ReLIFE Vol.5 - Actualité manga

ReLIFE Vol.5

Critique du volume manga

Publiée le Lundi, 11 September 2017

Critique 2


Suite à la blessure de Rena, provoquant son incapacité à participer au tournoi de volley, c'est la crise au sein des élèves! Rena en veut terriblement à Honoka qui ne sait plus comment réagir, et les autres se retrouvent tous un peu perdus au milieu! 


Mais aussi surprenant que cela soit, la solution viendra peut être de Chizuru, bien qu'ayant peu d'expérience des rapports humains, elle va demander de l'aide à Arata qui lui aussi souhaite intervenir...


Le tome précédent s'était montré quelque peu décevant du fait du virage de la série vers un titre "tranches de vie", laissant totalement de coté le coté "fantastique", l'aspect anticipation, et la vision sociologique de la chose...et si ici on reprend directement sur la suite des événements du tome précédent, l'auteur s'attarde un peu plus sur la vision plus adulte de Arata qui pour le coup pourrait détenir les clés de la réconciliation entre les deux jeunes filles! 


Mais le personnage qui sort ici du lot est celui de Chizuru, jeune fille relativement inadaptée socialement qui va peu à peu s'orienter vers les autres, de façon souvent maladroite, voire parfois inappropriée, mais c'est ce qui rend notamment ce personnage aussi amusant et attachant...et visiblement Arata lui aussi commence sérieusement à la trouver attachante, comme le montre la scène où il la prend dans ses bras...certes suite à une faiblesse de sa part, où il s'est laissé dominer par une émotion trop forte, mélange de peine et de culpabilité, mais si cette "accolade" n'était qu'accidentelle, on devine qu'elle pourrait bien se reproduire. 


Et tout ceci pose à nouveau question sur l'interdit de la chose: aussi attachante soit-elle, Chizuru n'a que 17 ans, alors que Arata en a 27 même si tous ses camarades de classe l'ignorent... 


Cette problématique est réellement ce qui intéresse et ce qui donne son sens et son intérêt à ce titre, bien plus que des disputes entre lycéennes, ce qui n'était pas forcément ce qu'on était venu chercher au départ en découvrant cette série! 


Autre élément intéressant ressortant de ce tome, qu'on trouve d'ailleurs durant le même chapitre, la même séquence, le retour de Arata sur un événement traumatisant qui a visiblement laissé des traces chez le jeune homme... 


Le reste du tome se lit avec plaisir, mais sans passion, l'histoire de brouille autour du volley et de ses deux joueuses trouve sa conclusion, sans trop de surprise avec une réconciliation attendue. 


Peut-être que maintenant que cette partie de la série est terminée l'auteur se centrera à nouveau sur la raison d'être du titre, à savoir  l'expérience sociologique d'un homme de 27 retrouvant sa jeunesse et ayant une seconde chance dans ses rapports humains... 


Critique 1


La situation entre Honoka et Rena s’est détériorée. Alors que la compétition de volley-ball approche, Honoka n’a pas trouvé le courage de parler à son amie, et cette dernière a sombré dans la déprime. Ryo et An observent la situation de loin et se questionnent sur une potentielle intervention d’Arata dans cette affaire. Suite à la visite de Chizuru, qui cherche à protéger son petit cercle d’ami, le lycéen factice entre en scène.



La totalité de ce tome conclut l’arc autour de la dispute entre Honoka et Rena. Ainsi, Yayoiso explore en profondeur les tourments lycéens, une manière supplémentaire de ramener Arata à la vie qu’il a connue autrefois.

L’intrigue principale et les mystères de Re :Life sont donc mis de côté dans ce volume qui se consacre à une petite poignée de personnages. D’un côté, on éprouvera peut-être un regret sur la longueur de cette partie de l’histoire. Yayoiso semble tirer cette intrigue en longueur, amenant parfois quelques rebondissements et en entretenant même la discorde quand des moments de réconciliation peuvent avoir lieu. Il y a donc un certain manque de rythme dans cette partie de l’histoire qui affiche des longueurs de manière surprenante, la série ayant toujours été à l’essentiel jusqu’à maintenant.

Néanmoins, la formule que nous propose l’auteur ici reste raccord avec les intentions de la série, celles de représenter l’insouciante vie lycéenne. La discorde entre Honoka et Rena parait simpliste mais se révèle crédible d’une certaine manière : il n’en faut parfois pas plus pour semer la zizanie dans un cercle d’amis. L’autre élément important est sans conteste la légère mise en retrait d’Arata, de telle sorte à faire briller Honoka et Chizuru. Cette dernière se révèle toujours plus attachante, tome après tome, par son évolution. Ce tome sera même l’occasion d’en apprendre un peu plus sur son état d’esprit via une séquence assez courte mais suffisante et qui marque bien la volonté de la série de ne pas trop en faire. La pépite du volume sera aussi sa scène finale, touchante et symbolisant toute la fraîcheur lycéenne à base de relations sincères du titre, une belle récompense après cette partie scénaristique longuette.

Pour ces raisons, bien que l’arc traine clairement en longueur, on ne s’ennuie pas véritablement devant ce tome. Certains chapitres sonnent un peu creux tandis que d’autres apportent leur lot de développement. Et maintenant que cette partie de l’intrigue est achevée, on espère revenir à un rythme plus soutenu et une mise en avant des quelques figures mises en retrait le temps de cet arc. Qu’à cela ne tienne, ce petit coup de mou ne sape pas notre intérêt pour la série, loin de là !


Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Erkael

14.5 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

13.5 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News