The World’s Best Boyfriend Vol.1 - Actualité manga

The World’s Best Boyfriend Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Lundi, 14 January 2019

Bien connue du public japonais depuis 2013, Umi Ayase fait son apparition en France. On va pouvoir la découvrir car elle agrémente dès à présent la collection shôjo de Soleil Manga avec son dernier titre en date, The World’s Best Boyfriend. Série bouclée en sept volumes, on peut sourire dès à l’entente du titre. Voyons ce que va donner le meilleur petit ami du monde.

Lycéenne, Yusa aime les bad boys, c’est son type de garçon, celui qui la regardera de haut, qui sera sûr de lui et qu’il ne sera pas faible, elle aime ce genre. accompagnée de sa meilleure amie, Nanami, elle regarde chaque entraînement de l’équipe de basket du lycée car le plus âgé du groupe correspond parfaitement à ses goûts. Mais le contraire de ce qu’il aurait du se passer arriva. Un jour, Nanami et le garçon en question deviennent très proche au point que Yusa se sente en trop… Nanami est une fille d’honneur et ne sort pas avec le garçon pour ne pas gâcher son amitié. Sauf qu’avec un tel spectacle devant elle, Yusa décide alors de lui mentir pour encourager les sentiments de Nanami en prétendant qu’elle a trouvé un autre amoureux. Haruta, un camarade de classe qui doit un service à Yusa, adhère au stratagème et accepte de se faire passer pour son petit ami pendant un certain temps histoire de faire avaler la pilule à Nanami.

Yusa est une fille très expressive qu’Umy Ayase met en scène. Un tempérament débordant d’énergie mais aussi très profonde dans ses sentiments, elle dit toujours ce qu’elle pense même à Haruta. Elle a l’impression de l’utiliser et s’excuse à plusieurs reprises auprès du jeune homme, une vrai tradition asiatique. Le problème que l’on va rencontrer ou plutôt son problème à elle, est que Haruta ne correspond aucune à ses critères. Pas très grand, assez gentil et plutôt réserver, Nanami n’y croit pas une seconde. Enfin c’était avant qu’il montre au lycée entier qu’il sort bien avec Yusa grâce à des actions qui ont eu l’effet de choquer les personnes autour, jamais avaient-ils vu un Haruta expressif.

Cependant Umi Ayase n’en reste pas là ! Après avoir trouvé le bon démarrage, il nous faut une suite. Et ce qu’il devait se produire était logique : Yusa se rend compte qu’au fil du temps passé avec le jeune homme, elle en tombe amoureuse… Mais pour du vrai cette fois et ne compte pas le laisser tomber ! Mais quelques trais de sa personnalité porte à confusion, il semble froid mais en réalité il ne sait juste pas comment aimer, il n’a jamais connu se sentiment. Mais sans le faire exprès, Yusa a déjà percé un minimum de surface chez Haruta, et elle s’en rend compte après une petite discussion avec le meilleur ami de ce dernier. Même lui, a parfois du mal à cerner Haruta et voit qu’il n’a jamais échangé avec des filles car il les repousse à chaque fois. Haruta est le roi du « Non, je ne veux pas sortir avec toi ».

Mais reste quelques clichés inévitables du côté du scénario. Le lycée, le faux petit ami, une fille qui se trouve à tomber amoureuse d’un garçon à l’opposer de ses critères… L’histoire, bien que mignonne est du déjà vu en large et profond. Heureusement que le personnage d’Haruta va rattraper ça par son caractère bizarre il faut le dire, mais attendrissant.
Un premier chapitre très rapide, toute la situation principale arrive à ce dérouler en seulement quelques pages. Une avancée trop précipitée qui aurait pu être davantage travaillée en profondeur. Ce qu’il fait qu’on déroule le plateau entier et l’action prioritaire sur 50 pages alors que la suite semble annoncée comme plus calme. Nous voilà donc avec les deux protagonistes qui se sont déjà dévoilés en grande partie. Mais bizarrement, ce premier volume est resté surprenant jusqu’au bout avec des intrigues toujours plus inintéressantes les unes que les autres.

Sur le plan graphique, il n’y a pas de signe particulier à retenir. Les traits sont fins et corrects et les personnages sont propres au style shôjo : de grands yeux et une mise en avant des expressions de visages. Le coup de crayon de la mangaka est léger, c’est comme si on flotte dans les airs après lecture. Avec en plus, petits bonus et impressions d’Umi Ayase elle même qui nous partage également sont profil Twitter.
L’édition Soleil n’hésite pas à vouloir encore plus nous attendrir avec la couverture d’un ton très rosé et des couleurs pastelles. A la différence de la version originale, il y un fond et les couleurs sont moins fortes, adoucies pour ne pas trop faire irruption dans l’œil français.

En définitive, The World’s Best Boyfriend dispose de beaucoup de potentiel. La faculté d’être la cinquième œuvre de la mangaka joue aussi en la faveur de ce manga car on devine de suite la qualité aussi bien graphique que scénaristique. Quelques clichées pourraient certes êtres évités mais le tout reste évidement agréable à lire.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koalam

14.5 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News