ReLIFE Vol.3

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 05 January 2017

Critique 2


Le ton monte entre Chizuru et Rena. Cette dernière essaie tant bien que mal de gagner l’amitié de sa camarade, mais ce n’est pas du goût de Rena qui trouve sa rivale hypocrite et, dans un élan de jalousie, tente de lui dérober son sac de cours. Témoin de cette scène, Arata tente d’arrêter Rena, mais tous deux sont victimes d’une chute dans les escaliers. Lorsque tous deux reprennent leurs esprits, il est clair que des explications entre les différents protagonistes de l’affaire devront avoir lieu…

L’animosité qu’éprouve Rena pour Chizuru est montée d’un cran, elle a même abouti à un certain cliffhanger plutôt efficace pour achever le volume précédent, et c’est toute cette partie de l’histoire de ReLIFE qui va trouver une conclusion dans la première moitié de ce tome trois. Yayoiso, qui ne cherche pas à faire traîner en longueur toute cette rivalité, décide de résoudre directement le conflit. Le piège était donc évident, et il fallait que l’auteur veille à ne pas tomber dans certaines facilités scénaristiques ou un côté simplet trop évident. Il s’en sort cependant très bien puisque plus que de développer une scène remplie de bons sentiments, c’est un véritable travail sur les personnages que le mangaka effectue, tentant de rendre chacun le plus sincère possible tout en respectant leurs personnalités. Chizuru et Rena évoluent donc énormément dans leurs échanges, y compris la déléguée de la classe qui s’humanise petit à petit et comprend à quel point elle peine à se sociabiliser, tandis que sa camarade a le mérite de ne pas rester une rivale jalouse et énervante jusqu’au bout, bien au contraire.
Mais ce passage est aussi, en quelque sorte, celui d’Arata qui s’interroge toujours plus sur son droit à interagir, lui et son caractère d’adulte. Le fossé entre l’individu mature qu’il est et les adolescents qui l’entourent se ressent donc fortement, Yayoiso utilise justement très bien cette fidèle pour créer un constant décalage entre le héros et son entourage, et c’est ce qui rend ReLIFE si intéressant en termes de comédie scolaire.

Notre pauvre héros n’est d’ailleurs pas au bout de ses peines puisque de nouveaux déboires s’offrent à lui lorsque Oga et An choisissent de venir étudier chez lui… à l’improviste ! Voilà un moment que le récit n’avait pas joué sur l’humour concernant le statut d’adulte d’Arata, et c’est bien là l’habilité de l’auteur qui trompe son lecteur en dirigeant le récit vers quelques révélations qu’on n’attendait pas, du moins pas de cette manière. L’intrigue propose alors un rebondissement qu’on voit de plus en plus venir au fur-et-à-mesure de l’avancée du tome, mais qui remet en cause bien des perspectives. Ainsi, la série ne se contente pas d’être une comédie scolaire, aussi réussie et intéressante soit-elle, et l’intrigue autour du projet ReLIFE prend une épaisseur nouvelle, reste à voir maintenant comment l’auteur utilisera tous ces éléments…

Notons qu’avec ce troisième tome, Yayoiso nous fait davantage ressentir sa volonté de ne pas faire dans la comédie basique et d’apporter une certaine maturité à son titre. Ainsi, même quand les échanges entre adolescents deviennent de plus en plus sulfureux, le mangaka ne se laisse jamais aller à la facilité du fan-service. Bien au contraire, l’œuvre développe des lycéens qui ressemblent à des lycéens et agissent comme des lycéens. Et pour ça, nul besoin de nous abreuver de culottes et de décolletés à tout va.




Critique 1


Ayant surpris Rena en train de voler le sac de Chizuru, Arata fait une chute dans un escalier avec la jeune fille. Lorsqu'il se réveille, il va voir Rena et écoute ses confessions. Toujours résolu à résoudre les problèmes (surtout ceux des autres), Arata va essayer de réconcilier les jeunes filles, notamment en faisant comprendre la futilité de son geste à Rena...
Mais alors que ceci est derrière lui, un autre type de problème se pose: deux de ses camarades viennent étudier chez lui...mais l'appartement de Arata ne ressemble pas à celui d'un jeune homme de 17 ans...il va falloir là jouer subtil!

Deux tomes ont suffi pour faire de cette série un titre séduisant et attendu par les lecteurs, un titre sortant de l'ordinaire avec une trame peu banale, allant bien au-delà du simple titre s’attardant sur des tranches de vie entre lycéens.
Et si à première vue on pouvait croire que c'est de ça qu'est constitué ce troisième opus, à savoir justement des tranches de vie contant des problématiques adolescentes, son auteur Yayoiso nous offre quelque chose de bien plus travaillé et bien plus complexe!

On reprend suite à la chute dans l'escalier de Arata...ce dernier se réveille ne sachant plus trop où il est, mais de suite il va tenter d'arranger les choses entre les deux jeunes filles visant la première place de l'établissement: Chizuru et Rena. Le comportement de la première et sa totale ignorance des rapports humains la rendent tout à la fois drôle et attachante, d'ailleurs le lecteur sent bien que s'amorce un rapprochement entre elle et notre faux adolescent, ce que lui-même commence à remarquer sans vouloir se l'admettre: il n'a pas réellement 17 ans et dans son esprit cela reste du détournement de mineur. A ce niveau on se demande comment l'auteur va se sortir de cette situation et ce qu'elle va nous proposer pour pallier à l'interdit de la situation.
Ici on s'attarde un peu sur le passé de Arata, ses premiers pas dans le monde du travail avec une dénonciation de l’égoïsme et de la méchanceté. Un aspect qui n'a pas encore été creusé, mais qu'on attend de retrouver avec une certaine impatience.

La seconde partie du tome se veut elle aussi très amusante: Kazuomi et An viennent réviser chez Arata... Jusque là rien d'anormal. Le problème est que notre héros a des choses à cacher...un malaise va alors s'installer chez lui au fur et à mesure que ses camarades prennent leurs aises. Des situations cocasses et amusantes qui fonctionnent sans mal.

En parallèle de tout ça reste cette seconde lecture presque malsaine et dérangeante, comme si le titre avait deux niveaux: le plus apparent, celui léger et frais; mais que derrière se cachait quelque chose de plus glauque: l'attirance d'un adulte pour une jeune fille, le fait qu'Arata soit surveillé en permanence, qu'il soit sur écoute et n'ait plus de vie privée, qu'un autre membre du programme Relife qui cachait son identité tente de le manipuler, la malveillance de certains personnages renvoyant à celle qu'Arata a connue il y a plusieurs années...
Et c'est justement cette double lecture qui rend ce titre d'autant plus intéressant, on se demande si on ne finira pas par basculer à un moment ou à un autre.

Quoi qu'il en soit, on prend beaucoup de plaisir à lire ce troisième opus, et on attend la suite avec une certaine impatience d'autant que l'auteur nous laisse sur un sacré cliffhanger qu'on n'avait pas vu arriver!


Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Takato

16 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Erkael

16.5 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News