Talentless Vol.9 - Manga

Talentless Vol.9

Rédaction

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 08 Décembre 2022

La guerre fait rage entre les deux suspects du meurtre de Takeo, et l'infâme manipulateur Daisuke semble déterminé à piéger Nana pour faire d'elle la coupable, d'autant plus qu'il est de mèche avec le lieutenant Tsurumi qui compte désormais mettre hors-jeu notre héroïne dans la dernière ligne droite de ses inquiétants desseins. Aidée par Sachiko et son pouvoir de téléportation, Nana parvient à s'éclipser et à rejoindre son allié Jin afin de mettre au point, dans un entrepôt, un stratagème visant à piéger Daisuke et son potentiellement redoutable pouvoir lié à l'électricité. Mais tout ceci sera-t-il suffisant ? En effet, Kyôya et les autres prodiges, toujours dans le doute quant à la vérité sur la mort de Takeo, n'attendent qu'une chose, à savoir le retour parmi eux de l'unique témoin du meurtre: Moé. Hélas, la jeune fille, bouleversée par la mort de sa grand-mère adoptive, ne parvient pas du tout à admettre à la disparition de la seule personne sur Terre qui lui accordait de l'importance. Et cette faiblesse psychologique de la jeune fille, l'ignoble Daisuke compte bien l'utiliser à son avantage pour piéger Nana...

C'est au fil d'un volume une nouvelle fois très épais, totalisant plus de 310 pages, que cette partie sur le meurtre de Takeo touche enfin à son terme, pour un résultat très prenant de bout en bout, en premier bien sûr pour l'opposition entre les deux suspects Nana et Daisuke. Face à notre héroïne, il y a de quoi détester toujours plus un Daisuke qui ne reculera devant aucune bassesse, devant aucune manipulation, pour tenter de piéger Nana et de persuader les autres qu'elle est la coupable. Mais notre héroïne a du répondant et saura le montrer ! Au fil des quelques stratagèmes de ces deux-là, les auteurs offrent un côté tactique assez efficace, où Nana doit avant tout trouver un moyen de neutraliser le fameux pouvoir électrique de Daisuke, ce pouvoir dont il se vante sans jamais l'avoir vraiment montré et dont la puissance réelle reste donc une énigme. Et si l'ensemble est aussi prenant, c'est aussi parce que Furuya Iori et Looseboy parviendront à offrir quelques surprises autour de l'identité de la personne ayant réellement tué Takeo et des circonstances exactes de sa mort.

Dans ce contexte particulièrement tendu et où l'on sent que tout pourrait éclater d'un moment à l'autre, c'est pourtant encore un autre personnage qui attire le plus notre attention, à savoir, forcément, celle qui s'affiche avec son sourire énergique caractéristique sur la jaquette: Moé. Ce sourire, la jeune fille l'a désormais perdu, traumatisée par la mort de sa grand-mère qui était absolument tout pour elle, et à présent ballotée par une affaire de meurtre dont elle a été témoin et pour laquelle on exige qu'elle s'exprime. Entre un Daisuke qui veut la manipuler en la brisant encore plus psychologiquement et une nana qui regrette désormais sincèrement de n'avoir rien pu réellement faire pour elle, Moé va devoir choisir, réfléchir, ce qui mettra surtout en valeur une notion spécifique: l'amitié, la vraie, celle où l'on s'inquiète vraiment pour l'autre sans forcément attendre quelque chose en retour. Cette notion d'amitié, faisant que Moé n'est peut-être pas si seule finalement malgré la disparition de sa grand-mère, Nana commence elle aussi à en comprendre toute la portée, surtout quand elle repense à tout ce qu'a pu lui apporter l'attachante et regrettée Michiru sur l'île.

Pour toutes ces raisons, ce volume se révèle passionnant et rondement mené... mais peut-être n'est-ce rien face aux dernières dizaines de pages, qui viennent précipiter au bon moment l'histoire dans une nouvelle direction que l'on attendait depuis un moment avec crainte, tant les auteurs l'ont savamment préparée depuis quasiment les débuts de l'oeuvre. En particulier, ce sont les toutes dernières dizaines de pages, amples et terribles, qui nous laissent dans l'insoutenable attente de la suite, tant tout s'y bouscule avec force autant pour le sort et la place de nana que pour le contexte nouveau et effrayant qui s'installe à l'égard des prodiges.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai
16.5 20
Note de la rédaction