Moriarty Vol.7 - Actualité manga

Moriarty Vol.7

Critique du volume manga

Publiée le Lundi, 03 May 2021

Irène Adler est morte... ou, tout du moins, l'existence de cette personne n'est plus. Bien que sauvée par William, la jeune femme a changé d'identité pour devenir un homme (ou, en tout cas, se faire passer pour un homme en changeant de personnalité), un certain James Bond, certes 7e agent spécial du M16, mais surtout au service de notre héros... La bande de Moriarty copte donc désormais un membre de plus ! Mais encore faut-il que James parvienne désormais à bien s'intégrer, et c'est là tout l'enjeu du premier quart de ce 7e volume, au travers de la découverte du logement du groupe pour James, puis d'une petite mission servant à mieux l'installer parmi les autres. Et ici, les auteurs font plutôt bien le job, entre certains problèmes de la présence d'une femme (même avec une nouvelle identité d'homme) en ce lieu jusque-là entièrement masculin (ce qui pose surtout problème à Moran), cette interprétation assez succulente des origines du célèbre James Bond, l'intégration de James... et, surtout, le caractère que ce dernier montre encore et toujours en ne se laissant jamais intimider, bien au contraire !

Mais à peine une affaire est-elle finie qu'une autre arrive déjà, autrement plus macabre, dès lors que des prostituées sont retrouvées égorgées dans le quartier de Whitechapel. Un tueur en série commence alors à faire parler de lui: un certain "Jack l'Eventreur"... Qui est-il ? Pourquoi tue-t-il ? En répondant à une demande de son vieux maître, William va devoir mener l'enquête avec sa bande, jusqu'à remonter à des vérités plus complexes qu'un simple cas de serial killer...

Les auteurs continuent alors ici de reprendre à leur sauce des figures légendaires bien connues: après James Bond, place à Jack l'Eventreur, mystérieuse figure meurtrière anglaise de la fin du XIXe siècle qu'on ne présente plus tant elle a imprégné par la suite nombre de fictions, et dont Ryôsuke Takeuchi et Hikaru Miyoshi offrent donc, à leur tour, leur propre vision. Et si l'enquête à proprement parler est plutôt rapide et facile, c'est bien ce qu'elle permet d'évoquer qui passionne: un petit développement convaincant du fameux "maître" de William qui lui a appris à se battre, une vision intéressante du légendaire tueur (avec, entre autres, la raison pour laquelle il était insaisissable au point de sembler fictif), une nouvelle immersion dans le contexte d'alors via la situation de l'"East End" londonien et du quartier miséreux de Whitechapel mettant en exergue les profondes inégalités sociales de l'époque... Sans oublier le but de celui ou ceux tirant les ficelles de cette série de meurtres. Un but peut-être pas totalement éloigné des propres ambitions de Moriarty dans le fond, mais dont les méthodes inhumaines ne peuvent être acceptées.

Saupoudrée d'un rythme assez soutenu et de quelques brefs élans d'action parfois délicieusement too much (le coup de la pièce et de la balle pour détruire la gatling...), la lecture de Moriarty reste alors très bonne et intéressante par bien des aspects, si bien que l'on lira avec beaucoup d'intérêt la suite et fin de cette partie dans le prochain volume.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News