My Fair Honey Boy Vol.7

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 13 January 2021

Shiro a été kidnappé alors qu'il était travesti en fille ?! C'est sur cet événement un peu dingue que s'achevait le précédent volume de My Fair Honey Boy, alors que nos héros sont en plein voyage scolaire à Kyoto. Les criminels semblent cibler les élèves féminines de l'institut Kachôdô... Qui sont-ils ? Et, surtout, que feront-ils de Shiro quand ils découvriront qu'il s'agit en réalité d'un garçon ? Réponses au bout d'un début de tome qui se veut assez entraînant et surtout amusant. On pourra éventuellement regretter, une nouvelle fois, que Junko Ike n'exploite pas plus une idée pourtant porteuse comme un voyage scolaire, puisque celui-ci s'achèvera dès l'affaire de l'enlèvement réglée. Mais dans les faits, c'est pas mal du tout côté humour: la mangaka joue fort bien sur les limites entre masculinité et féminité (les kidnappeurs recherchant une fille plutôt masculin, notre héroïne et d'autres se retrouvent en cibles), offre un nouveau passage centré sur l'attachante Nadeshiko, et propose une conclusion assez délicieusement grotesque de par la vraie raison de ces enlèvements.

Mais cette étape passée, pas question pour la mangaka de laisser retomber les choses, puisque la suite est marquée par pas mal d'autres choses, à commencer par l'entrée en scène de la troisième et dernière soeur de Shiro: Sango, qui se retrouve prof de chimie remplaçante de nos héros (la coïncidence est grosse, mais dans le ton du récit), et que l'on apprend à découvrir ici... quand elle ne se lance pas dans des expériences un peu farfelues et improbables. Cette jeune femme a de quoi étonner au départ, avec sa part extravagante et sa manière de s'exprimer à travers une marionnette fixée sur son bras et qu'elle a appelée Mario. Mais évidemment, cette première allure délicate à cerner cache d'autres choses, comme l'expliquera l'une des personnes la connaissant forcément le mieux puisqu'il s'agit de quelqu'un de sa famille, Shiro lui-même. Car Sango est surtout une femme qui cache sa timidité derrière un caractère faussement joyeux, et qui a peut-être développé un sentiment d'infériorité dans une famille ou chacun(e) affirme sans souci son caractère. Dès lors, elle voit sa marionnette en peluche comme une amulette précieuse lui permettant de s'exprimer, d'autant que celle-ci a été fabriquée par un membre de sa famille... Sango se révèle alors être un nouveau personnage assez attachant, et que l'on a envie de voir évoluer (saura-t-elle, un jour, "grandir" et s'affirmer sans avoir besoin de sa marionnette ?).

S'ensuivent d'autres moments assez emballants.
Dans l'un, il est déjà temps pour nos héros de penser à leur avenir après le lycée: tandis que Mei veut faire partie du club de kendo d'une fac précise, Shiro, lui, semble plutôt pencher pour une université pour femmes (?!), avec ce que cela peut impliquer de douces interrogations pour notre héroïne sur la possibilité de voir un jour son prétendant s'éloigner d'elle.
Dans l'autre, Hime invite tout le monde sur son nouveau lieu de travail en montagne, avec à la clé un petit focus sur Akira Nogi, jusque-là personnage très secondaire, devenu le capitaine remplaçant de Mei au club de kendo, et secrètement amoureux de Sara, la petite soeur de son ami Nanao.
Egalement, quand Mei et Shiro se retrouvent embarqués en séance shopping par les trois soeurs Fuji pour préparer le futur mariage d'Ichika, c'est l'occasion d'un peu mieux appréhender le lien des trois jeunes femmes avec leur cher petit frère, Mei découvrant alors un Shiro chouchouté depuis l'enfance par trois frangines aimantes bien qu'un peu spéciales parfois, au point d'avoir peut-être un peu influé son côté efféminé.

Dans ce tome, les chapitres se suivent et ne se ressemblent pas. Et même si certains passages donnent l'impression d'être trop courts, chaque nouvelle étape a quelque chose à apporter à l'histoire surtout concernant le rapport de Mei avec Shiro. Ici, notre héroïne montre bien à quel point elle tient à son prétendant quand elle s'inquiète de le voir kidnappé. Puis elle a l'occasion de le découvrir encore un peu plus via l'entrée en scène de Sango et son lien avec ses soeurs. De même, on la voit s'inquiéter concernant son avenir avec lui... et, bien sur, continuer de s'interroger sur ses sentiments pour lui. Doit-elle lui déclarer son amour, maintenant qu'elle sait qu'elle l'aime aussi ? Elle a encore peur: vu comment Shirô est déjà en temps normal, comment sera-t-il une fois la déclaration d'amour faite ? Sera-t-il seulement possible de le supporter ? Le cas d'Akira la pousse à s'interroger encore un peu plus sur le courage d'exprimer ses sentiments. Et dans tous les cas, elle constate bien une chose: depuis que Shiro est entré dans sa vie, il y a plus de vie autour d'elle.

La lecture reste donc très appréciable, comme souvent avec cette série. Ce tome, à son tour, apporte différentes choses qui s'avèrent plutôt bien menées, avec en prime un côté comique et feel good qui continue de faire mouche, le tout malgré l'impression éventuelle que l'autrice sous-exploite certains passages comme celui du voyage scolaire.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

14.5 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News