Pétales de réincarnation Vol.4

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 10 Febuary 2017

La bataille entre les Grands Hommes et l'armée de criminel de Kou est bien engagée et a déjà provoqué la disparition de nombreuses têtes. Mais alors que le camp aiguillé par Neumann semblait avoir le dessus, la situation s'inverse avec l'arrivée des cinq généraux tigres, les plus puissants sbires de Kou !

L'affrontement promettait de prendre un nouveau virage avec l'entrée en scène de ces figures plus puissantes, et ça ne manque pas : d'emblée, Mikihisa Konishi, en sacrifiant avec une rapidité étonnante plusieurs visages pourtant prometteurs, nous fait bien comprendre que les réincarnations d'Adolf Hitler, de Pol Pot, de Rudel et de Hathcock ne seront pas faciles à éliminer... si tant est qu'elles puissent l'être. Et l'auteur réserve sa plus importante surprise pour l'identité du 5ème général tigre. Sur ce dernier point, on se laissera surprendre, ou au contraire on ne sera pas surpris (parce que concrètement, vu comment le personnage se comportait depuis le début, il était facile de deviner qu'il cachait quelque chose), mais il est toutefois sûr que l'effet est là.

C'est donc divisé en plusieurs petits groupes que les Grands Hommes vont devoir livrer bataille contre les généraux tigres. Au programme, Funasaka et Toya contre Rudel, Newton et Einstein contre le duo Hitler/Pol Pot, et Häyhä contre Hathcock. Pas de surprise quant au schéma adopté : l'auteur reste sur une narration où il nous invite à passer régulièrement d'un combat à l'autre, ceux-ci se déroulant en même temps, et le résultat peut être à la fois très efficace, et un brin frustrant et brouillon à cause de transitions qui une nouvelle fois ne sont pas toujours soignées. L'ensemble reste prenant, car le mangaka a à coeur d'exploiter convenablement les talents de combattants qui, pour certains cas, ont des capacités très similaires.
Ainsi, le duel entre Funasaka et Rudel est tout simplement un combat entre immortels, l'un pouvant se régénérer tandis que l'autre est indestructible, ce qui va forcément pousser les deux hommes à se donner jusque dans leurs limites. Le duel entre Häyhä et Hathcock, lui, voit s'affronter deux as du tir de précisions, qui ont un pouvoir très similaire. Malheureusement, dans ces deux cas, il y a une pointe de déception. Dans le premier cas, les choses se limitent un peu à du renvoi de coups, et ça lasse d'autant plus que Konishi rallonge un brin les choses, même si heureusement un petit travail sur ces deux personnages finit par être fait et que le tout permet quand même à l'auteur d'évoquer quelques donnes intéressantes (sur la force physique et mentale consommée par l'utilisation de son talent, et surtout sur le statut de "revenant imparfait" qui devrait avoir son importance). Dans le deuxième cas, c'est au contraire beaucoup trop succinct : à vrai dire, on assiste à peine au duel qu'il est déjà fini.
Le combat le plus intéressant vient donc de celui opposant Newton et Ein à Hitler et Pol Pot, ces deux derniers étant complémentaires et possédant des talents redoutables. En effet, comment faire le poids face à un adversaire ayant un don d'omniscience et connaissant les talents de la majorité des revenants présents ? Ici Konishi joue plutôt bien sa carte, et Hitler en particulier campe un ennemi intéressant, surtout pour ce qu'il amène de doutes dans les toutes dernières pages...

On a donc un tome un peu déséquilibré dans la gestion en parallèle des combats, mais qui reste très prenant, car le mangaka cherche bien à exploiter comme il se doit les talents, et qu'il prend plaisir à essayer de surprendre régulièrement son lecteur par le biais de morts nombreuses et rapides et de quelques informations qui pourraient par la suite redistribuer les cartes, notamment en ce qui concerne l'objectif des ennemis et celui de Neumann...


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

14 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News