Shirley Vol.1 - Actualité manga

Shirley Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 18 April 2019

Il y a déjà presque 12 ans déjà, en juin 2007, les éditions Kurokawa nous proposaient de découvrir, parallèlement à la série Emma, un one-shot de Kaoru Mori: Shirley, où, à travers le quotidien d'une jeune domestique, elle montrait déjà toute sa passion pour les soubrettes et les maîtres de l'Angleterre victorienne. Depuis, avec le grand succès de Bride Stories, la mangaka est devenue une figure incontournable du catalogue des éditions Ki-oon, qui en avaient alors déjà profité pour offrir à Emma une nouvelle édition en grand format et en 5 volumes dans leur collection Latitudes entre 2012 et 2014.

En ce printemps 2019, l'éditeur montre qu'il n'oublie aucunement cette grande artiste, en nous amenant une nouvelle édition pour ce qui fut en réalité la toute première oeuvre de Kaoru Mori parmi ses publications professionnelles. Puisque si l'éditeur japonais Enterbrain a publié Shirley au Japon en tome broché en février 2003 donc en même temps que la sortie du volume 2 d'Emma, il s'agissait en réalité d'un one-shot regroupant les meilleures oeuvres de Kaoru Mori à ses débuts, quand elle donnait dans le dôjinshi. La bonne nouvelle en plus de la réédition de ce tome, c'est que Ki-oon en profitera aussi pour publier également le volume 2 des aventures de Shirley, sorti au Japon en 2014, et qui était jusqu'à présent complètement inédit en France. Effectivement, Shirley est un manga qui continue d'accompagner Kaoru Mori de temps à autre au fil de sa carrière, elle lui offre de nouveaux chapitres quand l'inspiration, le temps et l'envie sont là, et c'est ainsi qu'un volume 2 a pu voir le jour au Japon il y a près de 5 ans.

Désireux de porter le titre comme il se doit, l'éditeur a la bonne idée de le publier en même temps que le volume 11 de Bride Stories, et surtout de proposer en librairies une superbe offre: pour l'achat de Shirley 1 et de Bride Stories 11, il est possible d'avoir en cadeau "Scribbles", un carnet de 44 pages dans lequel la mangaka présente et commente plus de 70 travaux graphiques réalisés au quotidien lors de ses recherches. Autant que dire qu'il s'agit d'un petit trésor visuel pour les fans de l'autrice !

Dans ce premier volume, on trouve tout d'abord, sur environ 120 pages, les cinq chapitres initiaux de Shirley (qui donne donc son nom à l'oeuvre) originellement conçus par Kaoru Mori en amatrice. Dans cette histoire, Madame Cranly, une jeune femme tenant un petit café chaleureux, est tellement occupée par son travail qu'elle n'a pas le temps de s'occuper de la grande maison dans laquelle elle vit seule. Un soir, en rentrant chez elle, elle trouve sur le pas de sa porte une jeune fille de 13 ans, Shirley Medison, venue pour l'annonce de recherche d'un domestique qu'elle a passée. Madame Cranly décide alors d'engager Shirley et s'attache rapidement à cette jeune fille gentille, douce et volontaire.

Si l'on ne retrouve pas dans cette histoire la maîtrise d'Emma et l'ancrage prononcé dans la réalité historique, ce récit, qui n'a pas d'autre but que celui de nous inviter à suivre le travail de domestique de Shirley et l'évolution de la relation entre la jeune fille et sa patronne, se suit avec un réel plaisir grâce à l'insouciance et à la bonne humeur qu'il dégage.

L'ouvrage est complété par deux autres histoires courtes d'une trentaine de pages chacune, et bien évidemment toujours centrées sur des personnages de soubrettes. Tandis que la première (qui, physiquement, semble être annonciatrice d'Emma tant elle lui ressemble) doit s'occuper d'un petit garçon malicieux, la deuxième est au service d'un vieil homme en apparence austère, mais qui se révèle être en réalité très farceur et va jouer toutes sortes de tours à sa domestique. Là aussi, l'atmosphère reste plutôt légère, bien portée par des personnages assez vivants et sur lesquels la mangaka porte un oeil passionné.

Au niveau des dessins, l'ensemble n'est forcément pas aussi maîtrisé qu'Emma, mais le style de Kaoru Mori y est déjà très reconnaissable, et le goût de la mangaka pour les détails visuels est déjà présent et se montre malgré tout bluffant par moments.

Plaisant à parcourir, ce premier volume est forcément inégal mais sait dépeindre des personnages agréables à suivre, en particulier cette attachante petite domestique de 13 ans. Surtout, ce tome permet d'avoir un aperçu des oeuvres de jeunesse de Kaoru Mori, de déjà cerner quelques-uns des sujets chers à l'auteur, et de mieux cerner l'évolution de son style, ce qui en fait en soi un indispensable pour tout fan de Kaoru Mori. A présent, ce que l'on attend avec encore plus d'intérêt et d'impatience, c'est le fameux volume 2, entièrement inédit dans notre pays, et où le gain en qualité du dessin de Kaoru Mori devrait se ressentir encore plus puisque ces chapitres-là ont été conçus plus récemment !

Concernant l'édition, elle est très jolie, dès la jaquette qui bénéficie d'un vernis sélectif. A l'intérieur, on a droit à une papier de qualité, assez souple, épais et sans transparence, ainsi qu'à une très bonne impression. Par rapport à l'édition sortie chez Kurokawa en 2007, le contenu est bien sûr le même, jusqu'à la pagination et avec la postface de l'autrice, mais il y a tout de même une différence de taille, à savoir la traduction, entièrement neuve. La traduction initiale de Frédéric Malet pour Kurokawa laisse place ici à un travail de Géraldine Oudin qui s'avère très satisfaisant. La traduction de Frédéric Malet était plaisante pour son aspect assez naturel et fluide, celle de Géraldine Oudin fait peut-être mieux ressortir l'ambiance de l'époque avec un langage parfois un peu plus soutenu (des "vous" à la place des "tu", par exemple).
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

14.5 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News