Space Brothers Vol.6 - Actualité manga

Space Brothers Vol.6

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 24 May 2016


Tandis que le frère cadet Hibito s’affaire aux derniers préparatifs avant un départ vers la Lune qui ne cesse de se rapprocher, Mutta passe l’entretien de la dernière phase de sélection de l’aérospatiale japonaise qui a donc lieu au… Centre Spatial Johnson, aux Etats-Unis d’Amérique… Un entretien d’une banalité improbable ; ordinaire au point de s’en demander la véritable utilité. Bref, Mutta s’en moque un peu ; pas grave : il s’en va faire la fête, dans un de ces clubs de nuit, accompagné de ses collègues de la sélection. Ils boivent, s’amusent et plaisantent entre eux. Mais si en réalité le précédent et étrange entretien de la journée n’était qu’un leurre ? Et si la véritable sélection avait lieu ce soir, en ce moment même, alors qu’ils sont en train de festoyer ?

Second tome d’affilé lors duquel l’auteur s’amuse à procéder d’un creux narratif afin d’accroître toute la teneur du prochain tome qui s’annonce important en terme d’évènements. Pour le reste, il est ici habilement fait monter la tension qu’il s’agisse, d’une part, du côté de chez Mutta, qui est confronté à la personnalité troublante de l’astronaute Azuma, présenté tel un asocial-obstacle et, d’autre part, auprès d’Hibito, pour lequel certaines choses risques de perturber le décollage tant attendu vers les cieux.

L’auteur usite, comme à l’habitude et avec une certaine maîtrise, de tout le potentiel attaché à la large palette de ses personnages. Si, bien évidemment, il ne manquera pas d’aborder la relation entre les deux frères rêveurs, notamment à travers un souvenir d’enfance assez révélateur de la nature même de leurs personnalités, les protagonistes secondaires occuperont presque tout autant de place ici : qu’il s’agisse de leurs parents, du flegme Kenji, de l’adorable Serika et, surtout, de la mascotte Apo ! Le lecteur retrouvera ce dernier pour des moments toujours aussi légers, drôles et revigorants. Aussi, nombre d’éléments narratifs feront échos jusque dans le tout premier tome ; comme pour cristallisation de la concrétisation de l’espoir d’un jeune gosse.

Le lecteur est purement baladé : d’un coin à l’autre du centre aérospatial, dans les appartements respectifs des personnages, leurs pensées, leurs souvenirs, au plus près de leurs proches, dans un terrain de sport de fortune, une zone d’entraînement désaffectée… parmi les tourments de Mutta, lequel n’est pas en paix avec lui-même : heureux que son frère cadet parte en mission sur la Lune ; tantôt triste qu’il le fasse avant lui. Les errances de Mutta et les craintes matérielles quant au décollage d’Hibito fusionnent dans un dénouement à la fois simple et efficace ; lequel laisse le lecteur dans un charme songeur. Le tout pour un sixième tome hautement séduisant et sans ingratitudes, à l’instar de chacun de ses prédécesseurs.

En littérature, certains auteurs caressent l’espoir, voire le rêve, d’écrire un « grand livre avec des creux », il y en a de fameux ; et, manifestement, il y a un peu de cela dans Space Brothers ; quelque chose de grand mais également singé de creux délicieux. Difficile de renier à cette série les qualités d’une œuvre assez incontournable. 
 


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Alphonse

16 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News