Starving Anonymous Vol.7 - Actualité manga

Starving Anonymous Vol.7

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 18 Febuary 2020

La vérité est tombée sur nos héros concernant les origines et la réelle utilité de l'espèce humaine, simple "garde-manger" créé par des monstres extra-terrestres ayant autrefois ravagé les denrées de leur propre planète jusqu'à l'anéantir. L'heure de la "récolte" est désormais arrivée, les monstres affamés ont été lâchés aux quatre coins du monde en commençant à dévorer tous les humains, plus rien ne semble pouvoir arrêter ce massacre à échelle mondiale... à moins que Yamabiki et Natsune ne parviennent à accomplir leur mystérieux plan, dernière source d'espoir. Même si cela signifie pour eux vivre une éternelle souffrance. Pendant que Yamabiki voit des bébés sortir de son dos sous les yeux effarés d'Iye, le proliférant Natsune, lui, se dirige au sous-sol où se trouvent les créatures voulant sa chair...

L'humanité pourra-t-elle donc être sauvée ? Réponse au bout d'un volume qui a au moins le mérite d'apporter une conclusion à la série... me^me si le chemin pour y parvenir n'est aucunement convaincant.

En effet, des idées, il y en a au bout du compte, et des intéressantes. On pense à la nature du plan de Yamabiki et de Natsune, à ce que cela implique d'effroyable torture pour Natsune, et aux explications finales concernant la façon de tuer les monstres, ces dernières étant pour le coup assez originales en exploitant certaines saletés de notre monde. Mais le problème, c'est que ces quelques bonnes idées sont noyés dans un flot de n'importe quoi ou d'horreur finissant par devenir indigeste, tant elle lasse dans son désir d'être toujours plus dégueu et malsaine. On finit ainsi par suivre des scènes de carnage peu ragoûtantes, certes, mais ne finissant plus que par chercher que le gore pour le gore, sans réel renouvellement dans les angles et dans la mise en scène hormis des designs toujours plus WTF et nauséabonds. Alors, certes, ça peut faire son effet, car le dessin d'Inabe est crade à souhait, mais ça s'étire tellement que ça finit par être la routine, par ennuyer et par être inutile. Un exemple parlant de cette chute est sûrement le petit moment où on entrevoit une facette de l'enfance de Yamabiki, où sa mère le forçait à lui lécher le vagin: du malsain purement pour le malsain, n'expliquant rien de neuf sur la personnalité du gus vu que c'est torché, et étant un peu la goutte d'eau. Le plus agaçant dans tout ça, c'est que toutes ces pages occupées par ces inutiles visions de gore/malsain s'étirant trop, les auteurs auraient pu les mettre à profit pour mieux peaufiner leurs explications finales, qui sont balancées en bloc un peu à la va-vite alors que les idées sont intéressantes.

Après des débuts assez intrigants et prometteurs, et malgré des idées pas mal du tout, Starving Anonymous est une série qui, petit à petit, a vu sa qualité et son intérêt s'étioler, les auteurs ayant décidé de faire tellement dans le gore et le malsain que c'en est devenu lassant, tout en oubliant de raconter plus efficacement leur scénario. Un pétard mouillé où la surenchère de cadavres (déformés, torturés, bouffés, etc) finit par avoir des relents un peu trop nauséabonds à force de surenchère.
   

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

7 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News