Rascal Does Not Dream of Little Devil Kohai Vol.1 - Actualité manga

Rascal Does Not Dream of Little Devil Kohai Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 09 July 2020

L'adaptation manga du premier arc de Rascal Does Not Dream of Bunny Girl Senpai fut de bonne qualité, si bien qu'il était impossible que l'éditeur Kadokawa en reste là concernant les déclinaisons d'une licence qui se fait de plus en plus populaire. En 2018, juste après la fin du premier manga par Tsugumi Nanamiya, une adaptation du second arc est lancée dans le Dengeki G's Comic, revue dans laquelle la première histoire fut aussi prépubliée. Mais cette fois, c'est un autre mangaka qui se charge du dessin : Tsukumo Asakusa, artiste qui a une poignée de titres à son actif et qui fut rendu populaire auprès de toute une communauté pour ses doujinshis Love Live. Notons au passage que le manga change de titre pour mieux s'adapter au récit, aussi ce second arc s'intitulé Rascal Does Not Dream of Little Devil Kohai dans nos contrées. A l'instar de la première intrigue, cette suite se développe sur deux tomes seulement, aussi c'est toute une moitié d'arc que nous pouvons découvrir via ce premier opus.

Mai s'est défait du syndrome de la puberté qui la frappait, grâce au soutient et à l'intervention de Sakuta. Ce dernier revient à une existence ordinaire et ne cesse de courtiser la jeune vedette, avec l'espoir de devenir son petit-ami. Mais de nouveaux phénomènes étranges vont se dérouler : Tandis que Sakuta de Tomoe Koga, camarade de lycée de cadette avec laquelle il avait eu un échange plutôt explosif, le garçon semble être pris dans une boucle temporelle causée par un autre syndrome de la puberté...

Suivant le déroulement du light-novel d'origine, ce second arc aborde le cas Tomoe Koga, un personnage découvert furtivement dans la première intrigue mais qui n'avait pas encore eu l'occasion de briller. C'est maintenant chose faite : Cette dernière est à l'honneur dans cette deuxième partie, prenant en quelque sorte le rôle qu'occupait Mai dans le premier arc.

Il n'y a donc pas de quoi être perdu dans cette suite qui reprend le cheminement de la première intrigue, et nous place rapidement en terrain connu. Sakuta doit faire face à un nouveau phénomène étrange lié au syndrome de la puberté, celui-ci étant causé par un certain personnage. Dès lors, il s'agira pour le héros de se rapprocher de celui-ci et l'amener progressivement vers une résolution de ses dilemmes internes. Et si on ne devoile pas son identité à proprement parler dans ces lignes, il est aisé de savoir de qui il s'agit, le mystère à ce sujet étant vite balayé pour laisser place aux développements pensés par l'écrivain Hajime Kamoshida dans son roman d'origine.

Alors, plus que la résolution qui n'a pour l'instant pas lieu, c'est tout le rapprochement entre Sakuta et sa nouvelle camarade qu'on apprécie dans cette première moitié de second arc. Tout en reprenant un schéma similaire à l'histoire précédente, cette suite noue des alchimies assez nouvelles tout en tenant fortement compte des événements narrés dans les deux opus précédents. Tomoe est un personnage rendu assez vite complexe, notamment parce que le scénario l'utilise pour traiter quelques thèmes sous-jacents, notamment les rapports entre campagne et métropole, et la difficulté pour un adolescent de se faire à un nouvel environnement et se fondre dans la masse. Des thèmes bienvenus qui viennent compléter les portraits d'adolescents déjà établis dans le premier arc qui présentait une Mai devant se confronter à ses rêves et à son avenir.

Finalement, le gros changement vient du style de Tsukumo Asakusa, bien différent de celui de Tsugumi Nanamiya. Son trait est moins précis et propose un cachet différent. Il rend aussi un Sakuta à l'apparence plus blasée, ce qui rapproche le manga de ce second arc de l'adaptation animée. Notons aussi les quelques élans coquins de l'auteur, ce dernier prenant à certain plaisir à établir certains plans mettant en avant et sous différentes coutures quelques personnages féminins, une fétichisation qui passe difficilement inaperçue.

Alors, le lancement du second arc de Rascal Does Not Dream of Bunny Girl Senpai s'avère réussi par ses nouvelles idées, et diffère surtout du précédent pour son personnage de Tomoe, très différent de la caractérielle Mai. C'est sur ce point là que le lectorat pourra préférer ou non cette suite à la première histoire, tout en sachant que ce second récit demeure dans la droite lignée du précédent. Maintenant, on peut être curieux de voir comment évoluera la relation entre la nouvelle demoiselle et Sakuta, et de quelle manière la résolution de ce cas de syndrome de la puberté sera développée.
   

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

14 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News