Syndrome 1866 Vol.7

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 23 March 2011

Alors que Miroku était sur le point de se faire démasquer par le procureur Goï, les médias annoncent soudainement qu'un jeune peintre est passé aux aveux concernant le double meurtre des deux lycéennes d'Aoto. Miroku se retrouve donc totalement blanchi pour l'instant, mais fait-il vraiment y voir la fin de ses tourments ? Maintenant libéré de cette pression, le jeune homme risque surtout de se retrouver face à sa propre conscience... à moins qu'une âme charitable vienne partager son lourd fardeau.

C'est donc un retournement de situation particulièrement inattendu qui fait rebondir l'affaire, alors que nous sentions notre héros de plus en plus acculé par les accusations de Goï. Mais là où le roman de Dostoïevski présentait le personnage du jeune peintre comme rongé par sa foi chrétienne, il fallait, pour Naoyuki Ochiai, trouver une alternative crédible, dans une société japonaise où la dimension religieuse n'est pas si prédominante. La pression viendra donc d'une autre force supérieure et impalpable : celle des yakuzas et des personnages hauts placés prêts à tout pour faire régner la loi du silence. Si le subterfuge peut présenter quelques failles, il n'en est pas moins très pertinent et relance l'intérêt de la série dans des sphères à plus grande échelle.

Paradoxalement, la seconde partie de ce septième volume se veut beaucoup plus intimiste, tant dans sa dimension spatiale, temporelle, et psychologique. En effet, le rapprochement entre Ethika et Miroku se poursuit; elle, sentant la tristesse et la détresse du jeune homme; lui, percevant une oreille potentiellement attentive à ses tourments. Mais notre héros pitoyable ne pourra être réconforté que s'il parvient à libérer une partie de ses péchés. Toute la tension du volume gravite donc autour de l'attirance entre ses deux personnages, et une implacable vérité qui ne demande qu'à sortir, au risque de tout faire imploser. Qu'en sera-t-il au prochain lever de soleil ?

Enfin, alors qu'une éclaircie pourrait apparaître, voilà Miroku rattrapé par ses vieux démons, pour des nouvelles pistes de récits des plus passionnantes. Mais pour cela, il faudra maintenant attendre d'avantage, la série suivant maintenant un rythme trimestriel ! Espérons que cette nouvelle mesure n'entache pas tout le potentiel de cette fabuleuse série, qui sait tant gérer son temps. Quoiqu'il en soit, l'attente pourrait bien être insoutenable...


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Tianjun

17 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News