Love,Be Loved Leave,Be Left Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 19 August 2016

La vie est autant faite de séparations que de rencontres. Alors que Yuna, qui est sur le point de faire son entrée au lycée, doit tristement dire au revoir à son amie du collège Sacchan qui déménage, le destin la fait rencontrer Akari, adolescente avec qui elle est amenée à sympathiser, d'autant qu'elles iront dans le même lycée et qu'elle habitent le même immeuble. Pourtant, elles ont des caractères bien différents, et au fil de leur quotidien vont être amenée à confronter leur vision respective de l'amour...

Dans le genre du shôjo romantique lycéen, bon nombre d'oeuvres qu'on nous sert en France ont plutôt pour héroïnes des filles pures, naïves, ayant une vision très romancée de l'amour, mais d'autres séries parviennent tout de même à proposer des héroïnes au caractère un peu plus fort et ayant une vision des choses plus réaliste. Io Sakisaka ferait plutôt partie de la deuxième catégorie en ayant offert dans Strobe Edge et surtout dans Blue Spring Ride des héroïnes assez énergiques, et surtout volontaires, ayant envie d'aller de l'avant malgré leurs doutes. Cela fait partie des éléments particulièrement séduisants de cette mangaka. Mais avec Love be loved, leave be left, Sakisaka trouve le moyen de se démarquer en n'offrant non plus une, mais bien deux héroïnes placées sur un même niveau et qui correspondent à ces deux visions d'appréhender l'amour assez différentes.

Car on le comprend très vite à la lecture. Yuna est une fille douce et timide ayant une vision de l'amour très romantique, imaginant voir apparaître devant elle le prince qui viendra lui voler son coeur, comme dans bon nombre des mangas qu'elle lit (un clin d'oeil amusé de Sakisaka, qui se moque gentiment des gros clichés de certains shôjo qu'elle-même parvient à éviter ?), à tel point qu'elle n'a jamais fait le premier pas d'elle-même et qu'elle n'est jamais tombée amoureuse. Akari est tout le contraire, et a d'ailleurs un petit ami au début de la lecture : elle se veut plus entreprenante, n'hésite pas à aller de l'avant pour essayer de provoquer la naissance d'un amour, à tenter d'envoyer des signaux au garçon qui lui plaît pour peut-être faire naître ensuite des sentiments sincères... Bref, au contact l'une de l'autre, ce sont deux visions différentes qui se rencontrent pour la première fois, et qui ont forcément un peu de mal à se comprendre. Akari n'imagine pas un instant qu'il est possible d'attendre l'amour passivement, et aimerait aider Yuna et la pousser à se prendre un peu plus en main. Quant à Yuna, sa propre vision des choses fait qu'elle a par moments l'impression qu'Akari est trop légère.

Qui a raison ? La réponse est évidemment plus complexe qu'une simple opposition de visions, et cela, les deux adolescentes vont être amenées à le découvrir petit à petit, en apprenant à se cerner. Et Io Sakisaka brille réellement sur ce point, en abordant avec une certaine justesse des thématiques importantes, surtout quand on est une adolescente encore en âge de se forger. Il sera notamment question de la confiance en soi (celle de Yuna est au raz des pâquerettes), ou de l'image que l'on peut renvoyer (celle d'Akari, à un moment, manque de basculer). Avec, au bout, des choses très saines, comme l'importance de poser directement les questions aux concernés et de communiquer avant de croire les rumeurs, ou surtout une valeur essentielle de l'amitié : apprendre à se confier l'une à l'autre. Ce dernier point ne sera pas forcément évidemment, entre une Yuna réservée, et une Akari qui a du mal à montrer sa tristesse devant les autres et qui ne sait pas exactement comment se comporter en amitié. Mais toutes deux vont petit à petit évoluer ensemble et forger quelque chose, sous le regard bienveillant d'une mangaka qui s'applique à retranscrire l'évolution de ses héroïnes avec beaucoup de finesse et d'intelligence.

Mais évidemment, leurs évolutions passent par leur confrontation plus directe au sentiment amoureux, et cela s'incarne ici dans la présence à leurs côtés de deux garçons de leur âge : Rio, le "frère" d'Akari", beau gosse un peu distant, qui plaît énormément aux filles et qui ne laisse pas indifférent Yuna, et Yasuomi, ami d'enfance de Yuna, jeune garçon à la fois franc et assez attentionné qui finit par intriguer Akari. Evidemment, sur le plan des relations amoureuses, entre ces quatre là Io Sakisaka semble partir sur quelque chose de très classique et prévisible, encore plus au vu des toutes dernières pages. Mais il n'en reste pas moins que Rio et Yasuomi ne sont pas là en tant que simple cible amoureuse, et ont eux-même leur propre vision de l'amour. Enfin, pour l'instant, Yasuomi est un peu plus discret sur ce plan, et c'est surtout Rio qui montre sa vision de choses.

Au-delà de sa narration douce et bienveillante qui s'applique beaucoup sur ses personnages, Io Sakisaka conserve son coup de crayon si séduisant, à la fois assez aéré et frais, et tellement séduisant dans l'expressivité de ses héroïnes aux yeux ronds et pétillants à leur manière.

C'est donc une franche réussite que la mangaka nous offre avec ce premier tome, qui confronte et soude ses héroïnes et leur entourage avec bienveillance et intelligence. Côté édition, Misato Rillard livre une traduction très soignée, où l'on ressent bien la façon d'être de chacun des principaux personnages. Kana offre son petit format classique, avec un papier souple correct et une qualité d'impression satisfaisante.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16.5 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News