Sidooh Vol.6 - Actualité manga

Sidooh Vol.6

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 12 May 2021

L'infiltration du Washington, le "navire noir" de Johnson que les membres du Byakurentai doivent couler, est en train de prendre une tournure chaotique, nos héros n'ayant pas tardé à être repérés. Si Mozu a pu être libérée par Sho et que Same a pu déclencher le feu, la situation n'est vraiment pas au beau fixe, puisque, sous les yeux d'un Gen enragé, Ino vient d'être touché par une balle de fusil des "étrangers". Le jeune garçon est alors plus déterminé que jamais à foncer dans le tas face aux troupes de Tanabe, mais a-t-il la moindre chance ? Cependant, les événements risquent de prendre un virage encore plus terrible, dès lors que Johnson, irrité à l'idée que des "singes" japonais puissent couler son bateau, prend une décision on ne peut plus radicale...

L'infiltration du Washington touche à sa fin au fil de la première partie de ce sixième tome, pour un résultat qui s'enfonce toujours plus dans le chaos, sous le dessin toujours aussi sombre de Tsutomu Takahashi. Le mangaka n'a pas son pareil, grâce à sa patte unique, pour entretenir une ambiance malsaine et étouffante d'un bout à l'autre... et c'est quelque chose qui va vraiment de pair avec les événements. Tandis que le trio Sho/Mozu/Same tâche de s'échapper et que Kiyozo combat plusieurs hommes sur le pont, on retiendra surtout la manière indigne dont Ino a été touché par une balle via une arme à feu bien éloignée des préceptes des samouraïs, et plus encore la décision prise par Johnson, décision où il en arrive à trahir ses propres alliés nippons. Et le résultat est là: un aspect sans foi ni loi, un manque de dignité, un chaos total, qui ne peuvent qu'affirmer de plus belle la colère de nos héros, décidément malmenés par cette période trouble.

Mais si la première partie du tome est déjà un bijou d'intensité, ce n'est rien à côté de la suite du volume, qui parvient encore à aller crescendo dans la noirceur. Traqués de partout par les hommes du Bakufu, les membres du Byakurentai semblent vraiment mal partis, d'autant qu'ils ont avec eux un blessé. C'est alors que Kiyozo, en capitaine et connaissance de longue date d'Ino, prend une décision capitale: rester avec le blessé pour essayer de l'aider à fuir, tandis que les 4 autres membres du groupe doivent s'échapper au plus vite de leur côté. Mais quel sera le résultat de ce plan ? La réponse ne tarde pas à arriver, est terrible, et ne fait qu'accentuer toujours plus l'horreur au fil des pages. Petites confessions entre Ino et Kiyozo permettant notamment d'interroger encore un peu plus sur ce qu'est un samouraï à cette époque, absence totale de dignité d'hommes n'hésitant pas à frapper des personnes déjà presque mortes, traîtrise d'un homme dont on savait déjà bien qu'il était un manipulateur... jusqu'à cette fin de volume intense à souhait, parfaitement orchestrée jusque dans sa brutalité sans concession.

Mais on va éviter d'en dire plus, pour être sûr de ne pas spoiler. Dans tous les cas, au bout de ce tome qui marque dans le sang la fin de toute une partie du récit, l'histoire prend un nouveau virage, et scelle encore un peu plus la voie prise par nos héros, conditionnés par une époque profondément chaotique qui ne leur laisse pas trop le choix.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

17.5 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News