The Alexis Empire Chronicle Vol.3 - Actualité manga

The Alexis Empire Chronicle Vol.3

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 06 January 2021

La situation est on ne peut plus critique pour la province d'Eïdonia: avec le soutien du Duc de Dinkwood, l'un des Patriciens, le prétentieux Keynes, prince de Kriméria, est arrivé à ses fins pour se venger d'Alan, en prétextant tout simplement un comportement tyrannique d'Eïdonia afin de se lancer dans une guerre ! Et comme si ça ne suffisait pas, il sera épaulé dans la bataille par Schardt, le frère de Léonate, fils du roi sorti brillamment de ses formations. Qui plus est, Schardt n'ayant encore aucune expérience du terrain malgré ses résultats brillants, il se voit affubler, pour diriger les troupes, de Trame, un homme à la tête d'une troupe de mercenaires, réputé pour son sens tactique et surtout pour sa capacité à flairer le danger. Ce sont donc trois mille piquiers, trois cents fantassins et deux cents archers qui s'apprêtent à marche vers Eïdonia... Face à une telle armée si bien dirigée, Alan et les siens ont-ils la moindre chance ? Eïdonia a bien moins de ressources que son ennemi... mais heureusement, Léonate et les troupes d'Alexis sont là ! Notre héros a évidemment accepté de prêter main forte à son vieil ami. Et, pour avoir la moindre chance de l'emporter, il faudra plus que jamais compter sur le sens de la tactique de Sheala, la stratège de génie...

Voici donc venue l'heure de la bataille d'Eïdonia, soigneusement préparée dans le tome précédent, et qui va occuper quasiment l'entièreté de ce troisième volume, pour un résultat plus que prenant. Cela, on le doit notamment à la petite part d'action, où le mangaka Yû Satô laisse encore éclater tout son art visuel: c'est très dense mais toujours fluide, efficacement mis en scène, particulièrement violent quand il faut afin de bien nous rappeler que la guerre c'est sale... Mais au-delà des quelques élans d'action pure, c'est bien l'aspect stratégique qui prend le dessus, et cela dès le début du tome où Léo, Alan et surtout Sheala préparent leurs plans pour espérer venir à bout de l'ennemi. Forcément, il y a pas mal de choses à prendre en compte: le nombre d'homme dans le camp adverse, le temps qu'il leur faudra pour arriver, le manque d'expérience de Schardt qui pourrait être un atout, la possibilité qu'on lui ait assujetti un stratège habitué au terrain pour compenser, le besoin de mettre en sûreté les civils habitant près des routes...

En somme, rien n'est oublié, et c'est alors avec intérêt que l'on s'apprête à suivre le conflit... depuis le camp ennemi ! En effet, les auteurs ont ici la bonne idée de nous faire vivre la bataille depuis le camp de Schardt, Keynes, Trame et consorts, ce qui a un intérêt double. Tout d'abord, nous permettre de mieux jauger la puissance de l'armée ennemie ainsi que la valeur de ses principales têtes: si Keynes se contente de camper le rôle du fil à papa capricieux et incompétent totalement détestable et cédant à bien des vices propres à la guerre, Schardt se montre plus chevaleresque et prometteur, tandis que Trame les observe avec intérêt tout en n'oubliant sa position de mercenaire et de "stratège" devant repérer les dangers. Ensuite, nous permettre de vivre et de découvrir en même temps que les ennemis la stratégie de nos héros, et vivre ainsi au plus près le sentiment de dépassement de Trame et des autres, pour un résultat garanti. Et dans tout ceci, si Sheala séduit toujours autant pour ses stratégies assez poussées (en anticipant les réactions ennemies) et Léonate brille par sa persévérance ainsi que sa force soigneusement acquise au fil du temps, n'oublions pas la petite mise en avant d'un Alan qui s'interroge sur ce qu'il peut et doit faire en tant que seigneur. Le jeune seigneur d'Eïdola se bat avec le poids de son peuple et de ses responsabilités sur les épaules, a sûrement encore des choses à apprendre, mais est déterminé à rendre heureux ses citoyens et le prouve bien.

Déjà très prenant depuis ses débuts, The Alexis Empire Chronicle confirme donc encore un peu plus avec ce troisième opus fort bien mené, la bataille d'Eïdola tenant bien ses promesses en termes d'intensité, d'action, de stratégie et d'abords des personnages. Qui plus est, pas le temps de souffler dans l'oeuvre: le dernier chapitre prépare déjà une nouvelle partie qui, elle aussi, s'annonce assez prometteuse avec le nouvel objectif de Léonate et les nouveaux visages entraperçus.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News