One-Punch Man Vol.9 - Actualité manga

One-Punch Man Vol.9

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 08 Février 2018

Critique 2


Une prophétie annonce un grand danger, et pour parer à cela l'Association des héros décide de demander l'aide des vilains, le monde étant en danger, ils devraient eux aussi se sentir concernés! Mais durant la réunion, un nouveau venu, Garoh, sème la panique et s'en prend autant aux héros qu'aux vilains, clamant haut et fort qu'il veut devenir un démon et éliminer tout le monde! 


De son côté, bien loin de tout ça, Saitama reçoit la visite de Fubuki, la première de la classe B,  et elle lui propose de rejoindre son clan, sous peine d'encourir sa colère...ce qui laisse Saitama totalement indifférent! 


Après avoir démasqué l'imposture de King, nous ne savions pas trop à quoi nous attendre dans ce nouvel opus, où l'humour est toujours aussi présent, mais avec une trame qui tourne en rond et qui se doit d'apporter de la nouveauté! 


Maintenant que les menaces les plus dangereuses des océans, de la Terre, du ciel et même de l'espace ont été repoussées, que doit-on attendre de ce titre? Depuis le départ Saitama tourne tous ses adversaires en ridicule, de ce fait doit-on vraiment considérer Garoh comme une véritable menace? Les auteurs tentent d'apporter des enjeux à leur série, mais on demeure sceptiques; Garoh est sans doute une menace pour nombre de héros, d’ailleurs on le voit affronter le gang des Marcel, on voit Bang s'inquiéter du potentiel toujours grandissant de celui qui fut autrefois son disciple...mais doit-on le considérer réellement comme une menace pour Saitama? 


De son côté, ses péripéties sont beaucoup plus amusantes, on le voit régler son compte à un gang de seconde zone, les leaders de la classe B, celle le concernant directement malgré sa puissance sans commune mesure... Le personnage de Fubuki est assez séduisant, non seulement au niveau de son design, mais également de par sa personnalité. 


Et plus que jamais on constate que le classement ne veut pas dire grand-chose: Saitama en est le premier exemple, puis dans le dernier tome nous avons découvert le "cas King" et maintenant Fubuki, beaucoup plus puissante que son rang, mais qui refuse de changer de catégorie afin de rester la première, quitte à l'être parmi les "remplaçants". 


On suit en parallèle de tout ceci un face à face entre Sonic et Génos, toujours sous l'indifférence de Saitama qui préfère jouer à la console (celle de King)... 


C'est donc toujours aussi amusant, mais plus on avance dans le titre et plus Saitama se retrouve éloigné des véritables dangers que traversent les autres personnages de la série, étant trop puissant pour ne pas tout régler en un coup...il commence à devenir un personnage secondaire de sa propre série... 


A voir comment tout cela sera traité par la suite, mais malgré le trait et la mise en scène hors du commun de Murata, l'humour toujours aussi efficace, et les rebondissements qui se multiplient, on demeure toujours aussi sceptiques quant au concept de départ qui fait que la série aurait dû être une série courte! 


Critique 1


Petit à petit, Genos et Saitama continuent de grimper les échelons. Ainsi, le puissant cyborg est désormais 14ème de la classe S, tandis que son maître au crâne d'oeuf passe 7ème de la classe B. Il n'en faut pas plus pour que certains autres héros décident de l'approcher : tandis que Sonic le foudroyant, qui considère Saitama comme son rival, se retrouve à devoir en découdre avec Genos, la belle Fubuki, 1ère de la classe B, part à la rencontre de notre héros pour... essayer d'en faire son larbin ?! Pendant ce temps, l'association des héros est sens dessus dessous suite à l'arrivée de Garoh, un jeune homme fasciné par les monstres... et décidé à en devenir un lui-même.


On peut dire de ce volume qu'il se divise essentiellement en trois axes, le plus minime d'entre eux étant sans doute le retour de Sonic qui, une nouvelle fois, veut en découdre avec Saitama... mais encore faut-il qu'il se débarrasse de Genos ! Honnêtement, rien de neuf de ce côté-là, Sonic aurait pu être absent que ça aurait été pareil côté scénario, mais il en ressort tout de même un petit affrontement assez tendu entre lui et notre cher cyborg, toujours prêt à se plier en quatre pour son maître pendant que celui-ci glandouille un peu.


En dehors de cela, on retient forcément l'arrivée dans la série de la beauté s'affichant en couverture : au-delà de ses allures de femme fatale, Fubuki s'avère vite assez intéressante, non seulement grâce à son pouvoir glacial qui va pouvoir amener des moments d'action assez impressionnants, mais aussi pour ce qu'elle a à véhiculer concernant l'état d'esprit des héros entre eux : certains sont clairement ancrés dans des liens de rivalité et d'adversité, veulent conserver le dessus sur les autres, et le système de classement participe forcément à ça. La jeune femme, elle, semble porter beaucoup de considération pour ce classement, notamment par son lien familial avec une autre demoiselle surpuissante de la série, mais pour être sûre de conserver sa domination elle préfère rester 1ère du rang B et tenter de placer les autres héros de rang B sous son joug pour former une sorte de groupe soudé... Elle n'imaginait certainement pas qu'un héros de rang S comme Genos pouvait avoir pour maître un héros de rang B, ce qui risque de chambouler un peu ses acquis. Ainsi, on est plutôt curieux de voir comment Fubuki évoluera. Tandis que Saitama, lui, régale encore pour son je-m'en-foutisme apparent : il ne s'allie et ne s'oppose à personne, et ne regarde même pas les classements, du moins selon Genos.


Enfin, il y a le cas de Garoh, personnage qui, peu à peu, semble se présenter comme le grand méchant de ce nouvel arc. On le découvre un peu plus, mais il faut bien avouer que la découverte de sa fascination pour les monstres est très lisse (pas de grosse raison en vue, ile st juste fascine par eux). Cela dit, son désir de devenir lui-même monstrueux et d'éliminer tous les héros promet des combats brutaux, et on en a déjà plusieurs exemples dans ce volume... qui, toutefois, s'étire un peu inutilement sur ce point. Bien sûr, on se régale de l'intensité du dessin de Murata même si sa mise en scène est plus classique, de certains héros plutôt fun (le gang des marcels !) et de certaines techniques assez délirantes (comment peut-on être si fort grâce à la souplesse parfaite d'un marcel ?), mais il y a des rallonges qui donnent un peu l'impression de meubler.


A noter que cette fois-ci, hormis un petit bonus de quelques pages sur le clan de Fubuki, il n'y a pas de chapitres spéciaux dans ce tome. On note aussi l'absence des petits jeux de perspective auxquels Murata nous avait habitués sur le rabat de la quatrième de couverture.


Depuis la fin assez monumentale de l'arc Boros, les auteurs prennent le temps de relancer l'oeuvre, avec l'arrivée de quelques nouveaux personnages prometteurs comme King et Fubuki, les problèmes internes à l'association des héros, aux rivalités et à sa direction, et l'arrivée d'un nouvel ennemi imposant en la personne de Garoh. Le lot d'action et d'humour est là, mais on attend encore que cette nouvelle partie décolle totalement. En tout cas, c'est sur la bonne voie.


Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Erkael

15 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

14.5 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News