Shikimori n'est pas juste mignonne Vol.1 - Actualité manga

Shikimori n'est pas juste mignonne Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 14 January 2022

En ce tout début d'année 2022, le planning des éditions Meian s'annonce riche voire très riche, notamment car plusieurs titres initialement prévus fin 2021 ont dû être reportés à cause des pénuries de papier et de la cadence folle chez les imprimeurs. Ainsi va-t-on pouvoir découvrir chez l'éditeur, en ce mois de janvier, le one-shot en couleurs MAGICA dont les contes s'annoncent ravissants, ou encore Forbidden Scrollery, un manga dérivé de la licence vidéoludique Touhou... Mais l'oeuvre qui nous intéresse ici est inscrite dans un autre genre, la tranche de vie romantique.

De son nom original Kawaii Dake Janai Shikimori-san, Shikimori n'est pas juste mignonne a débuté au Japon en 2018 dans le magazine numérique Magazine Pocket des éditions Kôdansha, et dénombre déjà 11 volumes, ce qui en fait la plus longue série à ce jour de Keigo Maki, un auteur jusque-là inédit en France et qui a débuté sa carrière professionnelle en 2017. Auréolée d'un joli succès dans son pays, l'oeuvre n'a sans doute pas fini de faire parler d'elle cette année, puisqu'une adaptation en anime débutera en avril, et que celle-ci est d'ores et déjà prévu en simulcast en France sur la plateforme Crunchyroll.

Dans cette série, pas de romance entre deux adolescents qui vont se tourner autour: dès le début, ils sont déjà en couple ! Mais aux yeux de certains, ils forment de bien étranges tourtereaux puisque, là où Izumi passe pour un garçon banal, voire bon à rien et malchanceux, Shikimori, elle, est profondément mignonne et populaire. Mais quand on dit qu'Izumi est malchanceux, ce n'est peut-être pas tout à fait vrai: à force de côtoyer sa petite amie, il a l'occasion privilégiée de voir ses autres facettes... surtout ses moments de classe !

Dans ce premier tome, la recette est on ne peut plus simple: au fil de chapitres courts (4 ou 8 pages), souvent indépendants mais proposant aussi parfois des récits qui se suivent sur deux chapitres, l'auteur offre des petites scènes du quotidien entre Izumi et Shikimori: sport, premier rendez-vous de Noël, classe de neige, études pour l'examen de fin de semestre, sortie au parc d'attractions... autant de situations normales qui suivent globalement un déroulement similaire: Izumi observe sa chère Shikimori en ne pouvant s'empêcher de la trouver mignonne par diverses réactions, jusqu'à ce qu'une situation la montre sous un jour totalement classe, que ce soit quand elle protège son petit ami, qu'elle fusille du regard les personnes qui le critiquent, etc...

Vous avez peur que cela soit redondant ? Eh bien, pour le moment, ce n'est pas le cas. Non seulement car les petites situations se renouvellent suffisamment (encore heureux pour un premier tome), mais aussi parce que, tout simplement, il y a un plaisir revigorant à observer ce petit couple, à voir les pensées d'un héros en admiration devant sa copine ou vouloir faire quelque chose pour elle, et à voir à quel point Shikimori peut être dingue de son Izumi adoré.

Tout ceci est emballé dans une style visuel tout à fait adapté. le trait est assez simple mais fin, et contribue à offrir un ton léger ainsi que plusieurs bonnes bouilles chez nos deux personnages principaux, en particulier chez Shikimori, que ce soit en mode mignonne ou en mode classe.

A l'arrivée, Shikimori n'est pas juste mignonne a tout de la petite comédie romantique feel good, légère, nous laissant ici sur une première impression positive, la principale condition étant d'accrocher au schéma fait de courts chapitres.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News