Pétales de réincarnation Vol.2 - Actualité manga

Pétales de réincarnation Vol.2

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 23 September 2016

Aux côtés de Haito, Toya fait ses premiers pas au sein de la Forêt des Grands Hommes, un groupe de porteurs de talent oeuvrant pour le bien de l'humanité en combattant les "revenants" les plus maléfiques.

Dans ce deuxième tome, l'occasion est surtout donnée à Toya de découvrir de quel personnage historique il a hérité son talent, et celui-ci s'annonce très intéressant de par les possibilités qu'il pourrait lui offrir une fois qu'il le maîtrisera.
Mais ce n'est pas tout : après un premier tome qui introduisait bien le concept, l'heure est évidemment venue de mieux découvrir plusieurs visages composant la Forêt. Nous connaissions déjà Haito et son talent hérité de Musashi, ainsi que Neumann. Voici désormais que se présentent, entre autres, Einstein, Nightingale ou encore Newton, chacun de ces personnages ayant déjà l'occasion de plus ou moins s'illustrer, que ce soit en combat ou non. Leurs talents, couplés, pourraient eux aussi amener pas mal de possibilités intéressantes dans les combats, mais Mikihisa Konishi en profite aussi pour glisser un peu d'humour. Le principal élément comique reste ainsi Newton, ayant une tête de pomme et criant des noms de variétés du fruit quand il se fait cogner.
Enfin, nombre d'autres petites informations sont là pour accentuer eux aussi la richesse du background : le passé et le but de Haito, les limites de la "technique de réincarnation", ce qu'est un parfait revenant... L'auteur évoque ainsi pas mal d'éléments pouvant considérablement accentuer l'intérêt de son récit par la suite.

Tout ceci se présente par le biais de quelques nouveaux affrontements qui s'avèrent plutôt prenants, dans la mesure où le mangaka exploite efficacement les talents d'adversaires qu'en prime on prend plaisir à découvrir. Ici, il sera notamment question d'affronter le fameux Vlad III l'Empaleur, bien célèbre pour avoir inspiré à Bram Stoker le mythe de Dracula, ou encore John Gacy le "clown tueur". Konishi parvient à bien croquer ces moments d'action, aussi rapides que rythmés, et portés par un dessin qui a une belle marge de progression.

Ainsi ce deuxième tome confirme-t-il les promesses du premier volume. La lecture s'avère sans mal prenante, décolle peu à peu en sachant distiller pas mal de choses sans baisser de rythme... Mais ce qui intrigue le plus, c'est bien le personnage principal Toya, que l'on sentait déjà retors dans le premier volume, et qui au vu des dernières pages pourrait fortement s'écarter du schéma du héros typique. Affaire à suivre !


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News