Kingdom Vol.18 - Actualité manga

Kingdom Vol.18

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 25 April 2019

Au sein de Qin, la défaite contre Zhao a laissé des traces. Bien qu'un accord soit conclu avec le pays, ce qui facilitera l'invasion de Wei, c'est le Chancelier Ryo qui tirent profit de cette alliance. Refusant de perdre sur ce véritable échiquier politique, Ei Sei se rend au Harem, troisième faction majeur de Qin, pour demander l'appui de celle qui le dirige : sa mère.

Dans Kingdom, on peut dire que deux aspects de la série forgent son intérêt : sa dimension guerrière, narrant les prouesses de Shin sur le champ de bataille, et son côté politique où Ei Sei occupe un rôle plus important. Le jeune roi de Qin était mis sur la touche depuis quelques tomes, notamment lors du long arc de la guerre contre Zhao, et il reprend ici davantage d'importance. On le sait depuis un moment, Qin souffre de divisions internes, chose que ce 18e opus met en avant de manière passionnante. La première partie du volume ne nous parle peu de guerre mais de complots, et notamment d'un développement plus surprenant de la mère d'Ei Sei, mais qui confirme que toute l'intrigue au sein de Qin est un gigantesque échiquier politique et un jeu de dupe qui constituera un sacré défi pour le roi. Si on pourrait voir dans cette première partie quelques facilités scénaristiques, elles permettent surtout de mettre en avant cette dimension politique et ses nombreux complots, point de la série bien trop absente ces derniers temps, et qui apporte une intensité habile à l'oeuvre de Yasuhisa Hara.

Néanmoins, la dimension guerrière de la série se retrouve aussi dans cet opus, puisque la campagne contre Wei démarre véritablement en ces pages. Et encore une fois, c'est un rendu foisonnant que nous propose le mangaka qui joue sur de nombreux tableaux et parvient toujours à renouveler les récits guerriers de Shin. La rivalité avec les deux unités spéciales, introduites dans le tome précédent, est traité avec talent, de manière à bien montrer les prouesses de chaque faction et d'appuyer leurs mentalités. Si cette compétition entre deux clans distincts semble assez classique, elle est traitée avec suffisamment de brio, et ponctuée par des personnages forts, pour dynamiser efficacement ce début d'arc contre Wei.

Et il y aurait beaucoup à dire sur les premières batailles de cette campagne tant Yasuhisa Hara est un conteur efficace qui propose, à chaque scène, de nombreuses idées de scénario. Ce dix-huitième tome regorge de moments forts, notamment lorsqu'il se permet d'apporter les conséquences les plus sombres de la guerre comme l'impacte de telles invasions sur les civils, en condamnant justement ces débordements. Pour un récit qui pourrait, a priori, vanter la guerre, le message est fort. Enfin, c'est l'ouverture apportée par la fin de tome qui a de quoi susciter l'excitation : Un nouveau personnage entre en scène, et tout porte à croire que la guerre contre Wei ne sera pas forcément plus simple que celle contre Zhao...

En définitive : un 18e tome aussi passionnant qu'à l'accoutumée, notamment pour le retour de la dimension politique de l’œuvre, absolument intense, et les nombreuses idées développées sur ce début d'invasion de Wei. Le nouvel arc est lancé, et tout porte à croire qu'il sera aussi passionnant que les précédents.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

16.5 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News