Melty Blood Vol.1 - Actualité manga

Melty Blood Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 07 Octobre 2010

Depuis que la rumeur du retour d'un tueur en série s'est répandue en ville, les rues sont désertées de jour comme de nuit. Sauf par Shiki Tôno, un adolescent qui en dépit de son apparence tout à fait banale possède un pouvoir rare : il peut voir les "lignes de la mort" parcourant tout être vivant, ce qui fait de lui un assassin redoutable. Au cours de ses pérégrinations Shiki rencontre la jeune Sion, une alchimiste, poursuivant le même but que lui : trouver Arcueid, un vampire "pure souche". Leur première rencontre se solde par un violent combat avant que les deux protagonistes ne concèdent qu'ils feraient mieux de s'entraider pour atteindre leur but...

Melty Blood est, à l'origine, tout comme Tsukihime ou autre Fate Stay Night, un jeu vidéo de Type-Moon, co-développé ici avec French-Bread. Mais, contrairement à Tsukihime et Fate Stay Night qui sont des jeux érotiques de type visual novel, Melty Blood est ce qu'on appelle un "doujin-game" (sorte de jeu vidéo amateur), qui plus est axé principalement sur le combat. Il met en scène les personnages de Tsukihime dans une histoire servant de séquelle au jeu vidéo Tsukihime, séquelle souvent vue comme une suite.

De ce fait, une question se pose d'emblée: Melty Blood peut-il être lu par quelqu'un ne connaissant pas Tsukihime ? La réponse est oui, mais le risque de passer à côté de certains points importants est certain, malgré une volonté évidente du mangaka Takeru Kirishima d'apporter suffisamment d'éléments ici pour pouvoir apprécier la lecture de manière indépendante. Les grandes lignes de Tsukihime sont donc données, mais malheureusement, le tout reste trop succinct pour qu'un non-initié puisse apprécier pleinement les subtilités de l'histoire, notamment en ce qui concerne la nature de la relation entre Shiki et Arcueid, ou encore les liens pouvant unir notre héros à Akiha ou à Ciel, d'autres personnages importants.

A part ça, il faut avouer que ce premier tome de Melty Blood a du mal à totalement convaincre, sans être mauvais pour autant, évidemment à cause de ce qui vient d'être dit, mais également à cause d'un style graphique inégal, enchaînant des pages réellement plaisantes à l'oeil, et d'autres beaucoup plus fades, à l'image de personnages tantôt travaillés et charismatiques, tantôt mal proportionnés et n'étant physiquement que l'ombre d'eux-mêmes. Un constat qui se voit surtout confirmé à travers le personnage de Shiki. Le trait en lui-même n'a rien de bien folichon, il reste assez lisse, creux, à l'image de décors très limités voire inexistants, mais est malgré tout doté d'une expressivité qui ne se démentira jamais tout au long du tome, ce qui reste d'ailleurs l'un de ses principaux points forts. En ce qui concerne la représentation des combats, il faudra faire avec un rendu qui reste limité à quelques coups basiques. Enfin, le point où le style graphique risque de pâtir le plus concerne l'inévitable comparaison avec la version manga de Tsukihime, beaucoup plus jolie, plus profonde, plus nuancée. De ce fait, ceux qui en arriveraient à comparer de trop près les deux oeuvres risqueraient d'être ici plus déçus que de raison, et pour apprécier au mieux Melty Blood, il faudra réussir à passer outre ce point non négligeable.

Une fois ce détail (qui n'en sera pas un pour certain(e)s) passé, on découvre un premier volet qui, d'un point de vue scénaristique, accomplit bien son rôle. Les bases sont bien posées, et le principal personnage féminin qu'est Sion tire assez bien son épingle du jeu au fur et à mesure que nous la découvrons. Mais il ne faudra pas s'attendre ici à une psychologie très poussée, loin de là, le caractère de la demoiselle ayant par ailleurs encore du mal à bien ressortir. Mais le potentiel est bien là.
Les bases de l'intrigue sont posées, et après un court combat, Shiki et Sion en arrivent vite à faire équipe, l'objectif de la demoiselle est dévoilé mais on devine que tout n'a pas encore été dit clairement sur ce point, et rapidement, quelques questions pointent le bout de leur nez, par exemple en ce qui concerne le rôle précis que jouera Ciel dans l'histoire, mais surtout en ce qui concerne l'identité du mystérieux tueur en série de la rumeur... Et s'il s'agissait d'Arcueid ?
Malgré tout, on reste déçu par une narration qui n'arrive pas vraiment à faire ressortir l'intérêt de certains passages. On pense notamment, dès le chapitre 2, aux informations sur le passé de Sion, posées avec une fadeur dommageable, ou à l'apparition de l'hypothèse selon laquelle Arcueid pourrait être le tueur de la rumeur, balancée le temps d'une ou deux cases.

Pas foncièrement mauvais, mais trop banal, ce premier tome, s'il pose correctement les bases, ne parviendra pas à captiver totalement les lecteurs, si ce ne sont, peut-être, les fans purs et durs de Type-Moon. Et si un potentiele st bien là, on attend qu'il se dévoile rapidement

Du côté de l'édition, on a affaire à quelque chose d'assez standard: traduction qui fait bien son office malgré quelques coquilles, impression correcte sans plus... On saluera les 4 premières pages en couleurs.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

12 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News