Prisonnier Riku Vol.18

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 30 November 2016

Le gardien Harada a découvert que Tsubaki projette une évasion avec certains de ses camarades. Cherchant à l’en dissuader, il lui impose un ultimatum : si Tsubaki et les siens ne mettent pas fin à leur plan d’évasion, Harada alertera le directeur du pénitencier… Alors, Riku, Rénoma et toute leur bande sont plus que jamais au pied du mur.

Une fois n’est pas coutume, le tome précédent nous laissait sur un suspense fort, d’autant plus puissant que de ce cliffhanger pouvait découler la fin pure et simple du plan d’évasion de nos acolytes. Mais c’est sans compter que chacun ne peut vraiment abandonner l’idée de rejoindre l’extérieur, aussi l’un des enjeux forts de ce tome est de trouver une parade pour empêcher Harada de rapport le plan des protagonistes à ses supérieurs. Demeure alors une première partie où l’intensité du récit ne faiblit jamais, Shinobu Seguchi aimant nous mener de fausses pistes en fausses pistes, de désespoir en espoir, afin de jouer avec nos nerfs. L’issue de tout ce dilemme est loin d’être celle qu’on attendait le plus, au contraire, puisqu’elle soulève certains mystères que les derniers opus en date ont pris soin de mettre en avant, concernant tous les questionnements autour de l’île du Paradis, faisant un grand parallèle avec les manigances de Kidôin qui sont volontairement sous-traitées dans ce tome, afin de se consacrer purement et simplement à la préparation de l’évasion…

Ces préparatifs, qui vont tout l’objet de la série depuis ses débuts n’ont jamais autant progressé et avec ce tome, c’est l’un des deux obstacles majeurs à l’évasion qui se trouve annihilé. Pour cela, l’auteur reste toujours inventif et soucieux de ses personnages puisque c’est à Tang Shaolong de gagner, encore une fois, une petite mise en avant afin de faire le point sur son passé, sa psychologie, mais aussi celle de son père. L’esprit mafieux, idéalisé par la noblesse des clans toujours mise en avant, est encore utilisé à bon escient pour justifier certains rebondissements tout en donnant une grande couleur aux protagonistes que sont Shaolong et Rénoma qui ne manquent pas de charisme dans ses pages. Preuve alors que Riku, loin d’être la figure la plus brillante du titre ces derniers temps, n’a pas tant besoin d’insister sur la force de l’amitié pour permettre à l’œuvre d’être une réussite.

Ainsi, entre une scène d’action efficace, une certaine classe du côté des personnages et une avancée significative du scénario, Shinobu Seguchi nous livre un cocktail diablement efficace, nous empêcher d’interrompre la lecture tout le volume durant. Et naturellement, ce n’est pas inédit depuis le début de la série, on en redemande encore tant la force du récit fait mouche et que nos héros approchent plus que jamais de leur objectif. Ah, qu’on regrette cette époque où la parution de Prisonnier Riku était mensuelle, et qu’on regrette que le lectorat ne se soit pas davantage penché sur ce shônen qui continue de se bonifier, tomes après tomes…


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

16 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News