Tant qu'il est encore temps (je t'aimerai) Vol.8 - Actualité manga

Tant qu'il est encore temps (je t'aimerai) Vol.8

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 20 January 2021

Shôji Mikuni, le père de Reiji et ministre des relations étrangères, semble malheureusement bien décidé à séparer son fils de Misaki, et à l'envoyer à l'étranger... mais les deux adolescents ne l'entendent pas ainsi ! Alors qu'elle a recouvré la mémoire, et qu'elle connaît désormais la triste vérité derrière la mort de son père qui s'est autrefois sacrifié pour le père de Reiji, Misaki n'en reste pas moins déterminée à vivre son amour pour le jeune garçon, au point de le pousser à fuguer avec elle pour qu'ils ne soient plus jamais séparés... Mais combien de temps une telle fuite pourra-t-elle durer ? Le "démon de la politique" qu'est Mikuni pourrait n'avoir aucun mal à retrouver leur trace et leur lance même un défi: lui échapper pendant une semaine entière, et s'ils y arrivent le père de Rei renoncera à ses projets. Et en plus, les problèmes de santé de notre héroïne sont toujours aussi inquiétants, d'autant qu'elle compte arrêter le traitement et mettre fin aux tests...

Si Tant qu'il est encore temps (je t'aimerai) est une romance fleur bleue bourrée de grosses ficelles et de facilités depuis ses débuts, peut-être est-ce plus que jamais le cas avec ce volume final de la série, où tout s'enchaîne bien vite avec nombre de petits éléments pouvant peiner à convaincre si l'on en attend trop. Entre autres, la fugue s'avère bien trop facile dans ses différentes étapes, l'idée du défi lancé par le ministre est plutôt débile dans un tel contexte (plus encore au vu des problèmes de santé de Misaki), les grosses ficelles sont toujours au rendez-vous (en tête l'accident de voiture pour précipiter de façon artificielle l'issue)... et, surtout, la résolution des derniers problèmes, comme l'énigme des bagues, l'opposition du père de Rei ou la survie ou pas de Misaki, s'avère dans la plupart des cas très simpliste, en reposant même parfois sur d'heureux hasard (surtout concernant la vérité sur les bagues).

En somme, côté scénario, ça reste assez faiblard, même pour une série destinée à de très jeunes lectrices (il ne faudrait pas les prendre pour des idiotes, non plus, or c'est ce que la construction bancale de l'histoire fait parfois), et il y a de quoi regretter un peu que Keiko Notoyama idéalise un peu tout alors que la base de son histoire aurait pu permettre d'aborder efficacement auprès d'un jeune public des thématiques délicates mais auxquelles ont peut être confronté(e)e très tôt (comme la mort et le deuil)... mais à côté, Tant qu'il est encore temps (je t'aimerai) est une série qui garde pour elle une atmosphère romantique très fleur bleue (guimauve, diront d'autres) pouvant très facilement séduire un certain public, et de ce côté-là la mangaka assure assez bien l'essentiel, avec sa part dramatique certes lissée mais plutôt bien rendue, et la manière idéale dont elle dépeint l'amour puissant entre ses deux jeunes héros.

En somme, dans l'ensemble Tant qu'il est encore temps (je t'aimerai) n'est pas du tout une mauvaise série, mais il était possible d'en attendre plus au vu de l'idée de base. Reste une romance (très) fleur bleue ayant un certain charme, et étant assez bien portée par une héroïne plutôt forte de caractère, dont on appréciera le désir de penser à l'avenir et à ses rêves malgré sa maladie. Qui plus est, le tout est complété par un petit chapitre bonus sympathique, et par une assez longue interview de la mangaka.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

11.75 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News