King of Eden Vol.3 - Actualité manga

King of Eden Vol.3

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 13 Juin 2018

Critique 2


En Roumanie, aux abords de la colline du Loup, Lua Itsuki et les agents de renseignements ne doivent la vie qu'à l'irruption de Teze, qui a mis fin à l'attaque des sanguinaires monstres grâce à des capacités surhumaines. L'homme que l'archéologue et ses compagnons traquaient est donc venu de lui-même jusqu'à eux pour les sauver et poursuivre sa mission, montrant dès lors qu'il n'est pas leur ennemi. Cependant, Teze a beaucoup de choses à expliquer, essentiellement sur ce qui s'est exactement passé des années auparavant... lors de l'exploration archéologique qui a viré au drame...


Ces explications, prenant la forme d'un long flashback nous faisant revivre la fameuse expédition, occupent environ la moitié du tome, et s'avèrent passionnantes. Bien sûr, on en connaît déjà l'issue, à savoir la mort de quasiment toute l'équipe et la survie de seulement quelques membres dont Teze, mais les circonstances restaient nébuleuses, et Takashi Nagasaki et Ignito les éclairent de façon particulièrement immersive. Tout d'abord, le dessinateur coréen joue vraiment ben sur l'atmosphère inquiétante, voire suffocante, du lieu souterrain: certaines de ses planches, de ses cases sombres, de ses mises en scène, ont quelque chose de particulièrement claustrophobique, ne serait-ce que quand l'un des membres se retrouve complètement coincé sous terre, dans l'étroit tunnel, avec l'incapacité de bouger. Le récit joue ainsi sur quelque chose de suffisamment pesant, où l'on ressent très ben la libération imminente d'une menace... Chose que Takashi Nagasaki, côté scénario, dévoile habilement, en "surprenant" même un peu de par la nature réelle de la transmission du virus, un brin éloignée des malédictions folkloriques (malgré les transformations en monstres) et s'apparentant plutôt à une maladie comme la rage. Qui plus est, ce flashback très prenant permet aussi de mieux introduire les survivants de l'expédition, qui auront une importance capitale par la suite...


Une suite qui, loin de laisser retomber les choses après ce retour en arrière, relance de plus belle les enjeux dans le présent. L'énigme de l'identité d'Oupyr reste entière, et en plus il faut arrêter au plus vite les agissements du "marchand de mort" Makarov et trouver un moyen de confiner le virus avant qu'il ne se propage dans le monde entier. L'heure est donc la collaboration entre différents pays et organismes internationaux comme l'OMS et Europol, mais inutile de dire qu'en face les ennemis ne vont pas rester inactifs et vont tout faire pour éliminer les têtes gênantes... On suit alors avec beaucoup d'intérêt les nouveaux dangers et morts qui frappent, le rôle des Shinonome, ou encore l'énigme autour du Docteur Morgan...


Le récit reste brillamment construit entre ses différents axes, et entre la menace internationale du virus, l'horreur, l'aspect thriller ou la pointe d'archéologie, Nagasaki n'oublie pas pour autant son exploitation d'éléments mythiques et folkloriques. On retiendra notamment l'évocation des origines de la légende du loup-garou, le "subbotnik", ou encore le parallèle qui se crée entre deux personnages via la première page des deux derniers chapitres, qui reprennent de façon intéressante la figure du loup pou deux résultats différents.


Entre une première moitié riche en révélations, une deuxième moitié où les différents enjeux se précisent, se complexifient et s'accentuent, et une ambiance très bien rendue par les planches d'Ignito, ce troisième volume de King of Eden affirme toutes les qualités de la série.


Critique 1


Alors que tous les protagonistes se rassemblent aux alentours de la colline du Loup en Roumanie, les enquêteurs sont encerclés par une horde de créatures sanguinaires semblant obéir aux ordres d'un mystérieux individu! Mais Teze, celui qui était traqué par ces mêmes enquêteurs va leur venir en aide et commence à raconter son histoire, qui est également celle du virus...


Deux tomes seulement ont suffi pour nous faire pénétrer dans un univers sombre, mais passionnant, mêlant enquête et fantastique, horreur et religion! Tout ceci manié de mains de maître par deux auteurs de grand talent!


Ce troisième opus s'ouvre sur le récit de Teze qui raconte les événements tels qu'ils se sont déroulés dans la pyramide renfermant le corps du général Perse! Dans cette première partie qui occupe plus de la moitié du tome, nous découvrirons de nombreux éléments, et nous serons absorbés et tenus en haleine par la tension qui s'en dégage bien qu'on connaisse en partie le dénouement des fouilles; puisqu'on le sait, le virus va se répandre et seuls certains personnages vont en sortir vivants... Cela ne nous empêche pas de nous laisser prendre au jeu tant la mise en scène est remarquable! 


Ce qui est surprenant dans ce récit, bien qu'évoquant une antique malédiction, c'est qu'il s'éloigne de l'aspect fantastique qu'on trouvait dans les volumes précédents. Malgré les transformations en créatures d'apparence canine, ici pas de "Roi Loup", de démons ou de maître des ténèbres, uniquement des rats enfermés sous terre et transmettant un virus rappelant grandement la rage... Ainsi on repart sur une pandémie mortelle laissant de côté l'aspect folklorique! 


Mais bien évidemment, cet aspect va revenir, d'autant que c'est peut-être ce qui se veut être le plus prenant dans ce titre qui ne manque pourtant pas de qualités. 


La seconde partie du tome nous montre comment les différents états, via leurs services secrets, vont collaborer pour tenter d'endiguer cette épidémie. Teze sera donc laissé de coté pour un temps, mais on retrouve sa collègue archéologue, survivante elle aussi des fouilles de la tombe du général! 


On devine un complot d'envergure avec des témoins à faire disparaître ou à protéger en fonction du camp dans lequel les personnages se situent, des collaborations entre pays malgré des non dits et des méfiances nombreuses...passionnant de bout en bout! 


Les auteurs s'amusent à faire des parallèles avec deux ouvertures de chapitre très semblables, nous ramenant constamment au mythe des loups et au folklore les entourant, avec la présence de la lune et de la nuit... Au risque de se répéter, il n'y a rien à jeter dans cette série tant tout est fait avec brio! 


Le parallèle avec la série "The Strain" demeure très présent, on y retrouve une figure classique, celle du vieux chasseur qui transmet son savoir; et à titre personnel, je serai curieux de savoir quelle est la part d'inspiration des auteurs par rapport à la série (bien que sur le fond la série en question ne soit pas un exemple d'originalité)! 


Un troisième opus toujours aussi passionnant pour une série qui semble manquer de défaut, tout simplement! 


Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16.5 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Erkael

18 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News