte graphique, où ippatu continue clairement de se faire plaisir, avec des environnements post-apocalyptiques très riches, des angles de vue parfois complètement fous (dont certains très vertigineux, en plongée depuis des immeubles), des créatures aux designs travaillés (notamment celle de la dernière partie du tome)... sans oublier une Tsugumi que l'on se plaît tout bêtement à observer bondir, avec ses puissantes pattes.

Après un premier volume captivant, ippatu confirme donc, globalement, les qualités de son oeuvre, petite perle graphique au service d'une histoire pour l'instant assez classique mais qui continue d'intriguer comme il se doit. Du très, très bon divertissement, en somme !


Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Erkael

16 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16.5 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News