Prisonnier Riku Vol.16 - Actualité manga

Prisonnier Riku Vol.16

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 22 July 2016

Riku et Rénoma ont réuni autour d’eux une équipe de choc, même si le psychopathe Takuji Sawada s’est immiscé dans leurs rangs. Le projet d’évasion a donc pris une tout autre ampleur et pour le moment, Riku et les siens ont opté pour un deltaplane, qu’ils fabriquent doucement en secret, pour garantir leur plan d’action. Seulement, cela ne suffira pas pour s’évader, aussi Tanaka doit impérativement trouver des solutions complémentaires pour permettre à l’équipe entière de quitter l’île…

Le mauvais pas fait pas Riku et Rénoma au climax du tome précédent n’a finalement pas de grande répercussion, prévisible, mais l’histoire a suffisamment à faire pour se permettre de ne pas mettre davantage de bâtons dans les roues de notre équipe d’évasion. Car durant tout ce volume, le plan pour quitter l’île du Paradis progresse énormément, que ce soit par les réflexions de Tanaka qui démontre toujours un peu plus son génie, ou la mission de reconnaissance de Tsubaki qui jouera une importance capitale sur le long terme. Les péripéties de Riku et sa bande sont alors palpitantes à suivre, toujours teintées de tension étant donné que la moindre erreur n’est pas permise, sans compter que la bande de héros qui s’est forgée depuis le premier opus ne cesse de nous attacher, en particulier Tsubaki qui n’a pas volé son apparition sur la jaquette du volume. La série a longtemps cherché ses marques et planté son décor, mais la véritable évasion approche à grands pas. Aussi, Prisonnier Riku est plus captivant encore qu’avant !

À côté de ça, Shinobu Seguchi poursuit la construction de ses personnages en développant ceux qui étaient restés discrets jusque-là. Concernant Tsubaki, c’est sa détermination qui est mise à l’épreuve ici, les objectifs du personnage ayant été dévoilés il n’y a pas si longtemps, tandis que Tang Shaolong nous apparaît moins loufoque et plus humain par rapport aux relations qu’il entretient avec son père et les souvenirs de son enfance…
Puis vient Kidôin, toujours aussi charismatique et effrayant, qui nous dresse un terrifiant portrait d’une société en crise qui serait capable de basculer d’un jour à l’autre dans la dictature la plus atroce. La machination de l’antagoniste se précise grandement en fin de tome et son projet s’avère aussi glaçant qu’irréaliste. Mais le personnage étant ce qu’il est, difficile de ne pas le prendre au sérieux, une aura pour l’ennemi que la série a bien élaboré au fil des volumes, faisant de Kidôin l’objectif majeur de l’œuvre, l’adversaire à faire tomber plus que de l’évasion de nos héros de l’Île du Paradis.

La routine de Riku se poursuit, et il est toujours aussi impressionnant de voir que cette routine consiste en une succession de tomes d’excellente facture, intenses et riches dans le traitement des personnages ou de l’univers anarchique toujours un peu plus dépeint. Un tome incroyable que ce seizième opus, mais c’est devenu normal pour Prisonnier Riku. Difficile alors de croire que le succès de l’œuvre en France est mitigé…


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

17 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News