Olympia Kyklos Vol.2 - Actualité manga

Olympia Kyklos Vol.2

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 23 June 2021

Démétrios, en tirant des leçons et des inspirations de ses voyages temporels, a pu sauver Tritonia, et il est désormais décidé à retrouver son paisible quotidien fait de peintures d'amphores. Mais le patriarche ne l'entend pas ainsi: désormais persuadé que notre héros est celui qui boostera le village, il est déterminé à lui imposer cette lourde tâche ! Pour apporter la prospérité à sa communauté, le jeune homme doit alors concilier ses talents en athlétisme et en peinture, notamment en peignant des modèles bien spécifiques... mais est-ce vraiment ce qu'il veut ? Pour l'éclairer sur ces nouvelles épreuves, de nouveaux voyages temporels et rencontres dans le Japon des années 1960 ne seront pas de trop...

Ce deuxième volume d'Olympia Kyklos s'axe alors essentiellement autour de deux étapes. Deux moments essentiels pour permettre à Démétrios de mieux jauger son art et ce qu'il veut faire. Deux rencontres qui s'axeront, tour à tour, sur l'Art dans un premier temps, et sur la course dans un deuxième temps.

Ainsi notre héros a-t-il tout d'abord l'occasion, sous l'impulsion de Michiko, de découvrir un média alors en plein essor dans les années 60 au Japon, média que tout lecteur d'Olympia Kyklos connaît forcément: le manga. Malgré la réticence initiale du professeur qui voit le manga comme une régression de l'imagination, de la lecture et de la culture (on a déjà tous connu ça: le rejet par certaines personnes de ce qui est nouveau), voici un Démétrios complètement fasciné par cette manière de dessiner, par cette façon de raconter des histoires... et pour approfondir cette fascination, quoi de mieux qu'une rencontre avec le père du manga moderne en personne, Osamu Tezuka ? Comme le suggère la jaquette du volume, c'est bien ce que Mari Yamazaki propose ici, avec beaucoup de malice et d'intelligence. La mangaka pose un petit regard intéressant sur le manga à cette époque, en n'idéalisant rien via l'abord des conditions de travail des auteurs de manga (les pressions des éditeurs, entre autres), mais en proposant surtout un excellent choc de cultures où ce qui ressort avant tout, c'est le pouvoir du média manga, de cette manière de raconter des histoires, de susciter des émotions, de réveiller l'imagination...

Quant à la deuxième rencontre, il s'agit de retrouvailles avec le fameux athlète Kôkichi Tsuburaya, personnalité sportive importante du Japon d'après-guerre mais dont la carrière s'acheva bien tristement. Les retrouvailles ont ici un sens profond, en exploitant efficacement le parcours tragique de Tsuburaya pour en faire un écho au propre parcours actuel de Démétrios. Car le temps a beau les séparer de quelques millénaires, les deux hommes ont pour point commun les pressions et attentes qui pèsent toujours plus sur eux, jusqu'à écraser leurs propres désirs... Non contente d'aborder intelligemment ce parallèle pour faire naître en notre héros une prise de conscience qui le poussera à prendre une décision capitale pour sa propre vie, Mari Yamazaki en profite également très bien pour rappeler dans les mémoires l'homme que fut Tsuburaya, mais aussi pour souligner certaines limites des Jeux Olympiques tels qu'ils sont orchestrés à notre époque, les simples enjeux sportifs y étant souvent moins importants que les quêtes de pouvoir.

Si le tome 1 d'Olympia Kyklos était sympathique, ce deuxième volume est tout simplement passionnant. L'oeuvre de Mari Yamazaki, comme espéré, décolle bel et bien et nous laisse espérer une suite tout aussi bonne.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16.25 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News