Transparente Vol.2 - Actualité manga

Transparente Vol.2

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 26 June 2020

En usant de son don de transparence pour tuer son père violent, Aya a certes pu se libérer de l'emprise de ce paternel indigne... mais se retrouve inévitablement prisonnière de tout autre chose: une culpabilité avec laquelle elle va devoir vivre. C'est dans cette optique que pour son entrée au lycée elle a décidé de faire sa vie ailleurs: sa mère a accepté de la laisser vivre seule, et sur place elle a déjà noué des liens avec deux demoiselles: sa nouvelle voisine Kana Minakami, adolescente de son âge et allant au même lycée qu'elle, et Shiori Nakayama, jeune fille sociable d'un an son aînée et passionnée de musique. En laissant ces deux demoiselles entrer dans sa vie, Aya s'ouvre enfin peu à peu aux autres, après tant d'années de douleur. Mais l'ombre de son passé pourrait bien finir par s'abattre à nouveau...

On le sentait bien à la fin du tome 1: petit à petit, Aya peut enfin commencer à s'ouvrir, grâce à la présence de Kana et, peut-être plus encore au départ, de Shiori, à tel point qu'on la laissait sur un moment fort où elle faisait le choix d'avouer son crime à son amie musicienne. Un suspense joliment décanté, car à la franchise d'Aya concernant sa culpabilité, Shiori répond de bien jolie manière, une manière ayant de quoi continue l'ouverture de notre héroïne.

Et l'ouverture d'Aya, c'est un peu l'enjeu principal de ce deuxième tome. Dans son style pouvant sembler toujours aussi froid voire un peu lisse (car il faut bien avouer que les visages se ressemblent pas mal), mais sur un ton collant finalement très bien au propre caractère d'Aya, Jun Ogino s'applique ici assez bien à décortiquer l'évolution de son héroïne au contact de Shiori et de Kana, et plus particulièrement de la première des deux avec qui elle s'initie à l'univers musical. Mais Kana n'est pas en reste: Aya découvre en elle, là aussi, ce qui s'apparente de plus en plus à une amie, si bien qu'elle espère pouvoir un jour se sentir capable de lui avouer son crime comme elle l'a fait avec Shiori.

Là où l'auteur frappe le plus juste, c'est sûrement dans sa manière très posée de narrer cette évolution, sans surplus d'émotion. Avec tout ce qu'elle a vécu par le passé, Aya ne va pas changer soudainement du tout au tout et se sociabiliser franchement: les choses se font par petites touches, notre héroïne restant plutôt solitaire en dehors de ses deux amies, et ce sont des petits événements comme la fête du lycée qui vont lui permettre de s'ouvrir tout doucement à encore plus de monde. Et là-dessus, un signe ne trompe pas: bientôt, à force de se sociabiliser et de ne plus vouloir disparaître, son don de transparence semble s'éclipser. Enfin, en toile de fond, elle n'oublie aucunement son crime et la culpabilité toujours là au fond d'elle: le jour où elle aura trouvé un endroit où elle se sent bien et où elle pourra revenir après avoir purgé sa peine, elle se livrera aux autorités. Et cet endroit qui lui serait cher, peut-être va-t-elle le trouver plus vite que prévu... à moins qu'un nouveau drame ne viennent soudainement tout faire basculer.

Au bout de ce tome assez posé et juste, c'est alors sur des dernières pages terribles qu'on laisse Aya, tant son crime, son passé, semblent lui revenir au visage de la plus brutale des manières... Un suspense cruel donnant plus qu'envie de découvrir la suite de ce récit franchement intéressant.
   

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

14.75 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News